DE | FR

Deux suspects interpellés et une nouvelle alerte à la bombe

Image: sda
Deux nouveaux suspects ont été interpellés dans le canton de Vaud suite aux nombreuses fausses alertes à la bombe, alors que LFM en rapportait une nouvelle.
29.03.2021, 18:1531.03.2021, 18:29

La police vaudoise a auditionné, le week-end dernier, trois personnes suite aux nombreuses fausses alertes à la bombe sévissant dans les écoles du canton. Deux suspects on été interpellés et l'un d'eux a été placé en détention provisoire. Par ailleurs, selon la radio LFM, il y aurait eu, ce lundi, une nouvelle fausse alerte à la bombe et il s'agirait de la quinzième.

Côté enquête, ce week-end, un jeune de 21 ans a été placé en détention. Il est suspecté d'être impliqué dans l'alerte à la bombe du 18 mars au Centre d'orientation et de formation professionnelles de Lausanne et celle du 22 mars au Centre d'enseignement professionnel de Morges, a annoncé, lundi, la police vaudoise.

Vendredi dernier, la police vaudoise avait annoncé avoir arrêté les quatre premiers suspects dans cette vague de fausses alertes à la bombe. Eux aussi ont été placés en détention provisoire. Depuis le 27 janvier, au moins quatorze fausses alertes à la bombe (quinze selon LFM) ont perturbé des écoles du canton, essentiellement des établissements du post-obligatoire lausannois. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De l'armée à Instagram: Berne a déjà tout prévu sur le don d'organes
Le peuple suisse a accepté d'introduire le principe du consentement présumé pour le don d’organes, le 15 mai. Cela nécessite maintenant une vaste campagne d'information et les plans sont déjà prêts.

«Voulez-vous faire don de vos organes après votre mort ?» C'est précisément la question qui se posait à tous les citoyens suisses le 15 mai. Et le peuple a approuvé la modification de la loi sur la transplantation, toute personne ne souhaitant pas faire don de ses organes après sa mort devra s'inscrire dans un registre pour dire qu'il refuse le don.

L’article