DE | FR
Bild

Qui, quoi, où, comment? Tout savoir sur le certificat Covid

Le Conseil fédéral a présenté, vendredi, les détails du certificat Covid. Il doit permettre de prouver qu’on est vacciné, guéri ou testé négativement au coronavirus et accompagner la fin de la crise tout en offrant davantage de libertés.



Le Conseil fédéral a donné, vendredi, les détails du fameux certificat Covid. Il a adopté une nouvelle ordonnance, créant la base légale requise pour l’établissement de ce document.

watson a listé les principales informations dévoilées par le Conseil fédéral.

A quoi ça sert?

Le certificat Covid doit permettre de prouver qu’on est vacciné, guéri ou testé négativement au coronavirus. Il sera utile pour voyager à l’étranger ou pour accéder à différents lieux privés qui l’exigent.

Par contre, il ne sera pas nécessaire pour accéder aux lieux de la vie quotidienne, les transports publics et les rapports avec les autorités.

Quelle durée de validité?

Quand sera-t-il disponible?

L'ordonnance, adoptée ce vendredi, entre en vigueur le 7 juin 2021. A partir de là, le système sera mis en place progressivement. Les premiers certificats seront réalisés par étapes et seront à disposition de la population au plus tard à la fin du mois de juin. Les certificats seront gratuits.

Sous quelles formes?

Les certificats seront établis sous forme papier et sous forme électronique. «Ces deux formes seront, tant dans leur version lisible par l'homme que dans leur version infalsifiable de code QR, dotées d'une signature électronique de la Confédération», écrit le Conseil fédéral vendredi.

Bild

Dr

Le système, mis en place par la Confédération, comprend une application de stockage (COVID Certificate) et une application de vérification (COVID Certificate Check). Les deux applications seront disponibles gratuitement pour les téléphones Apple et Androïde.

Bild

Quelle sécurité?

Pour le Conseil fédéral, les certificats pourront être vérifiés en toute sécurité, sans transmission ni stockage de données personnelles.

De plus, le système d’établissement des certificats «tient compte des exigences relatives à la protection des données». «Les données personnelles ne sont pas stockées de manière centralisée par l'administration fédérale. Celles qui sont nécessaires pour la signature du certificat sont supprimées du système de la Confédération dès le certificat généré et transmis», dit le Conseil fédéral.

Qui peut l’établir?

Ce sont les cantons qui détermineront quelles institutions de santé peuvent établir les certificats. «Ils désignent des spécialistes (dans les centres de vaccination, les centres de test, les hôpitaux, les cabinets médicaux, les pharmacies, etc.) comme émetteurs», complète le Conseil fédéral.

Le système qui permet d’établir, de vérifier et de révoquer les certificats est par contre fourni par la Confédération. «Ce système permet le raccordement aux systèmes informatiques existants (par ex., les systèmes utilisés pour la vaccination et les tests), de sorte qu'il est aussi possible d'établir des certificats numériques».

Quelle compatibilité avec l’UE?

La Confédération l’assure: la solution de la Confédération est compatible avec le système prévu de certificat numérique de l'Union européenne et permet la reconnaissance mutuelle des certificats.

Car de son côté, l’UE est en train de créer un cadre pour la délivrance, la vérification et l’acceptation de certificats interopérables de vaccination, de test et de rétablissement (certificat COVID numérique de l’UE). L’objectif est de faciliter la libre circulation des personnes pendant la pandémie. Le certificat européen devrait être appliqué dès le 1er juillet.

Chaque État de l’Union est responsable de la mise en œuvre du certificat, y compris des droits et obligations afférents, en veillant toutefois à ne pas prendre de mesures discriminant les titulaires d’un certificat.

L'évacuation et la démolition du Molino, à Lugano

1 / 14
L'évacuation et la démolition du Molino, à Lugano
source: sda / samuel golay
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Interview

«Sans nouveau variant, on peut espérer du mieux entre l'été et l'hiver 2021»

Que faut-il penser des récentes annonces de réouverture alors que les chiffres du Covid-19 indiquent une situation plus qu'incertaine? Marcel Salathé, l'épidémiologiste qui a claqué la porte de la Task force en février, nous aide à comprendre.

Déchiffrer la drôle de situation que vit la Suisse depuis ce mercredi n'est pas une mince affaire. Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), quatre critères sur cinq ne sont pas remplis pour une réouverture mais le Conseil fédéral a quand même décidé de lâcher du lest. Rappelons qu'il a lui-même fixé ces indicateurs afin de rendre les différentes mesures prises dans la lutte contre la pandémie plus efficaces.

Ancien membre de la fask force scientifique Covid-19 (il a claqué la porte en …

Lire l’article
Link zum Artikel