DE | FR
Une trentaine de policiers anti-émeute sont sur place.
Une trentaine de policiers anti-émeute sont sur place.Image: watson

La Sarraz, quelques heures avant l’évacuation de la ZAD de Mormont

Quelques heures avant le début de l’évacuation de la «zone à défendre» (ZAD) de la colline du Mormont à Eclépens, le village de La Sarraz s’est réveillé sous haute surveillance.
30.03.2021, 07:1030.03.2021, 17:58

La police a bloqué presque toutes les routes qui mènent à la «zone à défendre» (ZAD) du Mormont, cette zone occupée illégalement depuis le mois d'octobre. Une trentaine de policiers anti-émeutes sont présents sur place, avec des motocross. watson est sur place pour prendre la température.

Live direct:

Vivez avec nous, minute par minute, en vidéo, l'évacuation de la ZAD juste ici.

5h20. Froid glacial. Premier contrôle de police. On ne l’a pas vue arriver. Elle a débarqué en trombe alors qu’on s’arrêtait pour prendre une photo de l’imposant bâtiment d’Holcim illuminé. Derrière lui, la colline du Mormont, éventrée par des décennies d’exploitation de la carrière.

Image: watson

Il est même assez beau, de nuit. Mais c’est aussi lui, ou plutôt l’entreprise propriétaire, qui fait face à une contestation depuis octobre dernier. Quand des dizaines de personnes ont pris le contrôle d’une «zone à défendre» (ZAD) pour s’opposer, physiquement mais pacifiquement pour l’heure, à l’extension de la gravière d’Eclépens.

La centrale Holcim de La Sarraz est sous haute-surveillance.
La centrale Holcim de La Sarraz est sous haute-surveillance.Image: Watson

Depuis quelques heures, l’évacuation de cette ZAD, illégale, est attendue sans délai. Sur les réseaux, les zadistes (pour désigner les occupants de la ZAD), ont lancé tous azimuts un appel au rassemblement pour défendre la zone.

Image: dr

La police est tendue. Elle prend en photo nos papiers. Sa radio crépite. «On nous appelle sur place. On file», lâche le policier.

A la gare un peu plus loin, c’est encore calme. C’est là pourtant qu’un groupe de Morges a appelé à manifester dès 6h. Il n’y a personne, si ce n’est quelques pendulaires.

Image: Watson

C’est plus loin que tout est sous importante surveillance, au giratoire qui mène à l’accès principal de la ZAD. Personne ne passe sans une prise en photo des papiers. Les voitures sont inspectées, si ce n’est pas fouillées sommairement.

On croise deux journalistes alémaniques. Ils travaillent pour une télévision. L’un deux est en tenu de combat, casque, habits militaires, gants… On leur demande ce qui intéresse les médias alémaniques, ici, à 5h30 le matin à La Sarraz? «Je vais être franc: nous sommes là pour les émeutes

Image: Watson

La violence, c’est aussi ce que craignent deux septuagénaires alémaniques venus en soutien à la ZAD. «Nous sommes là pour donner de la force à ces jeunes. Nous avons entendu dire que plusieurs militants avaient joint la résistance. Cela nous inquiète. Les activistes étrangers peuvent être parfois violents

Image: Watson

Eux resteront en retrait, dans l’espace public, avec leur pancarte et leur bonnet de lutin rouge. Il était là à Lausanne vendredi dernier à la manifestation de soutien à la ZAD. Ils sont à La Sarraz à 6h ce mardi.

Le combat de la ZAD en quelques images

1 / 7
Le combat de la ZAD en quelques images
source: keystone / laurent gillieron
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les luttes climatiques

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel

Les scientifiques à la rescousse des eaux suisses

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le diplomate russe Boris Bondarev est sous protection policière 24h/24
Le haut fonctionnaire a critiqué Poutine en démissionnant avec fracas lundi. Une prise de position qui l'oblige à être sous surveillance jour et nuit.

Boris Bondarev, un ex-diplomate russe de 41 ans, est sous la protection 24h/24 de policiers suisses, rapporte 24 heures. Les raisons? Il a quitté lundi, à Genève, le service de la mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) de son pays en attaquant le président russe Vladimir Poutine et sa guerre en Ukraine à travers une lettre ouverte. Une protestation qui a eu un retentissement mondial.

L’article