DE | FR

Pour Maurer, la Suisse a besoin d'une meilleure organisation de crise

Ueli Maurer ministre finances conseil fédéral Suisse confédération crise pandémie

Image: Shutterstock

Le ministre suisse des Finances, Ueli Maurer, tire un bilan positif de la gestion en Suisse de la crise liée au Covid, mais il reste des enseignements à tirer.



Dans un entretien accordé à la Neue Zuercher Zeitung, le conseiller fédéral Ueli Maurer estime que la Suisse n'est jamais vraiment sortie de la phase de chaos, qui caractérise tout début de gestion de crise.

Cependant, le ministre des Finances estime que le pays s'en est bien sorti dans l'ensemble. Pour le zurichois, une bonne organisation de crise donne du temps et de l'espace pour l'analyse.

«Il reste des enseignements à tirer et le Conseil fédéral aurait dû mettre sur pied une large organisation de crise avec les cantons.»

Ueli Maurer, ministre des Finances dans la neue zuercher zeitung

Un coût total de 70 milliards

La Suisse a dépensé beaucoup d'argent pour faire face à la crise, rappelle Ueli Maurer. Si les versements supplémentaires de la Banque nationale suisse (BNS) vont donner une plus grande marge de manoeuvre pour réduire la dette, une grande discipline en matière de dépenses sera nécessaire à l'avenir, remarque le grand argentier.

Il estime à 39 milliards de francs la facture de la pandémie pour la Confédération suisse, mais tout le montant ne devrait pas être utilisé. A cette somme, il ajoute cinq milliards dépensés par les cantons. En excluant les pertes qui ne peuvent pas être quantifiées exactement, le coût total devrait avoisiner les 70 milliards pour la Suisse au niveau économique.

Un programme d'austérité non douloureux

Le conseiller fédéral 6relève que les bénéfices supplémentaires de la BNS, jusqu'à hauteur de quatre milliards de francs, devraient être utilisés pour réduire la montagne de dettes. Si tel devait être le cas, la Confédération recevrait 1,3 milliard par an, en fonction de la clé de répartition qui lui en attribue un tiers.

Selon le ministre des finances, la réduction de la dette peut se faire sans programme d'austérité douloureux, au cours des deux à trois prochaines législations. (ats)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Phuket rouvre, malgré les variants et des restrictions à Bangkok

Les premiers voyageurs internationaux exemptés de quarantaine ont atterri sur l'île touristique de Phuket, dans le sud de la Thaïlande.

Avant la crise liée au Covid-19, environ 40 millions de voyageurs se rendaient tous les ans en Thaïlande. Le tourisme représente près d'un cinquième de l'économie du royaume. Le pays cherche à relancer son industrie touristique exsangue à cause du coronavirus, en rouvrant ses frontières.

Environ 250 passagers devaient arriver sur l'île touristique, ce jeudi, pour le premier jour de sa réouverture à bord de quatre vols, pour profiter des célèbres plages de sable fin de Phuket, quasi désertes …

Lire l’article
Link zum Artikel