DE | FR

18 éléphants tués par la foudre en Inde, 350 antilopes au Kazakhstan

This frame grab from video provided by KK Productions shows an Indian village boy paying respect to one among 18 wild Asiatic elephants found dead in the protected Kondali forest reserve in north eastern Assam state, India, Thursday, May 13, 2021. Preliminary reports by veterinarians said the elephants were struck by lightning. (KK PRODUCTIONS via AP)

Au moins 18 dépouilles d'éléphants ont été découvertes dans la jungle de l'Etat d'Assam, dans le nord-est de l'Inde. Leur mort est imputée à priori à la foudre. Cette dernière aurait également décimé un troupeau d'animaux en voie de disparition, au Kazakhstan.



«C'est extrêmement douloureux de voir les éléphants mourir ainsi. Mais nous devons attendre le rapport postmortem pour connaître la cause exacte de leur mort», a déclaré le ministre des Forêts de l'Assam, Parimal Suklabaidya, à la presse sur place, à environ 150 kilomètres au sud-est de Guwahati, la capitale de l'État.

Le ministre en chef de l'Etat d'Assam, Himanta Biswa Sarma, a déclaré dans un communiqué être préoccupé de la mort d'un «si grand nombre d'éléphants».

Des responsables forestiers et un député local, Jitu Goswami, avaient également déclaré à l'AFP un peu plus tôt que les pachydermes avaient probablement été tués par la foudre.

L'Inde abrite près de 30 000 éléphants, soit environ 60% de la population d'éléphants sauvages d'Asie.

Des antilopes décimées au Kazakhstan

Le Kazakhstan a annoncé vendredi qu'environ 350 antilopes saïga ont été retrouvées mortes dans la steppe, probablement tuées par la foudre. Cette espèce, emblématique de ce pays d'Asie centrale, est menacée de disparition.

Ce drame a eu lieu pendant la saison de mise à bas des saïgas, animal classé en danger critique d'extinction par l'ONG World Wildlife Fund (WWF). Selon le ministère kazakh de l'Ecologie, la foudre est probablement à l'origine du drame «car il y a des traces d'impacts de foudre sur leurs carcasses».

Reconnaissables à leurs cornes torsadées et à leur long museau arrondi, comme une petite trompe, les saïgas ont frôlé plusieurs fois l'extinction. Leur origine remonte à la dernière période glaciaire. (ats/afp)

Tchernobyl, c'était il y a 35 ans

1 / 8
Tchernobyl, c'était il y a 35 ans
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Howey militante Chinoise

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Manger de la viande sans tuer d'animaux? Ce livre a la solution

Coauteur du livre «Plaidoyer pour une viande sans animal», Thomas Lepeltier défend les avantages de la viande de culture. Développée artificiellement et déjà commercialisée à Singapour, celle-ci pourrait réduire tant la souffrance animale que l'impact de l'élevage sur l'environnement. Interview.

«Ce livre ne cherche pas à convaincre qui que ce soit de se passer de viande. Au contraire, nous défendons un moyen de continuer à manger de la viande mais sans faire souffrir les animaux», pose l'essayiste français Thomas Lepeltier. Avec son confrère David Chauvet, il vient de publier Plaidoyer pour une viande sans animal.

La solution miracle prônée par les deux animalistes végétaliens? La viande de culture développée en laboratoire à partir de cellules souches animales. Aujourd'hui …

Lire l’article
Link zum Artikel