DE | FR

Les Suisses sur le podium de la pollution électronique mondiale

En 2019, chaque Suisse a «produit» 23,4 kilos de déchets électroniques. Image: Shutterstock

La Suisse est le troisième pays au monde qui génère le plus de déchets électroniques par habitant. La bonne nouvelle, c'est qu'on peut les recycler. Voici comment.



En 2019, chaque Suisse a «produit» 23,4 kilos de déchets électroniques. Si cela vous paraît beaucoup, vous avez tout à fait raison: selon les chiffres diffusés par le site Statista.fr, la moyenne mondiale est de 7,3 kilos.

La Suisse en comparaison mondiale

Seuls le Royaume-Uni et la Norvège font pire: la Suisse est le troisième pays au monde qui génère le plus de déchets électroniques par habitant.

Augmentation constante

Le volume de déchets électroniques augmente constamment, avec un rythme de près de deux millions de tonnes par an au cours des cinq dernières années.

La pandémie ne va pas arranger les choses. Le télétravail et la scolarisation à distance ont dopé la demande pour des appareils électroniques en Suisse. Le chiffre d'affaires de ce secteur a crû en 2020 de 8,5% à 5,5 milliards de francs.

Voici comment les recycler

Le problème, c'est que les équipements électroniques constituent une menace pour l'environnement et la santé. Ils sont composés en majeure partie de métaux, de plastiques et de verre, rappelle l’Office fédéral de l’environnement. La question de leur recyclage devient donc centrale. Que faire?

  1. Tout d’abord, ces appareils ne doivent pas être jetés avec les ordures ménagères. Ce n’est pas seulement déconseillé, c’est interdit.
  2. On a donc trois options : les restituer aux commerçants, les apporter à un point de collecte officiel ou les déposer dans une déchèterie équipée pour les récupérer.
  3. Les commerces sont tenus de reprendre gratuitement les équipements électriques, lorsqu’ils correspondent à ceux qu'ils proposent dans leur assortiment.
  4. Concrètement, ça signifie que les déchets peuvent être restitués dans plus de 6000 points de reprise.
  5. De plus, cette règle s'applique même lorsque le client ne souhaite pas acheter de nouvel appareil.

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le suspens continue pour savoir qui construira la voiture Apple

À la recherche d'un partenaire pour développer son projet de véhicule électrique, la marque à la pomme ne devrait pas s'allier avec Nissan. Ni avec Kia. Au grand dam des investisseurs qui espéraient un partenariat avec Apple.

Nissan ne développera pas la voiture Apple. Le constructeur japonais a démenti lundi être en discussions avec la marque à la pomme, qui envisagerait de raviver son ancien projet de véhicule électrique et autonome.

«Nous ne sommes pas en discussions avec Apple. Mais Nissan est toujours ouvert à explorer des collaborations et des partenariats pour accélérer la transformation industrielle», selon une déclaration du groupe transmise à l'AFP.

Pionnier des véhicules électriques avec la Leaf, …

Lire l’article
Link zum Artikel