DE | FR

Condamné à 6 ans, le détenu «Carlos» a refusé de venir à son procès

Image: Keystone
Un des détenus les plus médiatisés de Suisse, baptisé «Carlos», fait à nouveau face à la justice zurichoise. Il a refusé d'être présent à son procès, mais son jugement vient de tomber.
16.06.2021, 16:1216.06.2021, 16:37

En 2013, «Carlos», âgé aujourd'hui de 25 ans, avait fait la une des médias, à cause des coûts élevés de son programme de réinsertion. A nouveau en procès pour des infractions commises en prison, le jeune homme refuse de comparaître à son audience. Par ailleurs, il veut qu'on l'appelle désormais par son vrai prénom, Brian, et non plus par son pseudonyme. Retour sur une drôle d'affaire.

L'affaire en six points

  • 2013: la presse suisse-alémanique déclenche une énorme polémique en révélant que le programme de réinsertion d'un jeune détenu multirécidiviste, «Carlos», coûte 29 000 francs par mois. Ce programme inclut même des cours de boxe-thaï.
  • 2014: le jeune homme est à nouveau arrêté, suite à une bagarre dans un quartier chaud de Zurich. Il est placé en détention provisoire. La justice des mineurs du canton est à nouveau remise en cause.
  • 2015: la Cour suprême zurichoise décide de ne pas prolonger la détention de «Carlos», estimant que son comportement social et sa manière de gérer son quotidien se sont fortement améliorés.
  • 2016: Carlos fait à nouveau parler de lui pour des faits de violence. Il brise la mâchoire d'une connaissance à la descente d'un tram. Retour à la case prison.
  • 2017: il est accusé de tentative de lésions corporelles graves et menaces à la suite d'une bagarre avec plusieurs gardiens de prison. Depuis, il est détenu en isolement dans le quartier de haute sécurité d'un pénitencier zurichois, en attendant son nouveau jugement.
  • 2021: Le verdict de la Cour suprême zurichoise tombe le mercredi 16 juin.

Les raisons de son nouveau procès

Le jeune homme est accusé d'avoir menacé, agressé et, dans certains cas, d'avoir blessé des agents de police, des codétenus et des gardiens de prison pendant sa détention. L'acte d'accusation énumère 29 incidents distincts.

Le Ministère public a également engagé de nouvelles procédures contre «Carlos» pour 30 autres agressions contre le personnel pénitentiaire et des agents de police.

Même l'ONU s'en mêle

Pour l'ONU, les conditions de détention du jeune homme âgé de 25 ans ne sont pas optimales. Selon les normes fixées par l'ONG, la détention en isolement ne doit être utilisée que dans des cas exceptionnels et en aucun cas pour une durée supérieure à 15 jours. Pour cette raison et ce à travers une lettre envoyée au Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), le rapporteur spécial de l'ONU a demandé que le régime de détention du jeune délinquant soit assoupli.

Le Conseil fédéral va prendre position sur la question dans un délai de deux mois. D'ici là, les conditions de détention de «Carlos» restent inchangées. Il est maintenu en isolement, sans contact avec ses codétenus, mais il est autorisé à faire deux appels téléphoniques par jour avec sa famille et un nombre illimité d'appels avec ses représentants légaux.

Le jugement vient de tomber

Ce mercredi, le tribunal de grande instance de Zurich condamne «Carlos» à une peine de prison de 6 ans et 4 mois. (ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
A Genève, un officiel russe tance Poutine et démissionne: «Offrons lui l'asile en Suisse»
Après sa démission fracassante ce lundi, le diplomate russe Boris Bondarev est inquiet. Il craint des représailles de Moscou. Le coprésident du Parti socialiste, Fabian Molina, estime qu'il devrait désormais obtenir l'asile dans notre pays. L'UDC craint qu'il soit un espion.

La démission du haut diplomate russe Boris Bondarev a fait l'effet d'un coup de tonnerre et a provoqué un séisme dans la Genève internationale. Motif de cette agitation? La longue lettre de démission du principal intéressé. Elle prend la forme d'un règlement de comptes avec le Kremlin et critique vertement la guerre russe en Ukraine. On y lit par exemple:

L’article