DE | FR

La Suisse pourrait bien avoir acheté 17 millions de doses de vaccin pour rien

Image: sda
Alors que le rythme de la vaccination chute et que plusieurs centres ferment leurs portes, la Suisse risque de se retrouver avec des dizaines de millions de doses de trop… qu'elle a déjà payées.
28.01.2022, 16:5328.01.2022, 19:04
Suivez-moi

C'est bien connu: le rythme de la vaccination stagne en Suisse. Depuis plusieurs mois. Actuellement, 68,19% de la population est totalement immunisée, alors que la barre des 60% a été atteinte début octobre déjà. Autrement dit, la courbe est quasiment plate, comme c'est bien visible dans le graphique ci-dessous.

Le nombre d'injections quotidiennes chute depuis plusieurs mois. On est passé de 17 873 piqûres administrées le 23 septembre à 3269 le 23 janvier.

Face à cette baisse de la demande, plusieurs centres de vaccination vont fermer leurs portes. Dans le canton de Vaud, trois vaccinodromes cesseront leur activité à la fin du mois. Le centre de Beaulieu à Lausanne fera de même à partir du 5 février. Dans le canton de Fribourg, les jours d'ouverture des centres sont revus à la baisse.

Bien sûr, des doses continuent d'être injectées chaque jour en Suisse. La plupart d'entre elles sont cependant des doses de rappel. Le pourcentage des non-vaccinés reste donc assez stable.

Le ralentissement de la vaccination pose problème en termes d'immunité de groupe, répètent sans cesse les autorités suisses qui appellent toujours les non-vaccinés à se faire immuniser. Mais il y a aussi d'autres inconvénients, notamment au niveau des stocks de la Confédération.

Encore deux millions de doses

Jusqu'à présent, la Suisse a reçu plus de treize millions de doses de vaccin, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP). La plupart d'entre elles ont été délivrées par Moderna (plus de 8,5 millions de doses) et Pfizer (5 millions). Les fioles de Johnson & Johnson ne représentent qu'environ 120 000 unités.

La Suisse possède encore plus de deux millions de doses. Au rythme actuel, il faudrait encore deux mois pour les écouler, écrit vendredi la Radio télévision suisse (RTS).

Jusqu'à 60 millions de francs

Le problème, c'est que la Confédération a commandé quelque 17 millions de doses supplémentaires qui n'ont pas encore été livrées. Sont-elles vraiment nécessaires, au vu de ce qui vient d'être expliqué?

Il est toujours possible de se faire livrer ces doses à une date ultérieure, ce qui permettrait de les mettre à disposition d'autres pays, a expliqué la cheffe de la section Contrôle de l'infection de l'OFSP, Virginie Masserey, vendredi dans La Matinale.

En revanche, si la Confédération n'en avait définitivement plus besoin, elle perdrait l'acompte qu'elle a payé au moment de passer le contrat. Les chiffres ne sont pas connus, mais selon les calculs de l'ONG Public Eye, le montant pourrait s'élever à 60 millions de francs.

Pourquoi les Suisses boudent-ils le vaccin?

Le Covid, les vaccins, tout ça

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel

Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées

Link zum Artikel
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Un virus menace l'agriculture suisse: «nous n'avons pas le droit à l'erreur»
Un nouveau virus menace tomates, poivrons et piments en Suisse. Le Service phytosanitaire fédéral est sur le qui-vive. Explications en 4 points.

Une nouvelle menace pour l'agriculture suisse a fait son apparition: le virus du fruit rugueux brun de la tomate, qui s'attaque également aux piments et aux poivrons. Une livraison de 6000 jeunes plants a dû être entièrement détruite récemment à l'aéroport de Zurich.

L’article