DE | FR

Pourquoi ce printemps sera terrible pour les allergiques au pollen

25.03.2022, 06:2625.03.2022, 18:11
Anna Böhler
Anna Böhler
Suivez-moi

Le nez qui démange, les yeux qui piquent et les interminables éternuements: pour beaucoup, le printemps s'accompagne de symptômes gênants. Malheureusement, en 2022, les personnes allergiques ne seront à nouveau pas épargnées. Bien au contraire. L'année devrait être marquée par une forte concentration de pollens.

Voici quelques infos qui vous permettront de survivre au long printemps:

Quels pollens se répandent actuellement?

Quels sont les pollens les plus nocifs? Selon Météo Suisse, six types de pollen sont à l'origine d'environ 90% des allergies polliniques. Il s'agit du pollen de graminées, de frêne, de bouleau, de noisetier, d'aulne et d'armoise. Voici comment ces vilains grains se propagent en ce moment:

Image: datawrapper/watson
Image: datawrapper/watson
Image: datawrapper
Image: datawrapper/watson

La situation va-t-elle empirer?

«Nous sommes actuellement dans une phase intermédiaire de pollinisation avec des concentrations moyennes. Mais cela va bientôt changer», explique le dr Regula Gehrig Bichsel de Météo Suisse, interrogée par watson. Les pollens de bouleau et de frêne, en particulier, devraient augmenter dans les prochains jours.

Plus tard, les pollens de hêtre et de chêne devraient suivre, faisant d'avril le mois le plus pénible de l'année pour les personnes sensibles au rhume des foins.

N'en sommes-nous donc qu'au début?

C'est exact. Par ailleurs, autre mauvaise nouvelle: cette année, la charge pollinique devrait être particulièrement élevée. Nous nous trouvons en effet dans ce que l'on appelle une année de maturation. Le bouleau se repose une année sur deux pour faire le plein d'énergie et se concentrer sur la croissance de ses racines. Maintenant, les batteries sont rechargées et les branches produisent des fleurs à plein régime.

L'année dernière, nous avons eu une charge pollinique relativement faible. Cette année, il faut donc s'attendre à une augmentation du pollen de bouleau. Il en va de même pour le frêne, qui produit à nouveau plus de pollen cette année.

Quand le bouleau frappera-t-il?

Le bouleau, très allergène, commence à fleurir ces jours-ci en mars pour une durée d'un mois environ. Il est le principal déclencheur des symptômes du rhume des foins, explique l'experte de Météo Suisse. Mais qu'est-ce qui le rend si gênant pour les personnes allergiques?

Ceci n'est pas une chenille, mais un chaton de bouleau.
Ceci n'est pas une chenille, mais un chaton de bouleau.image: shutterstock

Le fait est que chaque chaton de bouleau contient plus de cinq millions de grains de pollen (voir l’image). Le bouleau dépasse ainsi la plupart des autres arbres. De plus, la taille minuscule des grains leur permet de pénétrer très profondément dans les voies respiratoires et de parcourir de longues distances, portés par le vent. Cela provoque également des réactions allergiques dans des régions où cet arbre ne fleurit pas beaucoup.

Et qu'en est-il des graminées?

Selon Regula Gehrig Bichsel, il est encore trop tôt pour faire des prévisions concernant les pollens de graminées, car ceux-ci ne déclenchent normalement des allergies que fin avril et en mai.

Pourquoi le pollen arrive-t-il de plus en plus tôt?

Le rythme de la nature ainsi que son humeur ont un impact sur le pollen: en raison de la hausse des températures, les plantes fleurissent de plus en plus tôt. Cela fait que la période de floraison des graminées et celle des arbres se chevauchent de plus en plus souvent. Ce qui constitue un double fardeau pour les personnes sujettes au rhume des foins.

La concentration plus élevée de pollen dans l'air est également une raison pour laquelle davantage de personnes souffrent d'allergies printanières. En effet, les symptômes peuvent se déclarer même chez des personnes qui n’avaient jamais eu ce problème jusque-là.

Selon l'hôpital cantonal de Lucerne, cela pourrait aussi être dû au fait que les arbres stressés, par exemple ceux de la ville, produisent davantage d'allergènes. Les particules de poussière associées à des polluants atmosphériques pourraient également avoir un effet plus agressif.

Comment survivre à la saison des pollens?

Outre les comprimés, les sprays nasaux et autres gadgets, il existe également des astuces quotidiennes pour survivre à la saison du renouveau:

Masque hygiénique et lunettes de soleil

Le masque empêche le pollen d'irriter tes muqueuses. Si tu as les yeux irrités et rougis, chausse tes plus belles lunettes de soleil avant de sortir.

Aérer et enlever les vêtements

Chez soi, il est préférable d’aérer par intermittence plutôt que de laisser les fenêtres ouvertes pendant des heures. Il est également important de ne pas enlever les vêtements portés dans la chambre à coucher, mais dans une autre pièce. Sinon, tu te réveilleras avec les yeux collés le lendemain matin.

Se laver les cheveux plus souvent

Il peut en outre être utile, en particulier pour les personnes ayant de longs cheveux, de se faire un bon shampoing avant d'aller se coucher.

Traduit de l'allemand par Tanja Maeder

Rien à voir, mais pour les fans absolus, voici la tronche de Marie-Adèle

1 / 24
Pour les fans absolus, voici la tronche de Marie-Adèle
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et sinon, ce printemps, c'est aussi les deux ans du confinement

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La poitrine n'est pour moi que le fragment d'un problème plus global»
Irene Maffi, professeure à l'Université de Lausanne, revient sur le procès des activistes et explique le paradoxe: les femmes ont le droit de se dénuder dans certains contextes, mais pas dans d'autres! Quand est-ce que ça dérange?

Jeudi à Lausanne, les six personnes qui ont manifesté seins nus lors de la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2021, ont été acquittées. Elles comparaissaient, entre autres, pour habillement contraire à la décence ou à la morale publique.

L’article