DE | FR

«Les hommes qui cherchent un travail à temps partiel sont suspects»

Bild

Image: Shutterstock

Il paraît que les stéréotypes et les rôles de genre pénalisent aussi les hommes dans la recherche d'emploi. C'est ce que soutient une récente étude de l'EPFZ. Mais pour l’Union syndicale suisse, ce problème n'est pas une priorité.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

niklaus vontobel / ch media



Les salaires doivent augmenter de 2%. C'est avec cette revendication que l'Union syndicale suisse (USS) abordera les prochaines négociations salariales, comme elle l'a annoncé mardi. En haut de la liste: l'écart salarial des femmes, qui gagnent toujours 19% de moins que les hommes, doit être éliminé. L'USS n'a rien dit sur la discrimination à l'égard des hommes. Mais elle existe.

C'est ce que montre une étude du Centre de recherches conjoncturelles KOF de l'EPFZ publiée début septembre. «Les hommes qui veulent un emploi à temps partiel paraissent apparemment suspects aux yeux des recruteurs», écrit l'auteur de l'étude, Daniel Kopp.

Pourquoi? Ils contrediraient l'image traditionnelle de l'homme, selon laquelle il doit être le principal soutien financier de la famille. C'est pourquoi ceux-ci sont boudés par les recruteurs et moins souvent contactés. Souvent, ce n'est même pas intentionnel. «Il peut s'agir d'une réaction inconsciente», confirme Daniel Kopp.

Les rôles de genre sont omniprésents

L'étude correspond au tableau dressé par l'économiste lucernoise Iris Bohnet. «Les rôles des genres figés et les clichés sont omniprésents dans le quotidien professionnel et privé. Personne n'en est épargné», explique-t-elle.

«Lorsque nous apprenons le genre d'une personne, les rôles des genres sont automatiquement activés. Cela conduit à des inégalités de traitement, même si ce n'est pas voulu»

Iris Bohnet, économiste

Par exemple, tant les hommes que les femmes ont tendance à être discriminés dans les professions dominées par l'autre genre. Dans le cas des hommes, il s'agit de professions telles que celles d'infirmier ou d'éducateur dans les écoles maternelles. Là, l'image stéréotypée des hommes ne correspond pas aux qualités considérées comme nécessaires pour ces professions. «Les normes sont enfreintes, et ça déplaît aux gens en général», explique Iris Bohnet.

Iris Bohnet

Iris Bohnet Image: scholar.harvard.edu

43 000 recruteurs

C'est justement ce que montre l'étude du KOF: les hommes qui ne veulent pas travailler à plein temps signalent qu'ils ne veulent pas être le «principal soutien financier de la famille» et se rendent suspects aux yeux des recruteurs. Ils ne sont même pas contactés en premier lieu.

Il leur suffit de vouloir travailler seulement à 90% et le recruteur est déjà méfiant. Leur type d'éducation ou d'expérience professionnelle n'a qu'une importance secondaire: ils sont contactés beaucoup moins souvent. Et beaucoup moins souvent que les femmes qui veulent travailler au même pourcentage.

Daniel Kopp est arrivé à cette conclusion en analysant une importante quantité de données: les traces numériques que plus de 43 000 recruteurs avaient laissées sur la plateforme en ligne du marché du travail du Secrétariat d'Etat à l'économie.

Pas un souci pour les syndicats

Une telle étude devrait être utile aux syndicats. Mais Daniel Lampart, économiste en chef de l'USS, s'en détourne. La façon dont les employeurs choisissent leurs employés ne figure pas en tête de liste des priorités.

D'après les enquêtes, les discussions et les décisions des associations membres, un autre problème est considéré comme bien plus important: les services de garde d'enfants sont trop chers et pas assez développés dans de nombreux endroits. Si une femme et un homme ne travaillent qu'à 50%, dans certaines villes, le loyer n'est plus finançable. Lampart déclare donc: «Les services de garde d'enfants doivent être améliorés et rendus plus abordables. Les hommes et les femmes devraient pouvoir travailler à 70 ou 80%».

Article traduit de l'allemand par Anne Castella

Après ce long article, voici des images fascinantes de Dubaï:

1 / 10
Si Dubaï vous fascine, voici d'autres photos
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur la société

Anxieux, le retour de la vie sociale vous inquiète? Les conseils d'une psy

Link zum Artikel

«La douleur d'endométriose, c'est comme des coups de poignard»

Link zum Artikel

Cette vidéo sur la dépression nous a fait du bien et vous en fera aussi

Link zum Artikel

La révélation d'Elon Musk peut (vraiment) faire du bien aux Asperger

Link zum Artikel

Covid: un patient sur quatre aux soins intensifs ne survit pas en Suisse

C'est ce que soutient la NZZ Am Sonntag en s'appuyant sur les chiffres des autorités sanitaires. Depuis le mois d'août, le taux des patients Covid dans les unités des soins intensifs ne cesse d'augmenter.

Depuis plusieurs semaines, les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme au sujet du taux d'occupation des unités de soins intensifs. Les chiffres publiés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) montrent en effet que le pourcentage de patients Covid admis dans ces services est en augmentation.

Alors qu'au plus fort de la deuxième vague, en novembre 2020, près de la moitié des lits dans les unités de soins intensifs étaient occupés par des personnes atteintes du Covid-19, ce …

Lire l’article
Link zum Artikel