Suisse
Santé

Les médecins appellent à la vaccination des réfugiés ukrainiens

Image
Image: Keystone

Rougeole et Covid: les médecins appellent à la vaccination des Ukrainiens

Le taux de vaccination contre le Covid-19 et la rougeole est faible au sein de la population ukrainienne. L'accueil des réfugiés ukrainiens pose plusieurs défis à la politique de santé suisse.
29.05.2022, 11:20
Kari Kälin / ch media
Plus de «Suisse»

«Vaccinez immédiatement les enfants de moins de 6 ans contre la rougeole», recommande la Société suisse de pédiatrie dans un guide destiné aux médecins suisses qui traitent des enfants réfugiés ukrainiens. La deuxième dose du vaccin contre la rougeole n'est administrée en Ukraine qu'à l'âge de 6 ans, précise la recommandation «Assurer une protection vaccinale adaptée à l'âge».

Les pédiatres ne sont pas les seuls à s'inquiéter de la couverture vaccinale des réfugiés. En mars déjà, le médecin cantonal tessinois Giorgio Merlani écrivait dans une lettre à tous ses collègues du canton:

«La couverture vaccinale n'est pas optimale»

Une couverture de 82% (deux doses) contre la rougeole est clairement insuffisante pour prévenir l'éclosion d'épidémies.

Afin d'éliminer la rougeole, objectif déclaré de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un taux de vaccination de 95% est nécessaire. La Suisse a presque atteint cette valeur pour les enfants (9 %) et pour les jeunes.

Très peu ont reçu leur 3e dose

Par ailleurs, l'Ukraine a l'un des taux de vaccination les plus bas d'Europe contre le Covid-19: 35%. Et seuls 2% des Ukrainiens ont reçu une troisième dose. La tuberculose - dont 80% se produit dans les poumons - reste également un problème majeur de santé publique dans le pays.

Dans le cas de la tuberculose multirésistante, l'Ukraine est un pays à forte incidence. Pourtant, la tuberculose n'est pas aussi contagieuse que le Covid, la rougeole ou la grippe. «En règle générale, seules les personnes ayant eu un contact très étroit (plusieurs heures dans la même pièce) avec une personne contagieuse sont à risque d'infection», écrit l'OFSP.

Plus de 50 000 Ukrainiens se sont réfugiés en Suisse jusqu'à présent. Une situation qui est un défi en matière de politique de santé dans le domaine des maladies transmissibles. Dans tous les cantons, les médecins cantonaux sont au moins impliqués dans la transmission des informations, explique Rudolf Hauri, président des associations des médecins cantonaux.

Dans le canton de Zoug, où il exerce, il a transmis les mêmes recommandations que son homologue tessinois. La Fédération des médecins suisses a également fourni à ses membres des informations spécialisées sur la prise en charge des personnes en provenance d'Ukraine.

La Confédération propose des vaccinations

Le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) joue un rôle clé dans le domaine des maladies transmissibles. Il propose aux réfugiés des vaccins contre le Covid-19. Si des symptômes sont constatés, le SEM organise un test. Il s'assure ensuite que d'autres maladies transmissibles comme la rougeole et la tuberculose ne se propagent pas en Suisse, explique un porte-parole. Si nécessaire, le SEM propose aux personnes en provenance d'Ukraine des premières consultations médicales, qui «visent entre autres à détecter ces maladies». Il est également recommandé aux réfugiés d'effectuer un bilan de santé en ligne. Il est également disponible en ukrainien.

En bref, les médecins et les autorités travaillent en étroite collaboration pour prévenir les épidémies de maladies transmissibles liées aux personnes ayant fui l'Ukraine. Jusqu'à présent, cela semble avoir bien fonctionné. Ainsi, l'Office fédéral de la santé publique n'a recensé aucun cas de rougeole cette année.

Il estime, par ailleurs, que la probabilité que des réfugiés introduisent la rougeole en Suisse et que celle-ci se propage ensuite est faible. L'incidence de la tuberculose - 125 cas jusqu'au 17 mai - est même inférieure à celle de l'année précédente.

Au niveau politique, le conseiller national UDC tessinois Piero Marchesi veut savoir ce que le Conseil fédéral entreprend, en collaboration avec les autorités cantonales, pour que l'arrivée des personnes en fuite ne plonge pas le système de santé dans une crise. (bzbasel.ch)

Copin comme cochon: La fête des voisins
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Comment les lobbies ont torpillé le plan contre la pénurie de logements
Un manque d'ambition. Voici la principale critique adressée au «plan d'action contre la pénurie de logements» que le conseiller fédéral Guy Parmelin a récemment présenté. L'enquête de watson montre pourquoi ce résultat décevant était inéluctable.

En février, le conseiller fédéral Guy Parmelin s'est adressé aux médias et a présenté son «plan d'action contre la pénurie de logements», qui comprend 35 mesures. Réaction? Une déception générale.

L’article