DE | FR

Christian Constantin accusé de boxer avec un néonazi valaisan

Le président du FC Sion a été vu à l'entraînement avec un partenaire de boxe supposé d'extrême droite. Mauvaises fréquentations ou pur hasard? Il répond dans les colonnes d'un quotidien romand.
04.05.2022, 12:2804.05.2022, 12:53
Suivez-moi

C'est une «publicité » dont le président du FC Sion se serait passé. Le quotidien vaudois 24 heures révèle qu'un lecteur s'était offusqué de la présence de Joël Moret, partenaire de boxe de l'entrepreneur valaisan dans un article du Matin.ch. Joël Moret n'est pas ce que l'on pourrait appeler quelqu'un de «fréquentable», il serait en effet proche de l'extrême droite valaisanne selon le quotidien romand.

Les images de «CC» à son entraînement de boxe ont indigné un lecteur qui lui a adressé directement une lettre. Selon 24 heures, le lecteur parle «d’un groupuscule déjà évoqué par le quotidien Le Nouvelliste en 2020, d’accointances néonazies, de sa peine de voir le boss de Martigny évoluer avec une personne qui porterait cette mouvance.» Ni une, ni deux, nos confrères ont demandé au président du FC Sion ce qu'il en pensait.

«Ne pas tout mélanger»

Ce qui est clair avec chaque interview de Christian Constantin c'est qu'il n'y va pas par quatre chemins. À la question : connaissait-il la réputation et l'idéologie de son partenaire de boxe? Le président du FC Sion répond sans détours :

«Moi, je ne sais pas si mon adversaire était un néonazi, je ne pense pas qu’il le soit, Joël a toujours été très correct de ce que j’ai vu»
Christian Constantin cité dans 24 heures

Et il ajoute:

«Je me battais seulement face à quelqu’un et autant prendre un costaud, plutôt que Yann Lambiel pour que je lui fasse mal au nez»
Christian Constantin cité dans 24 heures

Il ajoute aussi qu'il ne faut en aucun cas «tout mélanger» et qu'il a simplement répondu présent à un entraînement de boxe. Mais qu'en est-il du côté de l'organisateur de la confrontation? Benoît Hubert, boxeur professionnel et organisateur de l'événement, s'explique dans les colonnes du journal romand:

«Ce qui se passe dehors ne me regarde pas, je ne parle pas de ce que l’adversaire de Christian fait de sa vie, cela ne m’intéresse pas»
Benoît Hubert, boxeur professionnel

Pour clore le sujet, 24 heures a contacté Joël Moret, le sparring-partner de Constantin et le moins que l'on puisse dire, ses réponses ne sont pas très étayées.

«Je suis ravi d’avoir pu m’entraîner avec Christian Constantin, nous dit-il. J’ai constaté un réel potentiel chez lui. Je serai ravi aussi de l’inviter en forêt à mes côtés. Et j’en profite aussi pour remercier le mentor de mes débuts pugilistiques, Philippe Abate, à Martigny.»

Ah, et puis, la question qui pourrait fâcher? Fait-il partie d'un groupe d'extrême droite?

«Je ne réponds pas à cela»
Joël Moret

Pas sûr que cette réponse lapidaire dissipe les doutes.

21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars

1 / 22
21 photos du tournage de la première trilogie de Star Wars
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Le journaliste Alexis Favre taquine Christian Constantin, président du FC Sion

Plus d'articles sur le sport

Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène

Link zum Artikel

Nicola Spirig veut battre un record et fait grincer les puristes

Link zum Artikel

Qui est le meilleur de tous les temps? Un savant fou a trouvé

Link zum Artikel

Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Variants d'Omicron: «les cas pourraient à nouveau augmenter», selon Tanja Stadler
Alors que le nombre global de cas diminue, on voit déjà les variants d'Omicron s'imposer notamment en Allemagne et au Portugal. L'évolution pourrait néanmoins être différente en Suisse.

Pour l'heure, on recense environ 1700 nouvelles infections de Covid confirmées. C'est quinze fois moins que lors du deuxième pic d'Omicron à la mi-mars. Le nombre de patients hospitalisés testés positifs a également été divisé par dix. La baisse des cas n'est donc pas seulement due au peu de tests effectués.

L’article