DE | FR

«Pas de données perdues sur mesvaccins.ch»

Image: Shutterstock
Claire-Anne Siegrist, présidente de la fondation qui a piloté la plateforme mesvaccins.ch contre-attaque: «aucune donnée de vaccination n'a été perdue ou usurpée».
24.03.2021, 13:5924.03.2021, 14:02

Au 19:30 de la RTS mardi soir, la vaccinologue aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Claire-Anne Siegrist, a expliqué que le site mesvaccins.ch «n'a subi aucune perte de données». Le site fait l'objet d'une procédure formelle pour une éventuelle violation de la protection des données.

«C'est notre devoir de tout faire pour que la sécurité des données soit maximale. Elle va encore augmenter», a poursuivi Claire-Anne Siegrist, qui regrette qu'il y ait eu des «vulnérabilités qu'on ne connaissait pas. Nous allons tout faire pour que celles-ci et toutes les (autres) potentielles soient bloquées».

Mardi, le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence a annoncé l'ouverture d'une procédure formelle contre l'exploitant de la plateforme mesvaccins.ch, estimant que les violations de la protection des données portées à sa connaissance par le magazine en ligne alémanique «Republik» sont plausibles.

Selon le magazine, 450 000 données de vaccination, dont celles concernant 240 000 personnes vaccinées contre le Covid-19, étaient ouvertement accessibles et manipulables sur le site. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Violences, vidéos trash et porno: la police de Bâle fortement critiquée
Les forces de l'ordre bâloises sont sous le feu des critiques après les révélations d'une enquête. Des incidents pénalement répréhensibles se seraient produits.

La police bâloise est régulièrement critiquée. L'essentiel de la charge vient des milieux politiques de gauche à qui l'on reproche un usage disproportionné de la force. Des incidents violents et pénalement répréhensibles se seraient produits à plusieurs reprises, notamment au sein de la section d'intervention. C'est ce que révèlent les recherches de SRF Investigativ. Plusieurs policiers de cette troupe ont été condamnés par la justice.

L’article