DE | FR
Image: Montage watson

Démasculiniser Dieu? Genève réagit à ce projet de l’Eglise protestante

Un conseil de l'Eglise protestante genevoise en est convaincu: Dieu est perçu comme un homme, et il faut que ça change. Des personnalités du canton réagissent à ce qu'ils jugent être un «débat lunaire». La partie visée répond.
19.01.2022, 05:5019.01.2022, 21:50
Suivez-moi

«L'homme prévoit, Dieu rit.» L'expression aurait pu être forgée par le Genevois Vincent Schmid, philosophe de formation et pasteur à la retraite – une retraite «active», car l'homme s'est embarqué dans un remplacement à long terme. Contacté par watson, il dit son profond agacement face à la volonté de l'Eglise protestante genevoise (EPG) de «démasculiniser Dieu» – soit de faire en sorte que la manière de faire référence au Tout-Puissant ne véhicule pas d'imaginaire où le croyant se le représente comme un homme.

C'est la Compagnie des pasteurs et des diacres de l'EPG qui a lancé ce chantier, nous a appris l’agence Protestinfo ce lundi. Deux pasteurs, Nicolas Lüthi et Sandrine Landeau, ainsi que le répondant ecclésial de l’EPG pour les questions LGBTIQ+ Adrian Stiefel, ont d'ores et déjà élaboré un document de travail où l'on peut lire que «si l'on se représente [Dieu] de manière figurative, c’est sous la forme d’un homme – de préférence blanc et âgé». Une interprétation plus ou moins inconsciente à laquelle la compagnie entend s'attaquer, en plaidant notamment pour la possibilité de désigner Dieu par d'autres pronoms que «il» – ne serait-ce que par le féminin «elle».

«Un débat lunaire» ou «des préoccupations actuelles»?

«C'est un débat lunaire qui appartient à des franges radicales et qui est sans doute à mille lieues des préoccupations des fidèles», réagit Vincent Schmid. Avant de glisser:

«En tout cas, je peux vous dire avec une certitude quasi mathématique que le premier à s'en foutre, c'est Dieu»
Vincent Schmid, philosophe de formation et pasteur à la retraite

Pour la coordinatrice de la compagnie, Laurence Mottier, c'est un faux procès: «Nous ne sommes justement pas dans une tour d'ivoire, nous menons une réflexion qui rejoint des préoccupations actuelles de la société».

La «pasteure des pasteurs» explique que tout est parti d'un texte rédigé par une cinquantaine de femmes bénévoles, diacres ou encore pasteures (dont elle) lors de la Grève des femmes de 2019. Des revendications spécifiques adressées à l'EPG visant une plus grande équité au sein de l'Eglise y figurent. Outre une «réflexion théologique sur la représentation de Dieu au-delà du genre», le collectif demande par exemple que «l'écriture épicène soit appliquée dans tous les supports [de l'Eglise]» et que celle-ci «s'engage concrètement sur la question environnementale».

De son côté, Vincent Schmid dit profondément déplorer cette initiative «parce qu'elle participe à la déconstruction de ce qui existe encore de christianisme dans nos sociétés, qui en sont l'héritage». Une démarche qui serait inspirée par la théorie critique et le wokisme venus des Etats-Unis et se retrouvant actuellement dans une partie des sciences sociales. «Nous nous inscrivons dans une démarche de déconstruction des stéréotypes», reconnaît Laurence Mottier, qui trouve par ailleurs normal que cette position engendre des réactions.

Le «sommet du ridicule»

Les voix critiques, justement, se font également entendre dans le milieu politique. Pour Bertrand Reich, président du Parti libéral-radical genevois, «on est à peu près au sommet du ridicule avec cette démarche». Mais le protestant de culture ne se dit pas surpris: «C'est dans l'air du temps: cela fait des années que d'aucuns essaient de faire passer ce type d'idées basées sur le genre et une certaine vision de l'égalité».

Sur le fond, le fils de deux parents croyants et pratiquants (lui n'est ni l'un, ni l'autre) estime que c'est un non-sujet. D'après lui, tout le monde sait que «Dieu n'a pas de genre et ne peut pas en avoir: Dieu est tout et Dieu est à l’origine de tout ce qui a suivi le néant». Cette affaire nous amène toutefois à une question importante selon lui:

«Doit-on tout normer, y compris les croyances religieuses, même au nom de l'oppression de la femme? C'est un vrai enjeu»
Bertrand Reich, président du PLR genevois

Sur Facebook, son collègue de parti Jean Romain, député au Grand Conseil qu'il a présidé de 2018 à 2019, s'est, quant à lui, fendu d'une capture d'écran de l'article précité, ainsi légendée «Au gué au gué, Les woke sont partout. La niaiserie aussi!» Avant de préciser sa pensée dans une autre publication: «Longtemps on a parlé du sexe des anges, et cela nous paraît tellement éloigné de l’homme intérieur qui voudrait prier, ressentir une présence, ne plus être seul, que les âmes se vident aussi avec les pitreries du woke!»

Eglise et politique:
les liaisons dangereuses

On le voit, la problématique interne à l'EPG rejoint des controverses contemporaines plus générales. Progressistes et conservateurs se font face, si l'on caricature. «Il est bien qu'il y ait du débat», estime Laurence Mottier.

«Or, c'est justement dans l'essence de notre Eglise de pouvoir et devoir se réformer, changer de forme. La société nous fait réagir en ce sens»
Laurence Mottier, pasteure

Vincent Schmid ne raisonne pas dans les mêmes termes. Pour lui, le grand drame de l'Eglise réformée est de ne plus rien avoir à offrir d'original par rapport aux autres discours. «Du coup, on se raccroche aux derniers chariots des idées à la mode», lance le philosophe. «C'est du pain béni pour les évangéliques! Le prix à payer de ce genre de démarches, c'est de faire le désert autour de soi. Il ne faudra pas oublier d'éteindre la lumière en sortant...»

Au-delà de cette sévère analyse, Bertrand Reich voit dans le projet de l'EPG un mélange des genres:

«J'estime que c'était une erreur quand l'Eglise a voulu se mêler de politique en faisant campagne pour l'initiative sur les multinationales. C'est une chose de porter un message christique, c'en est une autre de s'investir dans la Realpolitik avec tout ce que ça implique»

Selon Laurence Mottier, la proposition qu'elle porte correspond au contraire à ce que disent les textes: «C'est l'Evangile du Christ qui nous convoque, sur le plan des débats de société, à oser une parole qui peut être engagée et même dérangeante». Reste que le dossier, pour l'instant, n'est pas jugé prioritaire par le Consistoire, organe exécutif de l'EPG, nouvellement renouvelé, qui n'a pas encore donné suite. Mais ne dit-on pas que «ce que femme veut, Dieu le veut»? A suivre.

Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard

1 / 9
Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard
source: musée suisse des transports
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Djokovic expulsé: la réaction de Federer et Nadal

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Dans le Jura, posséder un véhicule à moteur va coûter moins cher
En dehors des votations fédérales, le Jura a voté avec son porte-monnaie sur un objet cantonal. L'initiative «Les plaques moins chères» a été acceptée. La taxe sur les véhicules à moteur sera ainsi plus proche de la moyenne suisse.

Les automobilistes jurassiens verront leur taxe sur les plaques des véhicules à moteur baisser pour se rapprocher de la moyenne suisse. En pleine période de hausse des prix, les citoyens ont accepté dimanche par près de 83% des votants une initiative en ce sens.

L’article