Suisse
Simonetta Sommaruga

Conseil fédéral: Pourquoi ce département effraie tout le monde

Course au Conseil fédéral: Pourquoi ce département effraie tout le monde

Le Parti socialiste cherche à savoir qui pourrait succéder à Simonetta Sommaruga. Toutefois, il n'y a pas foule pour reprendre son siège. Et la raison s'explique peut-être par le DDPS, un département honni.
09.11.2022, 05:5312.11.2022, 18:53
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Qui veut entrer au Conseil fédéral? Avec l'annonce de la démission de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cette question est posée avec insistance dans les milieux socialistes. Jusqu'à présent, ce sont surtout les refus qui se sont multipliés avec, par exemple, celui de l'ancienne conseillère aux Etats Pascale Bruderer lundi. Toutefois, d'autres candidats, comme Eva Herzog ou Edith Graf-Litscher, sont encore en lice.

Leur volonté seule ne compte, cependant, pas. Cela s'explique par une particularité de l'élection du gouvernement suisse: celui qui accède au Conseil fédéral ne peut pas choisir le poste qui lui convient, mais devra prendre la place de celui qui s'en va. Pour les politiciens chevronnés disposant d'une grande expertise dans un domaine particulier, cette règle pose un gros problème. En effet, celui ou celle qui veut absolument devenir conseiller fédéral et qui s'est occupé pendant des années de droit pénal pourrait devoir s'accommoder, lors d'une éventuelle élection, du département de l'environnement.

Le département fédéral de la Défense, de la Protection de la population et des Sports (DDPS), actuellement dirigé par la conseillère fédérale du centre Viola Amherd, est considéré comme particulièrement «impopulaire». Avant d'être la première ministre de la Défense de Suisse, elle s'est, surtout, fait un nom comme représentante des cantons de montagne affichant des positions extraordinairement libérales sur le plan social.

Le secrétaire général de Viola Amherd: un ancien du Detec

Amherd, qui dirige son département de manière motivée, s'est rapidement forgé une réputation de politicienne soutenant l'armée. Les succès remportés lors de l'acquisition d'avions de combat l'ont également aidée. On peut, toutefois, supposer qu'en tant que docteur en droit et intéressée par l'anarchisme et la politique de l'égalité, elle vise d'autres départements qu'elle affectionne peut-être plus.

Fin octobre, alors que seule la démission d'Ueli Maurer avait été annoncée, elle avait démenti toute envie de transfert, comme l'avait noté le Walliser Bote après une table ronde:

«Je sais seulement que je me plais beaucoup au DDPS. Je me suis entre-temps très bien intégrée. Je peux aussi dire que j'ai mis en route et réalisé de nombreux projets. Il n'y aurait donc aucune raison de changer.»

Cependant, difficile de dire si ce démenti reste valable après l'annonce de la démission de Sommaruga. Le porte-parole de Viola Amherd n'a pas souhaité faire de commentaire à ce sujet. La Valaisanne pourra, toutefois, justifier un changement de département par un changement de situation. Avant de rejoindre le DDPS, elle s'est engagée dans la politique de mobilité et devrait donc lorgner sur le Département des Transports (Detec). De plus, son secrétaire général, Toni Eder, a déjà occupé ce même poste au sein du même département il y a quelques années.

Toni Eder, Generalsekretaer VBS, Bundesraetin Viola Amherd und Remo Luetolf, Verwaltungsratspraesident RUAG Holding AG, von links, aeussern sich an einer Medienkonferenz zur Entflechtung und Weiterent ...
La conseillère fédérale Viola Amherd (à droite) en compagnie de son secrétaire général Toni Eder.image: KEYSTONE

Le successeur du PS n'aura pas le luxe de choisir

En termes de succession, c'est le principe de l'ancienneté qui prime. Autrement dit, c'est celui ou celle qui est en fonction depuis le plus longtemps peut choisir en premier. Cette situation devrait inquiéter les candidats du PS.

Si Viola Amherd change de département pour rejoindre celui qu'occupait Sommaruga et que Albert Rösti, favori de l'UDC, succède à Ueli Maurer au département des finances, le successeur devra reprendre le DDPS sans forcément être convaincu par les objectifs qu'il porte. La carrière de Viola Amherd a, cependant, montré que cela ne devrait pas être un obstacle pour remplir les missions d'un tel poste.

Comment fonctionne le principe de l'ancienneté
Les sept membres du Conseil fédéral s'organisent eux-mêmes après une nouvelle élection. Cette répartition des départements est organisée selon le principe dit de l'ancienneté. Ici, le successeur de la conseillère fédérale PS, Simonetta Sommaruga, doit reprendre sa place dans le département qu'elle occupait.

C'est la raison pour laquelle la politicienne spécialisée en économie, Jacqueline Badran, devrait prochainement renoncer à une éventuelle candidature. En charge des Finances dans le canton urbain de Bâle-Ville, Eva Herzog, doit également se demander comment elle pourrait rester motivée à remplir un rôle au DDPS pendant quatre ans.

La conseillère nationale veut prendre son temps

La conseillère nationale thurgovienne Edith Graf-Litscher aurait la tâche plus facile: elle s'est fait un nom comme politicienne engagée dans l'armée tout en étant encartée au parti socialiste. Un profil plutôt rare. Elle pourrait alors devenir la première ministre socialiste de la Défense en Suisse. Graf-Litscher a confirmé à watson vouloir sérieusement envisager une candidature: «Je vais prendre le temps de le faire». En effet, le temps ne presse pas, le délai est fixé au 21 novembre.

Die Stimmenzaehlerinnen und Stimmenzaehler kommen nach der Auszaehlung des ersten Wahlgangs angefuehrt von Edith Graf-Litscher, SP-TG, zurueck in den Saal, waehrend den Bundesratswahlen am Mittwoch, 9 ...
Edith Graf-Litscher, ici en rouge, a joué un rôle important lors des dernières élections fédérales: elle était scrutatrice. En décembre, elle pourrait devenir elle-même conseillère fédérale.image: KEYSTONE

Et l'outsider?

La tâche pourrait également être plus simple pour le conseiller aux Etats socialiste Daniel Jositsch. Ce dernier – qui a annoncé être candidat contre l'avis de son parti – connaît bien l'armée de l'intérieur. Il a, en effet, été officier.

Daniel Jositsch et la question du genre
Si le conseiller aux Etats socialiste Daniel Jositsch se présente comme candidat au Conseil fédéral, son parti aura du mal à s'expliquer sur la question de la promotion des femmes. Jositsch pourra rétorquer à ses détracteurs qu'une représentation mixte au Conseil fédéral n'est pas toujours obligatoire. Par exemple, en 2010/2011, le PS a été représenté au Conseil fédéral par deux femmes (Micheline Calmy-Rey et Simonetta Sommaruga).
Simonetta Sommaruga est douée en beatbox, la preuve!
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La SSR accusée d'antisémitisme et d'être pro-israélienne
Les événements s'enchaînent et les plaintes pleuvent sur la SSR qui est accusée de parti pris de tous côtés: tantôt antisémite ou pro-israélienne.

Une pluie de réclamations en lien avec le traitement de la guerre au Proche-Orient a atterri sur le bureau des services de l'ombudsman de la SSR pour la Suisse alémanique. En deux mois, 80 plaintes lui sont parvenues, plus que durant le Covid durant une période comparable.

L’article