Suisse
Santé

Ces Suisses veulent interdire les puffs comme en Belgique

Ces Suisses veulent interdire «ce produit nocif qui cible les jeunes»

La Belgique interdit les cigarettes électroniques jetables d'ici 2025, suscitant l'intérêt d'autres pays pour une mesure similaire. Des experts suisses en dépendance et des parlementaires appellent à une interdiction des vapes, particulièrement populaires parmi les jeunes. Le Conseil fédéral s'y oppose.
06.04.2024, 16:34
Remo Hess, bruxelles, et Christoph Bernet / ch media
Plus de «Suisse»

Pastèque, framboise ou mangue: les cigarettes électroniques jetables offrent plein de saveurs attrayantes, vendues à environ dix francs et très prisées des jeunes. Les «puffs» (ou vaper) sont devenus un véritable fléau dans les écoles, car ils renferment des doses élevées de nicotine pouvant atteindre 20 milligrammes par millilitre, entraînant une dépendance rapide et représentant un risque pour la santé.

La Belgique sévit

La Belgique devient le premier pays européen à agir: la vente des cigarettes électroniques jetables sera interdite dès début 2025. Suite à l'approbation de la Commission européenne, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a déclaré:

«Ce produit nocif cible principalement nos jeunes. Je suis donc ravi de pouvoir le retirer du marché»

En plus des préoccupations sanitaires, la Belgique met en avant la protection de l'environnement: la plupart des cigarettes électroniques jetables ne sont pas rechargeables, et une fois vides, elles sont souvent jetées avec les déchets ménagers, sans système de recyclage en place. Cela entraîne un bilan environnemental catastrophique.

Une interdiction à l'échelle européenne n'est pas encore à l'ordre du jour, mais plusieurs pays européens prennent des mesures unilatérales pour interdire la vente des cigarettes électroniques jetables: le Royaume-Uni prévoit une interdiction pour avril 2025, tandis qu'en France, elle pourrait être mise en place dès cette année. En Irlande également, le débat est bien avancé. Hors d'Europe, l'Australie a déjà interdit la vente des vapes jetables, tout comme la Nouvelle-Zélande.

Une nouvelle génération de toxicomanes

En Suisse, le conseiller national valaisan Christophe Clivaz (Verts) a déposé en mars 2023 une motion visant à interdire la vente des cigarettes électroniques, une mesure qui susciterait probablement l'approbation de nombreux parents. Cette motion a été cosignée par des membres de tous les groupes politiques du Conseil national. A ce jour, elle n'a pas encore été examinée par le Conseil des Etats.

Selon Markus Meury d'Addiction Suisse, les cigarettes électroniques jetables ont été délibérément conçues pour les jeunes consommateurs. Il déclare:

«Les couleurs vives, la forme et les nombreux arômes attirent les jeunes, tout comme la publicité, qui mise beaucoup sur les influenceurs et les réseaux sociaux.»

Avec succès, comme le révèle le panorama des addictions 2024 publié la semaine dernière: la consommation de nicotine chez les jeunes de 15 ans a augmenté, en particulier chez les filles. Cette hausse est principalement attribuée aux e-cigarettes de type Puff Bars, des produits à usage unique.

Pour Markus Meury, il est évident que cela revient à former une nouvelle génération de toxicomanes, ce qui remet en question la légitimité même de ces produits. Cependant, selon Addiction Suisse, une interdiction serait difficile à mettre en œuvre en raison de la forte influence de l'industrie du tabac.

Le même sentiment est partagé par Manuela Weichelt, conseillère nationale des Verts de Zoug, spécialiste de la santé. Elle critique vivement la politique suisse, la qualifiant de «schizophrène». Et d'ajouter:

«D'un côté, nous nous plaignons de l'augmentation des coûts de la santé, mais de l'autre, nous ne sommes pas prêts à agir efficacement contre la production et la consommation de ces produits qui rendent les gens malades.»

Manuela Weichelt soutient également une interdiction des cigarettes électroniques jetables, notamment en raison de leur impact environnemental significatif.

Le Conseil fédéral s'oppose à l'interdiction

Le Conseil fédéral s'oppose à une telle interdiction. Dans sa réponse à la motion Christophe Clivaz susmentionnée, il reconnaît certes l'attrait des e-cigarettes jetables pour les jeunes. De plus, elles sont considérées comme «un produit problématique du point de vue de l'économie circulaire et de la préservation des ressources». Cependant, le secteur travaille actuellement avec une fondation spécialisée dans le recyclage pour trouver une solution afin d'améliorer la collecte et le recyclage des e-cigarettes jetables.

Le Conseil fédéral s'oppose également à une interdiction de vente de ces produits en Suisse, arguant qu'il n'existe à ce jour aucune interdiction à l'échelle de l'UE. Une décision unilatérale de la Suisse créerait ainsi une nouvelle barrière technique au commerce.

De plus, des mesures visant à mieux protéger les jeunes sont déjà en cours d'application. Les modifications de la loi sur les produits du tabac et de la loi sur l'imposition du tabac, approuvées par le Parlement, devraient entrer en vigueur cette année. Elles incluent l'interdiction de la vente d'e-cigarettes aux moins de 18 ans dans toute la Suisse. Jusqu'à présent, seulement environ la moitié des cantons avaient instauré une telle interdiction.

En outre, des taxes seront bientôt imposées pour la première fois sur les e-cigarettes, avec des montants plus élevés pour les produits jetables que pour les produits rechargeables.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

Les mugshots Lego de la police de Murrieta
1 / 17
Les mugshots Lego de la police de Murrieta
source: facebook/murrieta police department
partager sur Facebookpartager sur X
Copin comme cochon: les gens qui fument Iqos
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le Tarmed sera remplacé en 2026
La structure tarifaire Tarmed a été introduite en 2004, et est désormais obsolète. Elle sera remplacée par un nouveau tarif médical, appelé Tardoc, en 2026, a décidé le Conseil fédéral.

La structure tarifaire Tarmed, obsolète, sera remplacée en 2026. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi le Tardoc et les premiers forfaits ambulatoires. Des adaptations seront encore nécessaires afin de coordonner les deux structures.

L’article