DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Le Covid pousse les jeunes prostituées à se réfugier en Suisse

Il y a une semaine, le canton de Zurich a également levé l'interdiction de la prostitution. Depuis lors, de plus en plus de travailleuses du sexe âgées de 18 à 20 ans viennent en Suisse. Elles doivent offrir leurs services à un prix plus bas parce qu'il y a trop peu de clients.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

Sarah Serafini / watson.ch



Samedi soir sur la Langstrasse à Zurich: malgré le temps exécrable, des centaines de fêtards se rassemblent sur et à côté des trottoirs. Adossées aux murs des maisons, des prostituées sentent le business. Autour de la Piazza Cella, elles se tiennent serrées les unes contre les autres, sourient et parlent de temps en temps à un groupe d'hommes qui passe.

C'est le premier week-end depuis que l'interdiction de la prostitution a été levée dans le canton de Zurich. Pendant plus de six mois, le commerce du sexe y a été interdit en raison de la pandémie. Une partie des femmes et des hommes travaillant dans ce secteur ont déménagé dans des cantons où la réglementation était plus souple. Beaucoup sont rentrés chez eux, dans leur pays d'origine.

Un nombre remarquablement élevé de jeunes femmes

Maintenant, ils sont de retour. Cependant, on remarque qu'il y a beaucoup de nouvelles et très jeunes femmes parmi elles. Beatrice Bänninger, directrice d'Isla Victoria, un centre de conseil pour les travailleurs du sexe, observe que «beaucoup d'entre eux viennent de Hongrie ou de Roumanie et ont entre 18 et 20 ans». Souvent, c'est la première fois qu'ils font ce travail et beaucoup ne savent pas à quoi s'attendre, a déclaré M. Bänninger. «Ça m'inquiète beaucoup».

Lelia Hunziker, directrice du bureau du FIZ pour la traite des femmes et la migration des femmes, fait un constat similaire. Les facteurs d'incitation dans les pays d'origine sont devenus plus importants à la suite de la crise Covid. «La situation économique des travailleurs peu qualifiés en particulier s'est détériorée. Dans les pays d'Europe de l'Est en particulier, de nombreuses personnes ont donc décidé d'émigrer – et de se livrer au travail du sexe», explique Lelia Hunziker.

Une autre observation faite par les organismes de soutien est l'effondrement croissant des prix. Actuellement, il y a beaucoup plus de travailleurs du sexe que de clients cherchant à acheter un service érotique, a déclaré Beatrice Bänninger d'Isla Victoria.

«Et lorsque l'offre est supérieure à la demande, c'est là que les prix baissent, comme nous le savons»

Ce qui est courant dans une économie de marché a des conséquences fatales pour les travailleurs du sexe, dit-elle. Selon Bänninger, «les clients ont un plus grand pouvoir de négociation. Ils exigent des pratiques associées à un risque sanitaire, des rapports sexuels non protégés par exemple, et les femmes peuvent difficilement refuser, car elles ont désespérément besoin d'argent.»

Plus de maladies et de grossesses non désirées

De telles tendances ont déjà pu être observées lors de l'interdiction des derniers mois. Selon un rapport d'experts du réseau ProCoRe, pendant l'interdiction de la prostitution, davantage de travailleuses du sexe ont contracté une maladie sexuellement transmissible ou sont tombés enceintes sans le vouloir. Les femmes qui ont néanmoins travaillé pendant cette période ont été exposées à une grande pression. Il y a également eu plus de violence à l'encontre des travailleurs du sexe, et il y a également eu des cas où des clients sont partis sans payer après avoir bénéficié de services.

Lelia Hunziker estime que la levée de l'interdiction constitue une amélioration certaine. Mais la situation des nombreuses nouvelles travailleuses du sexe et la baisse progressive des prix doivent maintenant être surveillées, dit-elle. «Avant tout, il est désormais important que les organisations de conseil aillent à la rencontre de ces personnes et établissent une relation de confiance.» Moins les femmes ont d'expérience, plus le réseautage est important. «Le travail du sexe est très réglementé. Il y a beaucoup de choses à prendre en compte. Le risque d'obtenir un soutien de la part des mauvaises personnes et d'être ensuite exploité est élevé.»

Les restos, c'est pas toujours super...

1 / 27
Les restos, c'est pas toujours super...
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

What’s in/what’s out, les trends de ta semaine

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Le Conseil fédéral étudie un outil de contrôle des imams

Link zum Artikel

Les requérants d'asile seront davantage vidéosurveillés

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel

Voici comment les villes et les cantons romands agissent pour le climat

Link zum Artikel

Vidéo

Il a filmé l'horreur des migrants: «Je me suis ramassé une claque»

Dans son premier documentaire, le Valaisan Shams Abou El Enein raconte le cauchemar d'un camps pour migrants. Bénévole en Grèce, il a récolté des témoignages effarants. Il se livre en vidéo.

Il a vu et surtout entendu le pire. L'enfer des réfugiés et l'atrocité des conditions de vie aux portes de l'Europe. Parti pour faire du bénévolat proche d'un camp surpeuplé à Samos, en Grèce, le réalisateur Shams Abou El Enein est revenu avec un film.

«Samos, The Faces of our Border», le premier documentaire de ce Valaisan de 28 ans, sort cette semaine dans les salles suisses. Le film révèle les histoires de 27 personnes interviewées au front: des migrants, des bénévoles, des habitants …

Lire l’article
Link zum Artikel