DE | FR

Après 17 alertes à la bombe dans les écoles, la police est inquiète

Ici, l'évacuation du gymnase de Beaulieu, le 24 mars dernier.
Ici, l'évacuation du gymnase de Beaulieu, le 24 mars dernier.Image: Keystone
Une nouvelle fausse alerte à la bombe a été lancée ce mercredi à Morges. Le porte-parole de la police vaudoise tire la sonnette d'alarme et fait le point sur les enquêtes.
01.04.2021, 07:20
Suivez-moi

Le compte monte à 17 dans les écoles vaudoises. Ce mercredi, une nouvelle alerte à la bombe est survenue sur le site scolaire de Marcelin à Morges. Lundi et mardi, deux alarmes ont aussi été lancées à Lausanne et à Morges.

La série noire, en cours depuis le début de l'année, continue. Jean-Christophe Sauterel, directeur de la communication de la police cantonale vaudoise, réagit.

Image: Keystone (archives)

Concrètement, où en sont les enquêtes?
Cinq personnes sont pour l'heure en détention provisoire. Sans compter les deux enfants de 11 et 12 ans qui s'étaient dénoncés pour la fausse alerte du 18 mars à Chavannes-près-Renens. Face à la multiplication de cas, nous avons mis sur pied des moyens d'investigation conséquents. Plus d'une dizaine d'enquêteurs sont au travail. Nous avons pu identifier que ces actes ne sont vraisemblablement pas une sorte de «challenge TikTok».

Vous arrêtez des gens et pourtant les alertes continuent. La police est-elle découragée?
Nous ne sommes pas découragés, mais nous devons rappeler en permanence les conséquences lourdes de ces fausses alertes. Nous avons affaire visiblement à de jeunes adultes qui ont tendance à prendre ces actes à la légère. C'est vrai que les interpellations devraient dissuader les auteurs mais ça n'a pas l'air d'être le cas.

Avez-vous une crainte particulière si ces événements devaient perdurer?
Oui, un aspect m'inquiète vraiment. Je pense au jour où l'on devra évacuer réellement un bâtiment scolaire à cause d'un incendie ou d'une émanation toxique par exemple. Ma crainte est que dans les établissements touchés par les fausses alertes à la bombe, les gens ne réagissent pas correctement et se mettent vraiment en danger. Là, il y aura un risque énorme.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Lex Netflix: les opposants craignent une hausse des coûts d'abonnement
Le verdict est plus clair que prévu: la modification de la loi sur le cinéma a obtenu une solide approbation. Les partisans jubilent et les opposants parlent d'un «résultat étonnamment bon».

Finalement, ce n'était pas un thriller: la modification de la loi sur le cinéma est acceptée à une large majorité. Les sondages et les opposants s'attendaient à une issue plus serrée. La Lex Netflix avait polarisé les esprits: de tous les projets nationaux, il s'agissait de l'objet de votation le plus visible, notamment en raison de la campagne habilement menée par les jeunes partis bourgeois, qui étaient à l'origine du référendum.

L’article