Suisse
Sondage

Assurance maladie: pour ou contre la suppression en Suisse?

Sondage

Etes-vous pour ou contre la suppression de la caisse maladie obligatoire?

Dès 2024, les primes d'assurance maladie vont augmenter en Suisse. Les partis politiques ont déjà soumis leurs propositions de réforme. Quel est votre avis sur la question? Sondage.
31.08.2023, 09:5231.08.2023, 12:17
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

L'année prochaine, les Suisses devront mettre la main à la poche pour payer leur assurance maladie. En effet, dès 2024, les primes maladie augmenteront de 6 à 10%. Et à l'approche des élections fédérales, les partis politiques proposent déjà des propositions de réforme et de réduction des coûts. Quelques exemple:

  • La conseillère d’Etat zurichoise en charge de la Santé, Natalie Rickli, a par exemple émis l'idée provocante de la suppression pure et simple de l'obligation de s'assurer auprès d'une caisse maladie.
  • La conseillère nationale Verte, Manuea Weichelt, a quant à elle, demandé que le montant des primes dépende du revenu.
  • De son côté, le Parti socialiste veut à nouveau lancer une initiative en faveur d'une caisse unique.

Et vous? Que pensez-vous de ces propositions? Et quel est votre avis sur la question? On veut tout savoir!

👉 CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU SONDAGE 👈

Quand des adultes colorient des livres pour enfants
1 / 44
Quand des adultes colorient des livres pour enfants
partager sur Facebookpartager sur X
Il publie des fiches de salaire sur TikTok
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Voici qui a le plus de chances de devenir suisse
Depuis 2018, la naturalisation ordinaire en Suisse est plus sélective, favorisant les personnes hautement qualifiées et aisées.

La naturalisation ordinaire est plus sélective depuis l'introduction de la nouvelle loi sur la naturalisation en 2018. Près de deux tiers des demandes proviennent de personnes hautement qualifiées et aisées, selon une étude.

L’article