assez dégagé
DE | FR
Suisse
Union Européenne

L'UE attend que la Suisse «lui propose des solutions crédibles»

L'UE attend que la Suisse «lui propose des solutions crédibles»

Petros Mavromichalis, ambassadeur de l'Union européenne à Berne, estime que l'UE a fait des «concessions majeures», et attend des propositions de la Suisse.
24.09.2022, 10:4524.09.2022, 11:34
Plus de «Suisse»

L'Union européenne (UE) ne fait pas pression sur la Suisse en l'excluant du programme de recherche «Horizon Europe», assure son ambassadeur en Suisse Petros Mavromichalis. Elle attend «qu'on lui propose des solutions crédibles» pour avancer dans les négociations.

La proposition de la Suisse de régler les aspects institutionnels de manière verticale, accord après accord, ne clarifierait pas la situation «compliquée» d'aujourd'hui, explique Petros Mavromichalis dans un entretien diffusé samedi par la Tribune de Genève et 24 Heures.

«Quelles exceptions veulent les Suisses? Ce n'est toujours pas très clair»
Petros Mavromichalis, ambassadeur de l'UE à Berne

Au terme des quatrièmes discussions exploratoires avec Bruxelles au début septembre, la secrétaire d'Etat Livia Leu indiquait ne voir aucune concession de la Commission européenne. L'UE ne veut plus de l'approche sélective proposée par Berne, lui répond l'ambassadeur.

«Tant que les questions institutionnelles ne seront pas réglées, nous ne progresserons pas. Nous le disons depuis des années»
Petros Mavromichalis, ambassadeur de l'UE à Berne

Ce que l'UE veut est «assez simple»

Selon Petros Mavromichalis, l'UE reste ouverte à une approche sectorielle, mais «à condition que les problèmes soient résolus partout». Ce que l'UE veut est «assez simple», ajoute-t-il.

«Là où la Suisse participe à notre marché intérieur, elle doit respecter nos règles. Nous ne voulons pas de passe-droit»
Petros Mavromichalis, ambassadeur de l'UE à Berne

Il rejette les exceptions demandées par la Suisse, notamment en matière de libre circulation des personnes. «On a l'impression que la Suisse veut le beurre, l'argent du beurre et les faveurs de la laitière», lâche-t-il, rappelant que l'UE a fait des «concessions majeures» au cours des négociations sur l'accord-cadre, auxquelles le Conseil fédéral a mis fin.

La Suisse pourra compter sur l'UE en cas de pénurie de gaz

Quant au programme scientifique Horizon Europe, si la Suisse n'y participe pas, au contraire de la Turquie et d'Israël, c'est parce qu'elle n'est plus candidate à l'adhésion à l'UE, comme la Turquie. Et la Suisse n'a pas souhaité s'associer à la politique de voisinage de l'UE, comme l'Etat hébreu, indique Petros Mavromichalis.

Malgré des négociations bloquées, la Suisse pourra compter sur l'UE en cas de pénurie de gaz l'hiver prochain, assure l'ambassadeur. «Je pense que la solidarité entre voisins est importante. On l'a vu pendant le Covid». (sas/ats)

Les Bouffistas: Sunny Pocket à Genève
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
La droite se bat pour réhabiliter un outil «qui ne sert qu'aux riches»
Les fondations utilisées pour transmettre des biens aux descendants sont interdites en Suisse depuis plus de cent ans. Une majorité de droite au Parlement souhaite qu'elles soient à nouveau autorisées.

Ces fondations nommées «fidéicommis familial» existent depuis le 17e siècle. A l'époque, elles permettaient à la noblesse ou aux super-riches de protéger leur patrimoine. Le «fidéicommis familial» donnait la possibilité aux familles de lier leurs biens et leurs terres à leur nom et de décider ainsi elles-mêmes qui pouvait hériter de quoi et de combien – déshéritant de facto les héritiers indésirables.

L’article