DE | FR

Une francophone de moins à l'OFSP, c'est grave Doktor?

Seule experte s'exprimant en français durant les conférences de presse hebdomadaires, Virginie Masserey va quitter ses fonctions à l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP). Que signifie son départ pour la représentativité linguistique dans l'administration fédérale? Eléments de réponse.
12.11.2021, 06:0312.11.2021, 17:48
Suivez-moi

Romandie mon amour

«Un seul être vous manque et tout est dépeuplé», disait Lamartine. C'est peut-être l'impression que nous aurons durant les prochaines conférences de presse de l'OFSP. En effet, dès le mois d'avril 2022, exit Virginie Masserey au banc des experts de la Confédération et, par la même occasion, «au revoir» notre magnifique langue de Molière (oui, on a le droit d'en rajouter pour une fois). Selon Laurent Werhli, président de l'association Helvetia Latina qui promeut le plurilinguisme:

«Virginie Masserey a parfaitement assumé son côté romand tout en étant appréciée par les médias alémaniques»

Pour le conseiller national, son départ constituera un «défi» pour la représentativité des Latins à la Confédération. «Tout dépendra du profil de son ou de sa remplaçante, mais ne présageons de rien. Nous attendons de voir», répond prudemment Laurent Werhli.

L'OFSP mauvais élève

En matière de représentation linguistique, l'Office fédéral de la santé publique n'est pas vraiment en haut du classement. En 2018, sur la totalité de son effectif qui s'élevait à 590 employés, 77,1% parlaient allemand, 19% français et seulement 3,4% italien. Les Romanches eux représentent 0,5%.

Rappelons tout de même qu'une ordonnance de la Confédération stipule que le poids des francophones dans l'administration fédérale doit se situer entre 21,5% et 23,5%. Selon un employé de la Confédération contacté par watson et issu d'une minorité:

«On constate que plus on monte dans la hiérarchie et moins on a de francophones et d'italophones. On peut alors se questionner sur les priorités des départements et des offices à ce sujet»

Vous avez dit soft power?

Les Latins ont-ils réellement une influence au sein de l'administration fédérale? Selon Laurent Wehrli, le «soft power» ou la capacité d'influence ou de persuasion des Latins doit être renforcée. «Les CFF ont cherché récemment un responsable TVA et l'annonce était écrite exclusivement en allemand. Je peux vous assurer que Vincent Ducrot (président des CFF) a reçu une lettre d'Helvetia Latina dans les jours qui ont suivi», explique le président de l'association.

«Notre association est intervenue sur des appels d'offres de la Confédération qui n'étaient diffusés qu'en allemand. Vous imaginez les conséquences sur des entreprises latines»

Pour le conseiller national, il est important de ne pas se couper de candidatures latines intéressantes. Et d'ajouter: «Par définition, quand on écrit une offre d'emploi en allemand, on étiole la capacité des Latins d'y répondre mettant à mal le plurilinguisme».

Et Virginie Masserey dans tout ça?

Elle s'en va pour diriger le département de la santé du canton de Vaud au 1er avril 2022 et laisse la Confédération dans un certain «désarroi», selon le communiqué officiel: «Mme Masserey a mis à profit de manière extraordinaire ses nombreuses compétences et son vaste savoir pour lutter contre le coronavirus. L’OFSP regrette vivement son départ et la remercie de son engagement exceptionnel». Avis aux Romands, Tessinois ou Grisons: une place (linguistique) est à prendre.

Une année de Covid-19 en Suisse retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles en lien avec l'OFSP:

Un test d’immunité donnant accès au certificat? L’OFSP dit non

Link zum Artikel

10 punchlines pour savoir où en est le Covid en Suisse

Link zum Artikel

Cher OFSP, soyez plus cohérent et ne jouez plus avec nos nerfs

Link zum Artikel

Personnaliser les affiches de l'OFSP? Oui, mais interdit d'écrire «Trump»!

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le diplomate russe Boris Bondarev est sous protection policière 24h/24
Le haut fonctionnaire a critiqué Poutine en démissionnant avec fracas lundi. Une prise de position qui l'oblige à être sous surveillance jour et nuit.

Boris Bondarev, un ex-diplomate russe de 41 ans, est sous la protection 24h/24 de policiers suisses, rapporte 24 heures. Les raisons? Il a quitté lundi, à Genève, le service de la mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) de son pays en attaquant le président russe Vladimir Poutine et sa guerre en Ukraine à travers une lettre ouverte. Une protestation qui a eu un retentissement mondial.

L’article