DE | FR
image: shutterstock/keystone

Le président Cassis veut se réconcilier avec l'Europe

Ignazio Cassis souhaite établir un nouveau paquet d'accords bilatéraux avec l'Union européenne (UE). Le Conseil fédéral est en train d'en délimiter le cadre.
06.02.2022, 16:2406.02.2022, 18:40

Dans la planification de sa relation future avec l'UE, la Suisse doit sortir des «questions purement techniques et institutionnelles», estime le président de la Confédération Ignazio Cassis. Le Tessinois indique, dans une interview à la SonntagsZeitung, que:

«Ce n'est que lorsque nous aurons enrichi le contenu, lorsque la politique et la société reconnaîtront les gains matériels que la Suisse peut attendre, qu'un rapprochement institutionnel sera accepté»

Il explique que le Conseil fédéral est en train de délimiter le cadre d'un possible nouveau paquet de bilatérales ou d'un agenda de discussion avec l'UE. Il ajoute que la Suisse ne doit pas se limiter à des accords de participation au marché intérieur.

Selon le président de la Confédération, il existe de nombreuses possibilités d'approfondir les relations avec l'UE, par exemple dans le domaine de la santé, de la recherche, des médias ou de la culture.

La Suisse doit supporter la pression de l'UE

Ignazio Cassis souligne que les deux parties ont un intérêt à ce que les relations soient réglementées. Plus d'un million de citoyens européens vivent en Suisse. Le pays est en outre le quatrième partenaire commercial de l'UE. Le ministre des Affaires étrangères constate que:

«Des relations instables ne sont pas une solution à long terme, ni pour nous ni pour l'UE»

L'UE tente néanmoins d'exercer une pression sur la Suisse en créant des liens politiques. Cette pression s'illustre notamment par les discriminations dans les domaines de la recherche et des technologies médicales.

La Suisse doit supporter cette pression, estime Ignazio Cassis. Il souligne que:

«Nous ne pouvons pas simplement abandonner nos principes, prendre la protection des salaires et l'immigration à la légère et mettre ainsi en jeu la paix sociale»

Le rôle de médiation de la Suisse

Le président de la Confédération voit dans les tensions entre les Etats-Unis, la Russie et la Chine une opportunité pour la Suisse. Il ajoute que:

«Nos services de médiation sont demandés comme jamais auparavant, ce qui montre que la confiance en la Suisse est grande»

Quant à la décision du Conseil fédéral de ne pas se rendre aux Jeux olympiques de Pékin, elle se justifie par la situation sanitaire, rappelle le président de la Confédération. D'autres gouvernements ont décidé officiellement de ne pas participer aux Jeux en raison des violations des droits de l'homme commises par la Chine.

«Nous avons délibérément choisi de ne pas boycotter», affirme Cassis, bien que le Conseil fédéral reste préoccupé par les violations des droits de l'homme. «La Chine ne se développe pas comme nous l'espérions», dit-il. (sas/ats)

Pendant ce temps, dans un autre coin du monde...

Plus de politique suisse

Sophie, non-vaccinée: «On m'accuse d'être responsable de la 5e vague»

Link zum Artikel

N'y avait-il pas plus urgent que «iel» dans les écoles vaudoises?

Link zum Artikel

10 ans que Berset est au Conseil fédéral: on a sorti les vieux dossiers!

Link zum Artikel

Quels cantons ont le mieux géré le Covid? Avenir Suisse distribue les bons points

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
30 C°: il n'a jamais fait aussi chaud à cette saison à Viège en Valais
A Viège, en Valais, le thermomètre est monté dimanche à 30 degrés Celsius. C'était la première journée chaude de l'année en Suisse.

Pour la première fois de la saison, le thermomètre a atteint 30°C dimanche en Suisse, à Viège précisément. Depuis le début des mesures, une telle température n'avait jamais été enregistrée si tôt dans la ville valaisanne.

L’article