pluie modérée10°
DE | FR
Suisse
Vaccins

Trois questions que pose l'immunité

Trois questions que pose l'immunité

Immunité
Image: Shutterstock
Les cas de réinfection au coronavirus questionnent. Font-ils de nous des êtres immunisés? Le point en trois questions.
17.03.2021, 13:4518.03.2021, 12:55
Plus de «Suisse»

Quelle est la probabilité de contracter le Covid 2 fois?

Les cas avérés de réinfections au coronavirus existent mais restent rares. «Le risque d'être infecté pour les personnes possédant des anticorps est environ de 2 pour 1000 au bout de 6 mois. C'est comme si on était vacciné à plus de 90%», a expliqué mercredi l'infectiologue Valérie d'Acremont dans la matinale de la RTS. Par ailleurs, la quantité d'anticorps reste élevée jusqu'à 11 mois après la date d'infection.

Aussi, les anticorps permettraient d'empêcher de développer une forme grave du Covid-19. Selon des études sérologiques menées dans le canton de Vaud, un quart des personnes aurait développé des défenses immunitaires contre le coronavirus, quel que soit leur âge.

En quoi les tests sérologiques sont-ils utiles?

Ces testent visent à détecter la présence d’anticorps dans le sang. S'ils ne sont pas jugés utiles pour détecter les cas d'infection, ils permettent de mieux cibler les personnes prioritaires pour la vaccination en cas de pénurie. «Ainsi, une personne ne présentant pas d'anticorps pourra être vaccinée en priorité par rapport à une personne qui a déjà été infectée», explique Valérie d'Acremont. C'est notamment le cas dans le canton de Vaud.

Ces tests sérologiques sont aussi utilisés par certaines entreprises pour éviter les quarantaines. Ainsi, les personnes asymptomatiques peuvent savoir si elles disposent de défenses immunitaires ou pas. Et donc, si elles ont déjà été contaminées. L'objectif: favoriser la reprise de l'activité économique de l'entreprise.

L'immunité peut-elle remplacer le vaccin?

Non, une personne présentant des anticorps ne sera pas exclue de la campagne de vaccination. Et les gestes barrières continueront de s'appliquer.

Aussi, selon l'infectiologue, si un jour les Etats décidaient d'utiliser un certificat, il ne devrait pas être vaccinal mais plutôt immunitaire. Et devrait être utilisé seulement lorsque le vaccin sera disponible pour tout le monde. Cela afin d'éviter toute discrimination.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Homme menaçant dans une école neuchâteloise: la sécurité jugée suffisante
Le protocole de prévention des attaques dans les écoles a bien fonctionné selon le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la justice, Alain Ribaux.

Le protocole «Amok» (prévention des attaques dans les écoles) a bien fonctionné dans le cas de Cortaillod (NE), où un homme menaçant s'est introduit vendredi dans une école primaire, selon les autorités. La sécurité autour des écoles ne sera pas augmentée car «on n'a pas identifié une augmentation du risque», a déclaré samedi soir à «Forum» de la RTS Alain Ribaux, conseiller d'Etat en charge de la justice.

L’article