DE | FR
Lyudmyla Vorgul avec sa famille à Kharkiv, à gauche, et fuyant la guerre avec ses fils, à droite.
Lyudmyla Vorgul avec sa famille à Kharkiv, à gauche, et fuyant la guerre avec ses fils, à droite. image: Lyudmyla Vorgul
Témoignage watson

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Plus de deux millions de personnes ont déjà fui la guerre en Ukraine. Des centaines d'entre elles sont arrivées en Suisse. Parmi elles, Lyudmyla Vorgul de Kharkiv et ses deux fils. watson s'est entretenu avec elle.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
14.03.2022, 05:4621.03.2022, 11:14
Daniel Huber
Daniel Huber
Daniel Huber
Suivez-moi

Il y a deux semaines à peine, Lyudmyla Vorgul (49 ans) vivait à Saltowka, un quartier situé dans la périphérie nord-est de la mégapole ukrainienne de Kharkiv. Aujourd'hui, cette esthéticienne vit avec ses fils Kyrill (14 ans) et Artur (6 ans) dans une chambre à dix lits du centre d'asile de Lyss, dans le canton de Berne. Elle a laissé derrière elle sa fille Jana (20 ans), son mari Vadim et sa mère octogénaire Nine.

👉 Toute l'actualité du conflit Russie-Ukraine dans notre direct 👈

Lyudmyla, comment allez-vous?
Je vais bien. Je remercie Dieu d'être en sécurité ici en Suisse avec mes deux garçons. Entre-temps, notre appartement à Kharkiv a été bombardé. Et je prie pour qu'il n'arrive rien à mes proches en Ukraine.

Avez-vous des nouvelles d'eux?
Oui, je suis en contact avec mon mari, je lui ai parlé ce matin (réd: le 10 mars). Il va bien.

Où est-il? L'appartement est complètement détruit.
Vadim vit maintenant chez sa mère, dans un autre quartier de la ville. Là-bas, tout n'est pas encore détruit. Notre quartier de Saltowka est complètement dévasté.

Et votre mère?
Elle aussi est toujours à Kharkiv. Pendant plusieurs jours, je ne savais même pas si elle était encore en vie. Sa maison se trouve dans un quartier bouclé par l'armée. J'ai dit à mon mari: «Vadim, tu dois aller voir là-bas». Mais il n'a pas pu passer, les soldats ne l'ont pas laissé s'y rendre. Entre-temps, j'ai appris qu'elle était encore en vie. Une grenade est tombée dans son appartement, mais elle n'a pas explosé. Dieu merci, elle va relativement bien.

Vous avez aussi une fille adulte.
Jana. Elle est étudiante en architecture et travaille dans le secteur. Avec des collègues de son entreprise, elle a fui Kharkiv dans deux voitures, direction la Pologne. Ce matin, à 9 heures, elle était encore en Ukraine, à Czernowitz, à la frontière roumaine.

Le réveil dans un pays en guerre

Comment avez-vous vécu le début de la guerre?
La guerre a commencé à 4 heures du matin. On entendait des explosions mais je ne comprenais pas ce qui se passait. A 5h, il y a eu d'autres explosions. J'ai alors compris que quelque chose de grave se passait. Nous habitions au premier étage. Dans la maison d'à côté, il y avait des militaires. J'ai vu ces gens sortir du bâtiment et j'ai crié: «Qu'est-ce qui se passe?» Ils m'ont répondu en criant:

«Va-t'en vite, c'est la guerre!»

Saviez-vous déjà que vous alliez quitter votre pays?
Au début, je me suis dit que nous étions en 2022, que ce n'était pas possible. Mais quelque chose dans mon cœur m'a dit: tu dois partir. Même si j'aime mon pays, je devais partir.

Lyudmyla et ses fils dans un bunker de Kharkiv.
Lyudmyla et ses fils dans un bunker de Kharkiv. image: Lyudmyla Vorgul

Et vous êtes partie dès le premier jour?
Non, seulement au troisième jour. Au début, nous hésitions beaucoup. Nous avons pensé qu'ils ne bombarderaient peut-être pas aussi massivement. Le vendredi 26 février était une journée relativement calme, mais notre président a déjà déclaré l'état de guerre. Le troisième jour, j'ai compris que la situation allait encore empirer. Et les possibilités de fuir le pays allaient en diminuant. Je me suis demandé où nous allions aller.

Partir pour la Suisse

Vous avez décidé de vous réfugier en Suisse. Pourquoi ici?
Je n'étais encore jamais allée en Suisse, mais je savais que c'était un pays pacifique. Où il n'y avait pas eu de guerre depuis très, très longtemps. C'est là que je voulais aller, car nous y serions en sécurité. J'ai beaucoup de respect pour ce pays et pour les gens qui y vivent.

D'autres réfugiés sont arrivés par avion, voici leur histoire 👇

Vidéo: watson

Que connaissez-vous de la Suisse?
Je connais un peu le pays, la culture, la nature, par exemple les Alpes. Il y a beaucoup de belles choses ici.

«Avant déjà, je rêvais de vivre un jour en Suisse»

Qu'est-ce qui a scellé votre décision?
Une raison pratique: la télévision nous a informés que les femmes et les enfants d'Ukraine pouvaient désormais entrer en Suisse sans passeport. Mon jeune fils a un passeport qui n'était valable que jusqu'en 2020. C'est ce qui faisait de la Suisse la meilleure destination pour se réfugier.

Vous parlez très bien l'allemand. Avez-vous appris la langue en Ukraine ou avez-vous été dans une région germanophone?
J'aime apprendre. J'ai appris l'allemand à l'école. J'aime cette langue. Et j'avais une connaissance en Allemagne, j'ai parlé avec elle de temps en temps et j'ai ainsi amélioré mon niveau d'allemand.

Fuir Kharkiv

Vous êtes donc partie le 26 février?
J'ai annoncé à mon mari: «Vadim, nous devons partir maintenant. Plus tard, ce sera tellement le chaos que nous ne pourrons plus monter dans les trains». Nous étions relativement en avance, mais il y avait quand même déjà du monde.

Qu'avez-vous emporté avec vous?
Je ne me souviens pas de la façon dont j'ai fait mes bagages. C'était comme dans un mauvais rêve.

Vous vous êtes ensuite rendue à la gare?
Oui. Au guichet, nous avons voulu acheter un billet pour Lvov, mais la femme nous a dit qu'il n'y avait pas de billets pour cette ville. Alors nous sommes restés là, désemparés. J'ai prié. C'est alors qu'une femme est arrivée et nous a demandé si nous voulions aller à Lvov. Un train arrivait et toutes les femmes et les enfants pouvaient monter gratuitement à bord. Mais il fallait agir vite.

«Nous avons couru et sommes montés»

Votre mari vous a-t-il accompagnés, vous et vos enfants?
Bien sûr. Artur a regardé par la fenêtre du train et l'a vu, debout sur le quai. Il m'a alors demandé: «Maman, pourquoi est-ce qu'on part seuls sans papa? Pourquoi il reste ici?» J'ai pleuré et je lui ai répondu: «Tu sais, il nous rejoindra un peu plus tard.»

Comment était la situation à Lvov?
Nous sommes arrivés à 3h du matin. Il y avait déjà beaucoup de monde et il faisait froid. C'est seulement à ce moment-là que j'ai réalisé que le manteau que j'avais emporté n'était pas assez chaud. Et mes chaussures n'étaient pas non plus vraiment adaptées à ce voyage. Avant le train pour Przemyśl en Pologne, il y avait une foule énorme de gens qui essayaient tous de monter dans le train. Les femmes criaient, les enfants pleuraient. C'était une scène digne de Titanic. Beaucoup de gens ont laissé leurs bagages sur le quai pour pouvoir entrer dans le train. Dans le train, il y avait des policiers qui ne laissaient entrer que les enfants et les femmes. L'un d'eux m'a crié: «Dawai!» («Allez!»)

J'ai pu monter dans le train avec les enfants, mais j'ai dû laisser les valises derrière moi. Lorsque nous avons trouvé une place dans le train, j'ai pu sortir rapidement et les faire entrer. Heureusement!

Passer la frontière polonaise

Comment a été le voyage jusqu'à Przemyśl?
Le train était complètement bondé. Certains enfants tenaient leurs animaux de compagnie dans leurs bras. Une fille de notre quartier que je connaissais avait même pris une petite tortue dans un grand bocal de cornichons. Des bénévoles ont apporté de l'eau pour toutes les personnes présentes dans le train.

Artur tient la tortue de sa petite voisine.
Artur tient la tortue de sa petite voisine. image: Lyudmyla Vorgul

Combien de temps le voyage a-t-il duré?
Au début, c'était cinq heures de trajet. J'ai contacté une vieille connaissance à Wroclaw, en Pologne. Cela faisait 10 ans que nous avions perdu contact. J'ai trouvé son numéro de téléphone et je lui ai écrit pour lui demander de l'aide. Elle m'a répondu qu'elle pouvait venir me chercher à Przemyśl. Il lui fallait cependant six heures pour s'y rendre. Notre train est parti à 6hdu matin, mais à 15h, nous n'étions qu'à un petit village près de la frontière et le train s'est immobilisé. A un moment donné, on nous a dit que nous devions attendre jusqu'au soir.

«Le soir, on nous a dit que le train ne partirait pas non plus pendant la nuit. Et le lendemain, le train était toujours à l'arrêt.»

Vous avez passé tout ce temps dans le train? Est-ce que vous aviez accès à de la nourriture?
Oui, des gens des environs nous ont apporté de l'eau, du thé chaud, de la soupe, du fromage et du pain. Puis le train a enfin redémarré. Le soir du deuxième jour, nous sommes arrivés à Przemyśl. Lorsque nous avons franchi la frontière, j'ai éprouvé un sentiment de soulagement: nous étions enfin en sécurité!

Arrivée à Przemyśl.
Arrivée à Przemyśl.image: Lyudmyla Vorgul

Que s'est-il passé ensuite à Przemyśl?
J'ai été impressionné par la façon dont les Polonais ont organisé les choses. Il y avait beaucoup de bénévoles. Ils demandaient à tous ceux qui descendaient du train: «Avez-vous besoin d'une aide médicale? Si oui, allez dans cette direction. Vous avez des enfants en bas âge avec vous? Allez par là!» Tout était efficace et bien organisé. Chaque enfant a reçu un petit jouet. C'est là qu'Artur a ri pour la première fois. Pour la première fois depuis que nous avons quitté la maison. Ce rire m'a vraiment beaucoup touchée. Et j'ai vu que d'autres enfants riaient aussi. Pendant tout le temps passé dans le train, ils ont surtout pleuré, et c'était vraiment terrible. Même si je dois dire que la situation en Ukraine est cent fois pire maintenant. Je tiens d'ailleurs à remercier de tout cœur ces bénévoles polonais!

Des bénévoles polonais aident les réfugiés ukrainiens à Przemyśl.
Des bénévoles polonais aident les réfugiés ukrainiens à Przemyśl. image: Lyudmyla Vorgul

Ma connaissance de Varsovie nous attendait. Quand nous l'avons rencontrée à Przemyśl, elle nous a dit: «Lyudmyla, tu as dit que tu serais là dans six heures, mais ça fait deux jours que je t'attends!» Nous sommes allés à Varsovie, et là, le 1er mars, nous avons fêté l'anniversaire de Kyrill, mon fils aîné, avec un petit gâteau.

Arrivée en Suisse depuis l'Allemagne

De Varsovie, vous êtes ensuite allée en Allemagne?
Oui, à Berlin, à la gare de l'Est. Là, j'ai obtenu un billet gratuit pour aller en Suisse. Je devais pour cela présenter mon passeport ukrainien. Mais cette possibilité n'existait qu'à la gare centrale. J'ai donc laissé mes fils à la gare de l'Est et je suis allée là-bas. A mon retour, le train direct pour la Suisse était déjà parti, nous avons donc dû prendre un autre train via Francfort.

Puis vous êtes venue en Suisse. Vous aviez un contact ici?
Cette première nuit après le début de la guerre, je n'ai pas pu dormir. Je sentais que quelque chose arrivait. Un sentiment particulier que je ne peux pas expliquer. Le lendemain, j'ai posté une photo de moi et de mes enfants sur le groupe Facebook Suisse-Ukraine et j'ai écrit: «Nous sommes de Kharkiv, nous ne voulons pas mourir. S'il vous plaît, aidez-nous!»

Le post Facebook de Lyudmyla.
Le post Facebook de Lyudmyla. image: Lyudmyla Vorgul

Plus tard, alors que nous étions déjà en Pologne, une femme y a répondu. Tatjana est originaire d'Ukraine et vit en Suisse depuis longtemps. Elle a répondu à mes questions et m'a proposé son aide. Je ne la connaissais pas, mais j'ai compris qu'elle voulait m'aider. C'est une femme merveilleuse, un ange! Je remercie Dieu que de telles personnes existent.

Lyudmyla, à gauche, est chez Tatjana, à droite.
Lyudmyla, à gauche, est chez Tatjana, à droite.image: zVg

Vous avez habité à Zurich chez Tatjana?
Oui, elle nous attendait à la gare. Elle a cuisiné pour nous, a fait les lits exprès pour qu'ils soient frais. Et sa fille nous a emmenés au zoo. Cette excursion a permis à mes enfants d'évacuer le stress. Je suis très reconnaissante envers Tatjana et sa famille pour cela.

Lyudmyla, ses fils Kyrill et Artur et la fille de Tatjana (à droite), au zoo de Zurich.
Lyudmyla, ses fils Kyrill et Artur et la fille de Tatjana (à droite), au zoo de Zurich.image: zVg

Au centre d'asile

Ensuite, vous êtes venue ici à Lyss (BE). Comment cela s'est-il passé?
Nous n'étions pas encore enregistrés, car – comment dire? – La Suisse n'était pas encore prête à accueillir un tel afflux de personnes. Le jeudi matin, nous étions au centre d'asile de Zurich. Là-bas, on nous a dit que nous devions attendre: «Vous avez des connaissances ici à Zurich. Vous pouvez dormir là-bas, vous pouvez manger là-bas».

Ils étaient aimables, mais on sentait qu'ils voulaient se débarrasser de nous gentiment. Ils nous ont aussi informés qu'à partir de vendredi, de nouvelles règles s'appliqueraient pour les réfugiés ukrainiens, à savoir le statut S.

Pour tout savoir des mesures de la Suisse envers les Ukrainiens 👇

La bureaucratie...
Je ne connaissais pas la bureaucratie en Suisse... Dimanche, nous sommes retournés au centre d'asile de Zurich, mes fils et moi, avec nos valises. Cette fois encore, ils ont dit: «Mais vous avez des connaissances ici! Vous pouvez dormir chez eux!» Mais nous avons insisté. J'ai dit que Tatjana était une bonne connaissance, mais que ce n'était pas ma famille. Je ne pouvais pas rester chez elle, abuser de son hospitalité et manger son pain. Je ne voulais pas ça. Il doit y avoir certaines limites. Mais ils ont dit qu'il n'y avait plus de place, que nous devions dormir par terre. Il y avait beaucoup de gens qui venaient d'Ukraine. Nous sommes quand même restés.

«Dans la nuit, un bus est arrivé et on nous a dit qu'il y avait encore des places à un autre endroit. C'est comme ça que nous sommes arrivés ici, à Lyss.»

Comment est-ce que c'est à Lyss? Est-ce que vous êtes avec des compatriotes?
Il y a de tout. Il y a une famille ukrainienne avec un homme, un grand-père. Les hommes de moins de 60 ans n'ont désormais plus le droit de quitter l'Ukraine.

Cela doit être difficile, vous n'avez pas du tout d'intimité.
Mais au moins on est en sécurité.

Comment se porte votre petit Artur?
Bien. Il avait très peur pendant la fuite. Il pleurait. Et il se mordait toujours les lèvres. C'était le stress. C'est pour ça qu'il a maintenant des endroits un peu enflammés autour de la bouche. Je les soigne avec de la crème. Mais ça va mieux maintenant. Il m'a dit:

«Maman, c'est très bien que nous soyons loin de cette guerre»

Et comment Kyrill vit-il la situation?
Kyrill va bien aussi. Il est passionné de basketball. Son souhait est de trouver un club de basket professionnel en Suisse.

Kyrill, à gauche, au centre d'asile de Lyss.
Kyrill, à gauche, au centre d'asile de Lyss.image: Lyudmyla Vorgul

Et après?

Quand on pense - il n'y a pas si longtemps, vous étiez encore chez vous, dans votre appartement, dans votre vie quotidienne. Et maintenant, vous êtes ici en tant que réfugiée dans un pays étranger.
Il n'y a pas si longtemps, nous ne pouvions pas imaginer qu'une telle chose puisse arriver. Entre temps, mon appartement a été bombardé et nous nous retrouvons en Suisse. J'ai déjà tellement pleuré. Vous savez, c'était vraiment une décision déchirante. Mon cœur et mes pensées sont en Ukraine. Mais à Kharkiv, il n'y a pratiquement aucun endroit qui n'ait pas été bombardé. Partout dans la ville, tout est détruit, comme après la Seconde Guerre mondiale, avec Hitler. Je remercie Dieu de nous avoir amenés ici.

Quand cette guerre sera terminée, voulez-vous rester ici ou retourner en Ukraine?
Vivre ici, en Suisse, était autrefois mon rêve. Et je serais vraiment la plus heureuse si je pouvais rester ici et contribuer à la vie de ce pays. Mais quand cette guerre sera terminée, j'aimerais aussi faire quelque chose pour mon pays d'origine, le faire revivre et aider à sa reconstruction.

Quand vous êtes née, l'Union soviétique existait encore. De nombreux Ukrainiens ont de la famille ou des connaissances en Russie. Avez-vous parlé de cette guerre avec des Russes?
J'ai une bonne connaissance à Moscou. Elle est esthéticienne comme moi. Nous nous sommes rencontrées lors d'un salon de la beauté et avons assisté ensemble à des séminaires. C'est une femme charmante. Maintenant que la guerre a éclaté, je lui ai écrit: «Larissa, que s'est-il passé? Je ne comprends pas comment cela a pu arriver. La Russie bombarde l'Ukraine». En réponse, elle m'a envoyé cette vidéo. Là, j'ai vu la mentalité de ces Russes, comment ils pensent. Et j'ai eu peur, vraiment peur. Il y a beaucoup de bons Russes. Ils ne pensent pas tous comme ça. Mais la mentalité agressive que beaucoup partagent doit changer.

Guerre en Ukraine: un couple se marie en pleine guerre

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des records de chaleur attendus pour cet été
Vous pensiez que le mois de mai rimait avec été? Faux! Une hausse des températures et de nouveaux records de chaleur seraient encore à prévoir.

L'été en Suisse sera plus chaud que la normale, avertit le chef de SRF Meteo, Thomas Bucheli. De nouveaux records de chaleur sont «très probables», déclare-t-il dimanche dans la SonntagsZeitung. «Ce serait étonnant que cela aille dans une autre direction».

L’article