DE | FR

Manifestants et contre-manifestants à Zurich

Image: sda
Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi après-midi aux alentours de la gare de Zurich en guise de contre-manifestation à une mobilisation d'opposants aux mesures sanitaires.
12.02.2022, 14:2812.02.2022, 20:24

La mobilisation contre les mesures sanitaires devait commencer en gare de Zurich, raison pour laquelle les contre-manifestants se sont rassemblés dans les environs. Mais la mobilisation contre les mesures anti-Covid a finalement débuté en un autre endroit.

Les polices cantonale et municipale de Zurich sont présentes en force. Il s'agit de rassemblements non autorisés. Plusieurs accès à la gare ont été bouclés. Les forces de l'ordre ont fait usage de lances à eau, de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc. Des lignes des transports publics ont été déviées.

Les contre-manifestants, qui s'étaient donné rendez-vous notamment vers le Musée national, ont été autorisés à se rendre dans le quatrième arrondissement, à quelques centaines de mètres de la gare. La police a appelé les badauds à éviter le périmètre de la gare.

Dans le même temps, en vieille ville, la police a interpellé «un groupe de personnes assez important et potentiellement violent», qui pourrait appartenir à la mouvance d'extrême-droite, a-t-elle annoncé sur Twitter. Les personnes concernées ont été emmenées au poste.

La police zurichoise avait prévenu en début de semaine qu'elle se préparait à une intervention, après que des groupes d'extrême-gauche ont appelé à une contre-manifestation face aux opposants aux mesures sanitaires. Les contre-manifestants ont lancé samedi des slogans comme:

«Züri sans nazis - Empêcher l'avancée de la droite»

Les réfractaires aux mesures contre le Covid ont lancé de leur côté leur appel à la mobilisation dès 14h00, via les réseaux sociaux, avec l'intention de défiler en ville.

La gauche estime que «si tous ces manifestants contre les mesures sanitaires ne sont pas d'extrême-droite, l'évolution est inquiétante», en allusion à la présence d'un «groupe néo-fasciste» derrière lequel des manifestants contre les mesures liées au Covid se seraient retrouvés récemment à Berne. (ats/chl)

Grève au Canada des camionneurs

1 / 11
Grève au Canada des camionneurs
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin Comme Cochon: les votations

Le meilleur du Divertissement cette semaine

L'étrange lunch d'Anna Wintour à 77 dollars

Link zum Artikel

Madonna vend des vidéos NFT (un peu) porno «pour la bonne cause»

Link zum Artikel

Les premières images de la suite du film Avatar 2 affolent déjà les fans

Link zum Artikel

Si Christine Quinn quitte Selling Sunset, je mange mon sac Chanel

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Genève, un officiel russe tance Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article