DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Sommes-nous vraiment prêts à changer pour le bien de la planète?

Les taxes, non merci! Les Suisses ont été clairs à ce sujet dimanche en refusant la loi sur le C02. Pourtant, à un moment donné, il va bien falloir changer nos petites habitudes.



«La nature a longtemps pris soin de notre "chenit", mais maintenant, c’est fini.» Parole de philosophe. Daniel Schulthess en appelle, qui l’eût cru, à notre sagesse. En sommes-nous capables? Ce professeur émérite de philosophie de l’Université de Neuchâtel, à la fibre écolo, s’exprime d’autant plus librement qu’il est depuis peu retraité. Joint lundi par watson, il réagit au «non» des Suisses à la loi sur le CO2. Lui a voté «oui». Pourquoi n’avons-nous tous pas fait pareil? Qu’attendons-nous pour nous mettre au boulot? Une dictature verte?

Le climat est au rouge et les temps incertains. Daniel Schulthess se veut «relativement optimiste» sur la capacité des Suisses à remettre le couvert des taxes carbone. Avec la RPLP, ils en ont bien accepté le principe pour les poids lourds, fait-il observer. «L’inégalité des effets des mesures proposées pour différentes catégories de la population a quand même facilité la casse de cette loi devant le peuple», constate-t-il sans vouloir cautionner l'argumentaire de l'UDC.

Schultess

Daniel Schulthess

Daniel Schulthess croit à l'efficacité de la contrainte fiscale. A condition qu'elle soit équitable et neutre et sur un plan comptable. «Il ne faut pas que les régions périphériques se sentent plus taxées que les centres urbains. Ni que les locataires voient leurs charges en chauffage prendre l'ascenseur. Ce que l'on paierait en plus pour le climat doit être déduit ailleurs», propose-t-il.

Hormis les taxes, on fait quoi?

Très bien. Mais, les taxes mises à part, aux termes de quel raisonnement le peuple accepterait-il de se serrer la ceinture pour les beaux yeux de la planète?

«Il faudrait des formes de routines qui installeraient chez chacun la conviction qu’on ne peut plus faire comme avant. Afin que ce qui nous semblait aller de soi, n'aille plus de soi désormais. Il faudrait donc un basculement. Il existe des précédents».

Daniel Schulthess, professeur émérite de philosophie

Daniel Schulthess prend pour exemple l’abandon du système esclavagiste au XIXe siècle. La modernisation de l'appareil de production n’explique pas tout. «Il a fallu à l’époque des mouvements d’opinion profonds. L’esclavage est apparu inacceptable à une frange de plus en plus grande de la société. La même chose doit se produire pour le climat», soutient le professeur.

«Notre honneur collectif est de laisser l’appartement dans un bon état au locataire suivant»

Daniel Schulthess, professeur émérite de philosophie

«Il faut que se répande un sentiment, comme l’honneur et la fierté, ce qui va de pair avec des effets de réputation», reprend-il. En somme, quelle image de nous-mêmes voulons-nous transmettre aux générations futures? Une bonne image, idéalement. C'est du boulot. Et certainement pas mal de renoncements à des biens non essentiels, pour reprendre un adjectif devenu viral au cours de la pandémie.

Jacquouille et le Moyen Âge: ça puire, messire!

C'est là que ça se gâte. «La croissance a permis à chacun d’accéder à l’exotisme, de vivre comme un aristocrate. Le postier, le garagiste, l’employée de commerce sont allés en vacances à Bali». L’inaccessible est devenu réalité pour le plus grand nombre. Au mépris de l’environnement», juge le professeur, évoquant avec humour son protestantisme, une forme d’ascétisme, comprend-on.

Dire adieu à la croissance, c’est entrevoir la possibilité de la décroissance, aurait dit Monsieur de La Palice. Et qui dit décroissance dit pour beaucoup régression sociale. «Les Visiteurs», c’est sympa en film. Mais comme Jacquouille la Fripouille, nous préférons le confort de notre époque à la dure condition du manant du Moyen Age.

Vertige de la transition

Les citoyens ayant refusé la loi sur le CO2 imaginent tout ce qu’ils pourraient perdre en se privant du carbone, souvent associé à la voiture, ce carrosse démocratique. «Ils ne veulent pas retourner au servage. Pas plus que les agriculteurs, et avec eux la majorité du peuple, opposée aux initiatives anti-pesticides, ne veulent retourner à la famine de l’Ancien Régime», analyse Daniel Schulthess.

«Le chantier pour faire changer les mentalités est énorme. Cela passe par la capacité à s’autolimiter», estime-t-il. Mais aussi «par la disposition à nous étonner, aux plans esthétique et intellectuel, de la singularité de notre condition présente: à la fois dans la nature et – inquiétante transition – de plus en plus en confrontation avec elle. Une situation qui nous oblige».

Paniqué par le changement climatique, ce Romand fait la révolution

Plus d'articles sur le climat

Manifester? «C'est notre seul moyen d'être pris au sérieux»

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Il y a 40% de chance qu'il fasse plus chaud d'1,5°C dans 5 ans

Link zum Artikel

Votations: la loi des urnes supplante l'agitation de la rue

Les Suisse ont voté ce dimanche 13 juin sur par moins de cinq objets. Tout ce qu’il faut savoir en direct, c’est par ici!

Journée politique particulièrement copieuse: la population suisse a été appelée à s’exprimer ce dimanche 13 juin sur pas mois de cinq objets, dont deux initiatives populaires et trois référendums.

Le peuple a ainsi voté sur l’initiative Eau potable propre et Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse. Deux textes qui touchent à l’agriculture, l’alimentation ou encore à l’environnement. Pour les référendums, les votations concernaient la loi Covid, qui règle les aides …

Lire l’article
Link zum Artikel