DE | FR
Les partis politiques vaudois ensemble pour l'Ukraine.
Les partis politiques vaudois ensemble pour l'Ukraine.image: shutterstock-montage: saïnath bovay

En pleine bataille électorale, les partis vaudois font une trêve pour l'Ukraine

Samedi matin, à l'approche des élections du 20 mars, les partis politiques feront taire leurs différends, le temps d'une récolte de fonds pour le peuple ukrainien.
02.03.2022, 21:2303.03.2022, 11:13

«Je ne me voyais pas continuer à tracter pour mon parti, alors qu’il y a la guerre en Ukraine», confie à watson le président des socialistes lausannois, Denis Corboz. Samedi 5 mars, à quinze jours des élections cantonales vaudoises, les formations politiques du canton feront une trêve dans la campagne.

L'union de tous les stands

Ce jour-là, la traditionnelle matinée consacrée au tractage électoral en divers lieux du canton sera dédiée à une récolte de fonds pour la population ukrainienne et pour le compte de la Chaîne du bonheur. Les partis vaudois mettront pendant quelques heures entre parenthèses leurs programmes politiques en vue du scrutin devant renouveler le Conseil d’Etat et le Grand Conseil. Les stands de la gauche et de la droite feront cause commune pour le peuple ukrainien.

>>> Suivez en direct la situation sur le front ukrainien

Mercredi matin, Denis Corboz, à l’initiative de cette action de solidarité, attendait encore la réponse de l’UDC. Elle est venue par la voix du président de la section lausannoise de la formation conservatrice, Nicola Di Giulio, transmise par e-mail à watson. La voici:

«Oui, absolument, l’UDC Lausanne se joint aux autres partis»
Nicola Di Giulio, président de l'UDC Lausanne

En lieu et place de tracts partisans seront distribués des flyers appelant à verser des dons pour l’Ukraine. Ce sera aussi l'occasion d'un recueillement.

De leur côté, les partis de gauche vaudois, ainsi que des associations, ont décidé mardi soir d’un rassemblement en solidarité avec l’Ukraine qui se tiendra jeudi à 18h30 Place Saint-François à Lausanne.

«Les drapeaux partisans ne seront pas de mise. Il est exclu de faire de la récupération politique en un pareil moment»
Andrea Münger, secrétaire général du PS vaudois

«Seul compte notre soutien à l’Ukraine. Chacun, quelles que soient ses convictions politiques, est le bienvenu à la manifestation de ce jeudi», tient à préciser Andrea Münger, secrétaire général du Parti socialiste vaudois.

Ces bonnes dispositions tranchent avec la relative tension dans laquelle a baigné une partie des travaux du Grand Conseil, mardi. Les parlementaires cantonaux vaudois ont eu à se prononcer non pas sur une, mais sur deux résolutions en rapport avec la crise ukrainienne.

Bataille pour une résolution

La première, rédigée par le chef du groupe libéral-radical Jean-Daniel Carrard, tout en faisant bon accueil aux futurs réfugiés ukrainiens, invitait les députés à soutenir «notre armée et nos institutions dans cette période dangereuse, ainsi que notre gouvernement fédéral et notamment notre ministre de la Défense, Mme Viola Amherd». Il était question d'un effort à accomplir pour un armement performant.

Rejetée par la gauche, qui a vu là de l'«opportunisme», laquelle se voit reprocher son «pacifisme» par la droite, cette résolution a été adoptée avec environ 60% des voix. Jean-Daniel Carrard défend son texte et ajoute: «Après avoir reçu une majorité au Grand Conseil, ma résolution a été adoptée le même jour dans la soirée par les directions des trois partis de l’entente bourgeoise (réd: PLR, UDC et Centre)

Tous les députés ou presque se sont par la suite retrouvés dans une résolution rédigée par leur collègue Arnaud Bouverat au nom des groupes PS, Verts et Ensemble à gauche et POP. Elle est la suivante:

«Le Grand Conseil vaudois témoigne de toute sa solidarité avec les populations concernées par ce conflit et émet le vœu que le Conseil d’Etat intervienne auprès du Conseil fédéral pour que l’accueil de réfugié-e-s ukrainien-ne-s soit organisé dans l’ensemble des cantons au nom de la responsabilité humanitaire de la Suisse.»
Résolution de solidarité avec l'Ukraine



Les diplomates de l'ONU quittent la salle lors d'un discours du ministre russe

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Les sanctions de l'UE contre la Russie que la Suisse a adoptées

Link zum Artikel

A quoi ressemblerait une attaque nucléaire sur la Suisse?

Link zum Artikel

La Suisse reste neutre, mais sauve ses fesses in extremis

Link zum Artikel

Ces riches touristes russes qui vont devoir quitter les stations de ski suisses

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Anticommunisme, complotisme: la culture au temps de la guerre froide
Durant les décennies de la guerre froide, l’antagonisme Est-Ouest et la peur du communisme se sont emparés de la société tout entière. Et la culture n’a pas été épargnée, y compris en Suisse.

Entre 1945 et 1989, ces longues décennies de guerre froide, on savait parfaitement d’où venaient les méchants: de l’Est – de l’Union soviétique, de Russie ou de tous ses Etats satellites d’Europe de l’Est, à commencer par la RDA. Une idée développée avec assiduité dans les films et les romans de cette époque, depuis Le Troisième homme, ce grand classique de 1950, à L’Espion qui venait du froid de 1965, sans oublier Octobre Rouge, thriller sous-marin écrit par Tom Clancy en 1984 et adapté à l’écran en 1990.

L’article