DE | FR

Des négociations avec l'UE ne sont pour l'heure pas prévues, dit Cassis

Image: sda
La Suisse ne va pas se laisser mettre sous pression par l'UE, affirme le ministre suisse des affaires étrangères après sa rencontre avec le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic.
19.11.2021, 07:2519.11.2021, 09:36

Il s'agit de questions hautement politiques et non de discussions de nature technique, explique le conseiller fédéral Ignazio Cassis dans un entretien diffusé vendredi dans les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

«Il n'a jamais été dans l'intention du Conseil fédéral de reprendre immédiatement les négociations après l'échec de l'accord-cadre en mai», assure le PLR tessinois, qui précise l'avoir clairement fait savoir lors de sa rencontre avec le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, la nouvelle personne de contact dans l'UE pour la Suisse.

Berne ne va pas se laisser mettre sous pression par l'Union européenne (UE), lance Cassis, alors que Sefcovic a dit attendre une feuille de route de la Suisse sur la manière de procéder lors de leur prochaine réunion, qui aura lieu en marge du Forum économique mondial de Davos en janvier.

«Il n'y a pas d'ordre à donner ou à recevoir entre l'UE et la Suisse», poursuit le conseiller fédéral. Selon lui, chaque partie défend ses intérêts.

«Le Conseil fédéral connaît les souhaits de l'UE. Ils ne sont pas nouveaux»
Ignazio Cassis, conseiller fédéral.

Cassis estime que la Suisse a déjà fait un pas en avant, car il y a une volonté des deux côtés de trouver ensemble des moyens de renforcer l'Europe. «Le dialogue porte sur cela, pas sur le règlement des contentieux ou la reprise du droit» européen. Si l'UE ne veut pas mener ce dialogue, les deux parties seront perdantes, assure-t-il.

Suisse et UE ont leurs exigences, précise-t-il. «Il y a une intersection. Et cela donne lieu à un agenda». La Suisse entamera immédiatement cette tâche, lorsque la secrétaire d'État au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), Livia Leu, connaîtra le nom de l'interlocuteur de l'UE, ajoute-t-il. (ats)

L'été passé, l'Europe était en feu

Plus d'articles sur la Suisse et l'Union européenne

«Avec l'UE, la Suisse veut tout prendre, mais ne rien donner»

Link zum Artikel

Sans l'accord-cadre, les études à l'étranger sont (encore plus) en péril

Link zum Artikel

6 secteurs où la Suisse est mal barrée après le rejet de l'accord-cadre

Link zum Artikel

Entre la Suisse et l'Europe, c'est le drame permanent et on aime ça

Link zum Artikel

L'accord-cadre, c'est (peut-être) pas encore fini

Link zum Artikel

Au moins, maintenant, c'est clair: l'Europe ne nous fait pas rêver

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»
Après Israël, l'Espagne, le Danemark ou encore la Hongrie ont décidé d'opter pour une quatrième injection de vaccin contre le Covid. Voici trois raisons pour lesquelles cette solution ne serait pas forcément pertinente en Suisse.

Dans le sillage d'Israël - qui propose une quatrième dose de vaccin contre le Covid aux plus de 60 ans depuis début janvier - plusieurs pays ont décidé d'opter pour une nouvelle injection ces derniers jours. En Espagne et au Danemark, les citoyens «très vulnérables» pourront repasser par la case piqûre. Dès le mois de février, le Chili administrera une quatrième dose aux personnes âgées.

L’article