DE | FR
L'internat du collège de Saint-Maurice ferme ses portes.

L'internat de Saint-Maurice. Image: Keystone-ATS (Archives)

L'internat du collège de Saint-Maurice, c'est fini!

En Valais, l'internat du collège de Saint-Maurice ferme ses portes vendredi après 215 ans d'existence. Véritable institution, il a accueilli d'innombrables étudiants, dont des personnalités romandes.



Pourquoi ça ferme?

Clap de fin pour l'internat du collège de l'Abbaye de Saint-Maurice, en Valais. La structure qui existe depuis 215 ans a attiré d'innombrables étudiants. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ils ne sont plus que huit à dormir à deux pas de leur école.

Pour la petite histoire

L'internat du collège a ouvert ses portes en 1806. Dès les années 1960 et durant 30 ans environ, l'internat ne désemplit pas. En cause? La démocratisation des études et une tradition de l'internat.

Au milieu des années 1990, la baisse de fréquentation s'amorce. Elle va de pair avec le développement des transports publics (qui réduit le besoin de pension) et avec l'augmentation du nombre de gymnases en Suisse romande. Aussi, les internats attirent moins, tout comme le caractère catholique de l'établissement.

Les bons souvenirs...

Durant les années fastes, Alexandre Papaux, l'ancien juge cantonal fribourgeois, a passé trois ans au collège et à l'internat. Esprit libre et non baptisé, «je n'ai jamais été stigmatisé», souligne-t-il. Il se remémore «l'excellent enseignement des chanoines» et leur bienveillance à l'internat. «Quand Brel est mort, nous sommes allés dans la chambre d'un camarade qui avait un pick-up et nous l'avons écouté toute la nuit en pleurant».

...et les mauvais

Léonard Gianadda est aussi passé par l'internat. Il y entre à 11 ans, en 1946, alors qu'il n'habite pas très loin, à Martigny. «Ma maman me trouvait si peu dégourdi qu'elle disait que je ne serais pas capable de prendre le train pour rentrer à la maison», raconte le mécène et créateur de la Fondation Pierre Gianadda. Il y passera quatre ans. Et le souvenir est plutôt douloureux, aujourd'hui encore:

«Moi qui étais à peine sorti des jupes de ma mère, je ne pouvais retourner chez moi qu'une fois par trimestre. Je m'ennuyais et pleurais beaucoup»

Léonard Gianadda, mécène et fondateur de la Fondation Pierre Gianadda

Le garçon peine à s'habituer à la vie spartiate et disciplinée de l'internat, où s'enchaînent levers à l'aube, messes et études. Il a même pensé à s'évader!

Et maintenant?

L'internat appartient au patrimoine historique de l'Abbaye de Saint-Maurice. L'Etat du Valais va racheter le collège (c'est encore en négociation), le rénover et louer l'ancien internat. Celui-ci devrait accueillir des salles d'enseignement.

Ils sont passés par Saint-Maurice

Beaucoup de personnalités romandes sont passées par le collège (et parfois aussi par l'internat) de l'Abbaye de Saint-Maurice. Selon L'Illustré, on trouve entre autres Pascal Couchepin, Stéphane Lambiel, Bernard Nicod et Sepp Blatter. (as/ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les cours en présentiel? «Un pansement sur une jambe de bois!»

En théorie, les cours sur place peuvent reprendre dans les universités. Mais la pratique est toute autre. Lassés, désabusés ou en colère, des étudiants racontent.

Plutôt cours à distance ou en présentiel? «Franchement, c'est un peu du pareil au même», répond amèrement Chiara. Pour l'étudiante en lettres, ce «retour aux sources», autorisé depuis le 19 avril dernier par le Conseil fédéral, ne vend pas du rêve. Et pour cause, cette décision intervient quelques semaines avant la fin des cours. Aussi, elle requiert des conditions strictes, qui ne permettent pas toujours l'accès au campus de manière équitable.

Pour la jeune femme de 23 ans, qui étudie à …

Lire l’article
Link zum Artikel