DE | FR

Voici les sports que vous avez pratiqués pendant la pandémie

Bild

Près de la moitié des Suisses ont moins bougé au cours de l'année écoulée. Mais certains ont fait l'effort de se réinventer afin de continuer à faire de l'exercice.



Près de la moitié des Suisses fait moins de sport depuis que la pandémie a éclaté, révèle un sondage du Groupe Mutuel. Le groupe des 30 à 44 ans se dit particulièrement touché par ce manque d’exercice, les Alémaniques un peu plus que les Romands. La santé mentale en souffre aussi, puisque 40% des jeunes adultes vont moins bien.

Sur une échelle de 1 à 6, le niveau de forme physique a diminué de 4.1 à 3,6, indique le sondage en ligne, diffusé lundi. En cause, la fermeture des installations sportives, l'absence de motivation et le manque d'interactions avec amis et coéquipiers.

Qui sont les sondés?

Pour réaliser ce sondage, 1225 résidents des trois régions linguistiques âgés de 18 à 79 ans et disposant d'un accès à Internet ont été interrogés entre le 24 et le 30 mars.

D’autres sports ont été pratiqués sporadiquement: 15% de la population a ainsi été plus active qu'avant l’apparition de la pandémie. Parmi ces personnes, le nombre de Romands et de jeunes est plus important. Ces derniers se sont dit surtout motivés par le besoin d’air frais et de nature, par l’impact sur leur propre santé et par l’augmentation de temps libre grâce au télétravail.

Les sports qui ont eu la cote pendant la pandémie sont:

Conséquences lourdes du manque d'exercice

Le manque d’exercice physique à l’échelle nationale peut avoir de lourdes conséquences, rappelle le Groupe Mutuel. Il favorise en effet l’apparition de diverses maladies telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète, qui peuvent être fatales à long terme.

Des chercheurs américano-canadiens attribuent près de 8% des décès dans le monde au manque d’activité physique. En Suisse, 2% des décès étaient liés à la sédentarité en 2017. Une personne est considérée comme physiquement inactive si elle fait moins de 150 minutes d’exercice par semaine à intensité modérée ou moins de 75 minutes de manière intensive.

(ats)

Eruption du Nyiragongo en mai 2021

1 / 10
Eruption du Nyiragongo en mai 2021
source: sda / rebecca blackwell
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

World Of Watson: le retour au travail

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«La vaccination devrait se faire là où les jeunes se trouvent, à l'école ou l'uni»

Les adolescents sont réticents à l’égard de la vaccination contre le Covid. L’OFSP ne voit pas la nécessité d’agir, malgré le variant Delta. Les jeunes politiciens, de leur côté, appellent à l’action.

Le variant Delta du Covid a actuellement une cible facile: les enfants et les adolescents. Le taux de vaccination dans cette tranche d'âge est faible, avec un peu moins de 4% de protection totale jusqu'à présent. Parallèlement, le nouveau variant représente environ un tiers des infections. Pourtant, face à cette nouvelle situation, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) n'envisage pas de modifier sa stratégie et de créer des incitations ciblées à la vaccination, ont annoncé …

Lire l’article
Link zum Artikel