DE | FR

Deux Genevois radicalisés condamnés pour avoir tenté de rejoindre l'EI

Tribunal fédéral pénal Etat Islamique EI condamnation Suisse terrorisme radicalisation

Image: Shutterstock

Le Tribunal pénal fédéral a condamné deux Genevois âgés de 26 et 35 ans pour avoir voulu rejoindre Daech, tout en le soutenant financièrement.



Deux ex-islamistes radicalisés ont été condamnés par le Tribunal pénal fédéral (TPF) pour infraction à la Loi fédérale interdisant les groupes «Al Qaïda» et «Etat islamique (EI)». Ils écopent respectivement de 30 mois de prison (dont 18 avec sursis) et de 22 mois avec sursis.

Les deux prévenus s'étaient approchés de la mouvance islamiste qui gravitait autour de la mosquée du Petit-Saconnex à Genève. Agés de 26 et 35 ans, les deux hommes étaient accusés d'avoir eu l'intention de rejoindre l'EI après s'être identifiés à leur idéologie.

La défense avait plaidé le sursis complet. Les deux hommes peuvent encore faire appel, a précisé le TPF vendredi. (ats)

Pour changer d'ambiance: Mykonos? Balek, les vraies stars sont à Lutry beach

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Marine Le Pen ne devra pas payer d'amende pour ses tweets sur l'Etat islamique

Le tribunal de Nanterre a décidé de relaxer Marine Le Pen et Gilbert Collard. En 2015, les deux politiciens d'extrême droite avaient partagé sur Twitter des photos montrant l'horreur de Daech.

Ils risquaient jusqu'à 5000 euros d'amende, mais ils ont échappé à la condamnation. La présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen et l’eurodéputé Gilbert Collard étaient jugés pour diffusion de messages violents ou portant gravement atteinte à la dignité humaine.

L'affaire remonte à décembre 2015. Quelques semaines à peine après les attentats revendiqués par l’EI à Paris, Marine Le Pen avait partagé sur Twitter trois photos d’exactions du groupe jihadiste. Elle y avait …

Lire l’article
Link zum Artikel