DE | FR
montage: saïnath-bovay-shutterstock Kirk douglas dans le film «Spartacus» de stanley kubrick
Analyse

Islamistes, antivax, communistes: pourquoi Spartacus est leur héros

Promu leader de la cause antivax, Novak Djokovic est pour son père le nouveau Spartacus, sauveur des opprimés. Voici ceux qui se revendiquent de ce héros légendaire, chef des esclaves en révolte en l'an 70 avant Jésus-Christ.
17.01.2022, 19:5718.01.2022, 17:54

Spartacus, alias Djokovic, est de retour à Belgrade. L’Australie, alias le système, n’a pas voulu de lui. Jamais les mots du père du joueur n’auront sonné si justes aux oreilles des convaincus. Souvenons-nous, c’était il y a une dizaine de jours, son fils était bloqué dans une piaule d’hôtel à Melbourne. Il disait:

«Aujourd’hui ils peuvent le jeter dans un donjon, demain ils peuvent l'enchaîner. Novak est le Spartacus d'un nouveau monde qui ne tolérera pas l'injustice, le colonialisme et l'hypocrisie»

La comparaison avec le héros de la révolte des esclaves, menaçant Rome en l’an 70 avant Jésus-Christ, a fait le tour du monde telle une onde de choc. On pouvait et on peut toujours l’entendre ainsi: «Tremble, système (la Rome contemporaine)! Ta victoire n'empêchera pas ta défaite!»

Cette vision prophétique est celle des damnés de la terre, des dominés. Dominés par qui? Par l’empire, les gros, les riches, les puissants, les décadents. Un jour, ils rendront des comptes. A qui? Aux antivax qui ont fait de Novak Djokovic leur porte-drapeau, entre autres.

«Il représente l’idéal de la liberté contre l’oppression»

Srdan, le paternel de celui qui reste pour quelques semaines encore numéro un mondial de tennis, n’est pas le premier à convoquer la figure morale et combative de Spartacus. Qui n’est donc pas qu’un personnage valeureux de BD ou de péplum hollywoodien. Il est d'abord une force révolutionnaire, inquiétante pour l’ordre établi. Les marxistes allemands du début du 20e siècle en ont fait un courant politique, le spartakisme. L’ennemi capitaliste d’alors s’appelait les ploutocrates, ceux qui s’en mettaient plein la panse sur le dos des prolétaires. L'image, dévalorisante, devait virer à l'antisémitisme.

«Spartacus incarne la révolte des classes opprimées. Il représente une sorte d’idéal de la liberté contre l’oppression. C’est un emblème qu’on mobilise de temps à autre», observe René Knüsel, professeur honoraire de sciences-politiques à l’Université de Lausanne (Unil).

«Cette révolte contre la matrice ne se fera que par ses anges déchus»

L’islamisme, en tant que discours politico-religieux de rupture, se sert à l’occasion de cet emblème-là contre un pouvoir tenu pour illégitime et injuste. Comme dans ces mots datant de 2013. Ils ont été prononcés par Elias d’Imzalène, responsable du site français Islam & Info, l’info par le musulman pour le musulman:

«La situation des musulmans de France reste encore aujourd’hui celle de citoyens de seconde classe. On a voulu faire de ce pays une prison moderne et de l’Islam de France sa caution morale, dans la main d’intérêts exogènes. Face à nos "représentants" vendus et aux mouvements complexés, il est temps de faire vivre nos solutions selon nos propres paradigmes. Cette révolte contre la matrice ne se fera que par ses anges déchus. Car seuls des Spartacus du 21e siècle pourront sortir du chaos postmoderne. Emeutez-vous en votre for intérieur et soyez de ces insurgés sortis des décombres. Rejoignez l’ère du réseau archéofuriste pour une Agora du 3e millénaire»
Elias d’Imzalène, responsable du site Islam & Info

Mélange de marxisme et d’ésotérisme, ces propos ne déparent pas avec ceux tenus de nos jours par des gourous de l’antisystème, avec lesquels les communistes se retrouvent ou non. Le lyrisme, teinté de menaces, déployé par le père de Novak Djokovic s’inscrit dans la promesse plus générale d’un renversement des dominants. Sa diatribe contre «l'injustice, le colonialisme et l'hypocrisie» rejoint de mêmes propos accusateurs pointés par des militants tiers-mondistes, parmi eux des islamistes, contre l’Occident.

Convergence des luttes

Etonnante convergence des luttes entre le nationaliste serbe orthodoxe, dépossédé du Kosovo, sa «terre ancestrale», et le musulman s’estimant floué à tout point de vue. Mais un jour viendra le rédempteur, le justicier: Spartacus. Ce soir, il dort à Belgrade.

Djokovic expulsé: la réaction de Federer et Nadal

Plus d'articles sur la saga Djokovic

Djokovic est inscrit en février à Dubaï

Link zum Artikel

Djokovic est expulsé: voici ce qu'il s'est passé dans le tribunal

Link zum Artikel

«Honte à l'Australie!»: les réactions à l'expulsion de Novak Djokovic

Link zum Artikel

Pas d'annonce sur le statut de Djoko ++ Le tirage au sort retardé

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Manuel Valls n'a jamais existé: l'histoire de son ultime mise à mort
La défaite de l'ex-premier ministre dimanche au premier tour des législatives désignant les députés des Français de l'étranger a été accueillie par un flot de haine rarement observé. Le voilà banni.

L’époque n’est pas favorable à Manuel Valls, défait dimanche au premier tour d’un scrutin législatif qui l’avait envoyé batailler dans une circonscription d’opérette, Espagne, Portugal, Andorre et Monaco, pour un de ces sièges de députés de seconde zone, censés représenter les Français de l’étranger. Non, l’époque n’est pas en phase avec l’ancien premier ministre français. Tout ce qu’il a combattu tient à nouveau l’affiche, quand lui semble devoir la quitter pour longtemps: Diam’s, l’ex-rappeuse, apparaît en majesté sur l’écran du Festival de Cannes, Karim Benzema fait l’unanimité en équipe de France, l’ex-leader travailliste Jeremy Corbyn parade dans les rues de Paris.

L’article