DE | FR

4 raisons qui expliquent que le gras c'est la vie (et surtout celle des diabétiques)

Les graisses s'apprêtent à être (enfin) réhabilitées! Souvent désignées comme le coupable idéal, elles serviraient en fait à éloigner le diabète. Voici pourquoi le gras, plus que jamais, c'est super.
13.01.2022, 17:0214.01.2022, 07:49
Suivez-moi

Non, le gras ne sert pas qu'à combler et alimenter nos poignées d'amour. Il aurait également plein d'autres vertus, comme le démontre une étude effectuée par des scientifiques de l’université de Genève (UNIGE).

C'est également un formidable outil pour notre pancréas! La recherche, publiée dans la revue Diabetologica, a découvert comment un mécanisme biologique inattendu de stockage et déstockage du gras permet à nos cellules de s’adapter à l’excès de sucre. Et donc, et de ralentir l'apparition du diabète de type 2.

Le diabète, un vrai fléau
Le diabète de type 2 touche près de 10% de la population mondiale. Cette maladie chronique consiste en un dysfonctionnement des cellules du pancréas, chargées de sécréter l’insuline. Cette altération perturbe donc la régulation du taux de sucre dans le sang. Elle peut provoquer de graves complications cardiaques, oculaires et rénales.

D'abord, le gras n'est pas si «méchant» que ça ❤️

Dans les années 70, le gras a été pointé du doigt comme la cause de tous nos problèmes. C'est ainsi qu'est apparu le concept de «lipotoxicité»: selon cette théorie, exposer les cellules au gras serait la source de leur détérioration.

Par contre le démon, c'est le sucre 💔

Plus récemment, c'est l’excès de sucre qui a été accusé d’endommager les cellules et de favoriser le développement du diabète. Tandis que le rôle du gras dans le dysfonctionnement des cellules bêta reste plus ambigu.

Afin de différencier l’effet du gras de celui du sucre, les scientifiques ont exposé des cellules bêta à:

  • Un excès de sucre.
  • Un excès de gras.
  • Une combinaison des deux.

La toxicité du sucre a d’abord été confirmée: les cellules bêta exposées à un haut taux de sucre sécrétaient beaucoup moins d’insuline que la normale.

Dans le cas d'un mix, c'est-à-dire «lorsque les cellules sont exposées à la fois à un surplus de sucre et à un surplus de gras, elles stockent le gras en prévision de périodes moins fastes sous forme de gouttelettes». C'est l'explication de Lucie Oberhauser, chercheuse au Département de physiologie cellulaire et métabolisme de la Faculté de médecine de l’UNIGE et première auteure de ces travaux.

En fait, le gras permet de restaurer l'insuline

«Or, de manière très surprenante, nous avons mis en évidence que ce stock de gras, au lieu d’aggraver la situation, permettait au contraire de restaurer une sécrétion d’insuline proche de la normale. L’adaptation des cellules bêta à certaines graisses contribuerait ainsi à maintenir un taux de sucre normal dans le sang».

Les gouttelettes de gras ne constituent pas des réserves statiques. Elles sont le lieu d’un cycle dynamique de stockage et de déstockage, comme l'a constaté l’équipe de recherche.

Grâce à la libération des molécules de gras, les cellules bêta s’adaptent à l’excès de sucre et maintiennent une sécrétion d’insuline à peu près normale.

Prochain objectif des scientifiques: déterminer par quel mécanisme ce gras libéré stimule la sécrétion d’insuline. Leur espoir est de découvrir un levier thérapeutique qui permettrait de retarder l’apparition du diabète.

Un conseil... bougez-vous quand même

Attention toutefois, prévient Pierre Maechler, professeur au Centre du diabète de la Faculté de médecine de l’UNIGE, et directeur de ces travaux: «Cette libération de gras ne pose pas vraiment problème tant que l’organisme les utilise comme source d’énergie».

«Pour éviter de développer un diabète, il s’agirait de donner une chance à ce cycle bénéfique d’être actif, par exemple en maintenant une activité physique régulière»

Donc bouffer du gras, oui, mais à condition de faire du sport avant.

GIF animéJouer au GIF
Et de toute façon, à tous les coups on va nous dire que le seul gras valable, c'est l'avocat...

A propos de foie et de pancréas, Margaux et Marie ont tenté le Dry January...

Encore plus de bouffe?

Les Français ont commandé des plats bizarres en 2021. Voici le top 10

Link zum Artikel

Voici les résultats de notre débat sur la fondue et il y a des surprises

Link zum Artikel

Les Etats-Unis sont confrontés à une pénurie de... poulet frit

Link zum Artikel

La bouffe anglaise est immonde et à Noël, c'est encore pire

Link zum Artikel
La fin de la vague est-elle pour bientôt? Le point en 10 punchlines
Malgré l'explosion des cas Omicron, les experts de l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP) se sont montrés relativement optimistes face à l'issue de la pandémie, lors de leur point de presse hebdomadaire mardi. La preuve en 10 punchlines.
L’article