DE | FR
Switzerland's goalkeeper Yann Sommer saves the penalty shot by France's Kylian Mbappe during the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between France and Switzerland at the National Arena stadium in Bucharest, Romania, Tuesday, June 29, 2021. (AP Photo/Vadim Ghirda, Pool)

Kylian Mbappé tire et rate son pénalty, arrêté par le gardien suisse Yann Sommer. Image: Pool AP

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Au lendemain de son tir au but raté contre la Suisse, la star française Kylian Mbappé prend cher sur les réseaux sociaux. L'orgueilleux surdoué pourra-t-il surmonter cet échec? Les spécialistes joints par watson ont leur petite idée.



Mythique en parfumerie comme en football, le numéro 5 n’a hier soir pas porté chance à Kylian Mbappé. Pétri de talent et d’orgueil, l’attaquant français avait choisi d’être le cinquième tireur de son équipe lors de la séance des tirs aux buts. Le cinquième et dernier, celui dont la réussite à cet exercice périlleux vaut généralement victoire et qualification. Autant dire qu’on s’en souvient, du cinquième tireur. Problème, on s'en souvient aussi en cas d’échec.

«Il a toujours été précoce»

Face à la Suisse, la prise de responsabilité de Kylian Mbappé, dans ce rôle de primus inter pares qu’il semble vouloir s’attribuer, restera à jamais synonyme de défaite. En même temps, comme dirait l’autre, prendre ses responsabilités, c’est ne pas les fuir. Le tout à 22 ans. «Mbappé a toujours été précoce. Que ce soit au foot ou à l’école. A 12 ans, il s’ennuyait en classe», note Hervé Penot, journaliste au quotidien sportif français L’Equipe.

C’est donc précocement que Kylian Mbappé va devoir gérer ce qu’avant lui des stars plus âgées au moment des faits ont dû surmonter. Michel Platini en 1986 au Mexique contre le Brésil. A la différence que son pénalty manqué n’avait pas causé l’élimination de la France – toi aussi, remue le couteau dans la plaie.

Sur les réseaux, où les fans se comptent en millions, Mbappé s’est excusé (what else?):

N'empêche, il prend cher. C’est ce qui arrive quand les réputations sont paraissent usurpées aux yeux de certains. Ainsi, le feu-follet de Bondy, la ville de Seine-Saint-Denis où il a grandi, serait un puceau comparé au taiseux de Rosario, l’Argentin Lionel Messi.

Le blues dure longtemps? «Je ne crois pas, tranche Hervé Penot à propos de numéro 10 français. Je ne le vois pas se laisser abattre par ce coup du sort. Il va rebondir au plus vite. En club, déjà, avec le PSG, puis en équipe nationale, où il aura à cœur de montrer sa vraie valeur.»

Pour Yves Débonnaire, ancien footballeur au FC Sion, chef de la formation des entraîneurs en Suisse et consultant à la RTS, il ne faut pas voir Mbappé comme le stéréotype du jeune joueur fragile. «C’est un talent confirmé, champion du monde à 18 ans. Un attaquant de classe mondiale.»

«Il a certes raté son Euro et son huitième de finale contre la Suisse, mais il va récupérer son rang, j’en suis convaincu»

Yves Débonnaire

«Ça arrive, même aux meilleurs»

Le plus compréhensif, le plus indulgent pour le numéro 10 des tricolores, c’est encore Stéphane Chapuisat, star à 20 ans avec la Nati, avant-centre de légende du Borussia Dortmund.

Mbappé a loupé son pénalty? «Ça arrive, même aux meilleurs.» Remarquez, le Vaudois, lui, l’avait mis au fond lors d’une demi-finale de la coupe UEFA. Avec le Borussia, contre Auxerre, en 1993. «On avait gagné 2-0 chez nous à l’aller et on avait perdu sur le même score au match retour en France. Les prolongations n’avaient rien donné. Aux tirs au but, j’étais quatrième tireur, j’avais marqué», se souvient l’ex-buteur du grand club de la Ruhr. Il ose tout de même un reproche à Mbappé: «Il a tiré son pénalty à mi-hauteur, facilitant le travail du gardien. Le mieux est de le tirer à ras de terre ou en hauteur.»

Mais l'admiration reprend vite le dessus. «C’est un attaquant incroyable, sûrement le No1 au monde», lâche Stéphane Chapuisat, trente ans de plus que le Bondynois.

«Je ne doute pas de sa capacité à encaisser le choc de son pénalty raté. On ne peut pas toujours avoir tout qui réussit. Je ne me fais pas de souci pour lui»

Stéphane Chapuisat

Plus d'articles «Victoire de la Nati»

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

La majorité d'entre vous pense que la Suisse va plier l'Espagne, à vos pronos!

Link zum Artikel

Suisse-France: sélection des mèmes les plus drôles ❤️😂

Link zum Artikel

Nos champions du monde!

Link zum Artikel

La victoire de la Nati, vue depuis l'étranger

Link zum Artikel

Mario Gavranović, ce coéquipier parfait

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

Pourquoi l’extrême droite est fascinée par le Moyen Age

Condamné jeudi à quatre mois de prison ferme, le jeune homme qui a giflé Emmanuel Macron suit des personnalités et des sites d'extrême droite. Il voue une véritable passion pour le Moyen Age. Droite ultra et période médiévale: les raisons d'un amour fou.

«Montjoie Saint-Denis! A bas la macronie!», a proféré Damien T. en giflant le président de la République, Emmanuel Macron, mardi 8 juin, dans la Drôme. «Montjoie Saint-Denis»? Un cri de guerre, celui des armées du roi, au temps de la chevalerie. Une époque, celle du Moyen Age, que l’agresseur de 28 ans, condamné jeudi à quatre mois de prison ferme et à une obligation de soins, semble révérer. Amateur d’arts martiaux et de mangas, le jeune homme apparaît comme proche des …

Lire l’article
Link zum Artikel