averses éparses
DE | FR
Suisse
Transports

Dans les gares, les CFF suivent à la trace vos déplacements

Des voyageurs et des pendulaires circulent sur un quai devant un train CFF SBB ce mercredi 14 novembre 2018 dans la gare de Lausanne. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Image: Keystone

Dans les gares, les CFF suivent à la trace vos déplacements

Des capteurs placés ici et là dans plusieurs gares du pays permettent aux Chemins de fer fédéraux (CFF) de savoir où se trouvent en direct les usagers. Le dispositif va par ailleurs être étendu.
17.05.2021, 19:0018.05.2021, 16:20
Plus de «Suisse»

On ne le pense pas forcément quand on attrape son train, mais les CFF scrutent de près vos déplacements dans leurs gares. Ils savent quand on y rentre, quand on y sort et où l’on se déplace.

Actuellement, 17 capteurs sont installés dans quatre gares du pays: à Berne, à Zürich-Hardbrücke, Bâle et Lanzburg, à l’est d’Aarau, comme l’indique le quotidien Der Bund. Et les CFF ont l’intention d’étendre le dispositif. En Suisse romande? C’est possible, mais pas encore formellement décidé, répond à watson le service de presse de l’ex-régie fédérale.

«Les emplacements des nouveaux capteurs n’ont pas encore été définis. Une forte croissance des fréquences dans une gare peut être une raison qui nous pousse à installer un capteur. Ce peut aussi être en raison d’une infrastructure limitée comme des quais particulièrement étroits. Le monitoring des déplacements des passagers sur les quais a pour but d’augmenter la sécurité. Nous voulons détecter des besoins et proposer des mesures adaptées»
Ottavia Masserini, porte-parole des CFF.

La porte-parole prend un autre exemple: «Nous avons installé un banc à l’extrémité d’un quai d’une gare alémanique pour essayer de mieux distribuer les usagers le long de la voie. Les capteurs nous permettent de savoir si c’est une mesure efficace.»

Un autre système en place

En parallèle à ces capteurs, un autre système est déjà en place dans certains bâtiments des gares CFF. Il est moins précis et sert à mesurer la quantité de personnes qui fréquentent une gare. «Il nous aide par exemple à définir la fréquence avec laquelle une gare doit être nettoyée ou combien de places assises ou d’espaces commerciaux nous devons mettre à disposition des passagers», précise la porte-parole.

Et la protection de nos données?

Reste la question sensible de la protection des données. Que voient ces capteurs? Qu’enregistrent-ils? Où sont stockées ces informations?

«Ces capteurs nous donnent une image en 3 dimensions depuis le haut. Non seulement il n’est pas possible de reconnaître les personnes, mais l’image est aussi automatiquement traduite en coordonnées de géolocalisation. Celles-ci sont ensuite transmises à nos serveurs»
Ottavia Masserini

Les CFF précisent que les serveurs sont protégés et les données conservées trois mois avant qu’elles ne soient stockées dans l’environnement informatique de l’entreprise.

Du côté des services du préposé fédéral à la protection des données, on indique qu’il ne semble pas y avoir de problème, justement parce que les données ne sont pas traitées à titre personnel «Et aucune plainte n’a jamais été déposée», assurent-ils dans le Bund.

Les gens dans le train
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'EPFL teste un robot éducatif dans des crèches vaudoises
Une société romande tente un pari innovant de proposer une pédagogie immersive et prospective aux enfants de la nurserie (dès l'âge de 3 mois) à la petite section (classe préscolaire).

«Allo la crèche, ici Nao»: un robot éducatif s'invite depuis quelques jours dans les quatre crèches du groupe Educalis. Vendredi, l'humanoïde était à la crèche de La Nanosphère à l'EPFL afin de proposer aux petits enfants des expériences d'apprentissage interactives.

L’article