DE | FR
Un romand soutient les Ukrainiens dans leur résistance face à l'armée russe.
Un romand soutient les Ukrainiens dans leur résistance face à l'armée russe.Image: Shutterstock
Témoignage watson

Ce Romand aide les Ukrainiens à saboter les chars russes

Antoine est un quadragénaire au passé militaire. Depuis le début du conflit, il conseille les volontaires des forces territoriales ukrainiennes dans leur résistance face à l'armée russe. Empoisonnement de la nourriture, sabotage de carburant, explosifs artisanaux, le Suisse ne manque pas d'idées.
21.03.2022, 06:0521.03.2022, 12:20
Suivez-moi

Pour Antoine*, cela a été une évidence. Dès le début de l'invasion russe en Ukraine, ce Romand, au passé militaire, a utilisé ses connaissances à l'étranger pour entrer en contact avec des combattants ukrainiens. Son objectif? Aider les civils à résister à l'armée de Poutine. «Je me suis demandé ce que je pouvais apporter et je me suis investi comme spécialiste explosifs, piégeage et sabotage», confie-t-il par téléphone. Il explique:

«On se projette, si on était dans la même situation en Suisse, on aurait envie que d'autres nous viennent en aide»
Antoine

Le Suisse reconnaît également admirer la force de résistance ukrainienne. «Ils sont très héroïques, c'est un élan de vie jamais vu, ils ont freiné les Russes alors qu'on ne leur donnait pas beaucoup de chances.» Désormais, il réfléchit en permanence à des idées pour aider la guérilla ukrainienne. «C'est devenu omniprésent, je fais ça la nuit après le travail.»

Un groupe secret de spécialistes du sabotage

Antoine a donc rejoint un groupe secret d'une petite dizaine de spécialistes européens qui conseillent les combattants à distance. Par messagerie sécurisée, ils communiquent avec les forces territoriales - des volontaires engagés pour défendre le pays - et leur transmettent des tutoriels qui sont ensuite traduits en ukrainien. «L'objectif, c'est de donner des idées, des outils aux gens pour les aider à résister.»

Un exemple de tutoriel servant à fabriquer des charges explosives

Image: DR

Et tous les moyens sont bons pour ralentir l'avancée russe. Au début, le Suisse a notamment proposé des solutions pour améliorer les célèbres cocktails Molotov en y ajoutant du Sagex. «Cela va créer une masse collante qui va s'accrocher à l'objectif et cela sera beaucoup plus efficace», détaille-t-il.

Le Romand a aussi développé des tutoriels expliquant comment associer un détonateur artisanal à la charge explosive des nombreuses roquettes russes, non explosées, pour tendre des embuscades aux tanks ennemis. Antoine précise la stratégie:

«Le but prioritaire, c'est d'arrêter les chars en perçant leur blindage avec des explosifs improvisés»
Antoine

De l'huile dans l'essence, des médocs dans la nourriture

Toujours pour ralentir les blindés, le groupe d'expert a proposé une autre solution concrète. «Ils consomment 300 litres au 100 kilomètres donc les Russes se sont mis à voler le carburant des particuliers. Alors, on s'est dit qu'il fallait piéger ces réserves», raconte le Suisse. Mais pour que la guérilla soit vraiment efficace, la difficulté est de trouver des moyens simples et accessibles à tous de parvenir à leurs fins.

«Chaque char détruit, c'est un engin de mort en moins»
Antoine

Dans le cas présent, ce sera en mélangeant une huile végétale au carburant. Dans d'autres cas, ce sera en ajoutant de grandes quantités d'un médicament courant dans la nourriture que l'envahisseur pille sur son passage. «Ce n'est pas très joli à dire, mais cela détruit le foie», souffle Antoine.

Antoine a aussi transmis des documents américains aux Ukrainiens

Image: DR

Prêt à assumer ses actes

D'ailleurs, comment le Romand vit-il le fait de participer à tuer des soldats russes?

«Je ne suis pas un bisounours, c'est la guerre. Un soldat russe tué, c'est un civil épargné»
Antoine

Antoine assure également ne pas craindre d'éventuelles poursuites pénales en Suisse, même s'il a conscience que son engagement pourrait s'avérer illégal vis-à-vis du droit helvétique. «J'assume ce que je suis en train de faire. J'ai mon âme et conscience pour moi.»

Le Romand reçoit régulièrement des retours de ses contacts ukrainiens, mais reconnaît qu'il est difficile de voir clair au milieu de toutes les informations venant du front. «J'espère que nos conseils apportent des résultats. Mais, je n'ai aucun moyen de faire la différence entre leur enthousiasme et la réalité.»

Si Antoine a accepté de témoigner, même anonymement, c'est qu'il espère inspirer d'autres personnes qui pourraient apporter leurs compétences à la résistance ukrainienne. «Par exemple, dans le paramédical. On pourrait imaginer des tutoriels pour expliquer aux civils comment soigner les blessures de guerre.» Il exemplifie:

«Du scotch sur le trou d’une blessure thoracique par balle, cela peut sauver quelqu'un. Mais encore faut-il le savoir»
Antoine

*Prénom d'emprunt

Des activistes français s'introduisent dans le «Palais de Poutine»

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Madiha Derouazi, cette Genevoise qui pourrait vacciner contre le cancer
Les vaccins thérapeutiques pourraient bien être la solution au traitement du cancer. C'est en tout cas ce à quoi travaille la Genevoise ingénieure en biotechnologie Madiha Derouazi.

Madiha Derouazi, une ingénieure en biotechnologie, pourrait bien avoir trouvé un vaccin qui permettrait de guérir le cancer, rapporte la Tribune de Genève, mardi. Elle a d'ailleurs été nominée au Prix de l’Office européen des brevets pour ses avancées sur les vaccins thérapeutiques.

L’article