DE | FR
Image: keystone
Sport en direct

Wembanyama affole la NBA ++ Verstappen sacré dimanche?

Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
06.10.2022, 11:56
team watson / ats

FC Séville: Lopetegui limogé, arrivée de Sampaoli

Image: KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER

Le FC Séville a changé d'entraîneur quelques heures après sa défaite 4-1 à domicile contre Borussia Dortmund en Ligue des champions. Julen Lopetegui a été limogé et remplacé par Jorge Sampaoli.

"Sampaoli a signé jusqu'au 30 juin 2024 et dirigera son premier entraînement ce (jeudi) soir à 18h30", a précisé le club. Le technicien argentin retrouve le banc de Séville qu'il avait déjà occupé lors de la saison 2016/2017 avant de prendre en charge l'équipe nationale argentine.

Sampaoli (62 ans) était libre depuis son départ de l'Olympique de Marseille en juillet dernier. Lopetegui (56 ans) a ainsi payé cash le départ catastrophique du FC Séville cette saison. Le club n'a gagné qu'une fois en sept rencontres de championnat et n'a pris qu'un point en trois matches de Ligue des champions.

Pour Wembanyama, c'est déjà l'Amérique

Image: KEYSTONE/AP/John Locher

Les fans américains de basket ne crient pas encore son nom, mais toute la NBA n'a déjà d'yeux que pour Victor Wembanyama. Le Français est le favori pour être le no 1 de la prochaine draft.

Dire que l'engouement est énorme autour du phénomène français âgé de 18 ans est un euphémisme. Plus de 70 médias se sont accrédités pour son tout premier match aux États-Unis mardi soir, perdu (122-115) avec son club des Metropolitans de Boulogne-Levallois contre la G-League Ignite. Une équipe composée de jeunes talents, susceptibles comme lui d'être sélectionnés par une franchise en 2023.

Et ils n'ont pas été déçus du voyage: Wembanyama a déployé son immense talent avec 37 points (7 tirs primés sur 11) et 5 contres, parvenant à élever son niveau dans son duel à distance avec un autre grand espoir, Scoot Henderson, rival désigné dans la lutte au sommet de la draft.

"C'est le plus gros match de l'histoire de la G-League!", s'emballait avant le coup d'envoi, Shareef Abdur-Rahim, patron de cette ligue de développement. "C'est très excitant. Ce n'est pas tous les ans que l'on a deux joueurs qui sont considérés comme les meilleurs espoirs de la draft, sans qu'au moins l'un d'entre eux joue à l'université", soulignait à raison cet ancien ailier-shooteur, champion olympique en 2000 avec Team USA.

En Une de SLAM

Après sa performance retentissante, dans le Dollar Loan Center, une salle de 5000 places remplie de moitié de fans de basket inspirés, qui pourront se targuer d'avoir vu les premiers pas d'un joueur hors norme (2,21 m, 2,43 m d'envergure) appelé à être le futur visage de la NBA, il s'est plié à sa deuxième conférence de presse en deux jours, dans une salle dédiée bien trop petite pour accueillir tous les journalistes.

Wembanyama, qui avait avancé que ce match et la revanche prévue jeudi seraient "les plus importants de (sa) vie sur le plan de l'exposition au niveau mondial", ne s'est pas trompé. Ce qui a précédé - les prises d'antennes sur ESPN, la couverture du magazine référence SLAM, qui avait loué à l'époque l'énorme potentiel de LeBron James lorsqu'il était encore lycéen, les comparaisons avec Kevin Durant, Giannis Antetokounmpo voire Kareem Abdul-Jabbar, ne l'ont pas empêché de rester de marbre.

Wembanyama, accompagné aux États-Unis par ses parents et tout l'état-major de Comsport, l'agence des "Frenchies" évoluant en NBA, est parvenu sans peine à contrôler tout cet engouement et cette pression, avec une décontraction et une confiance en soi confondantes. "Ce qui rend spéciaux les joueurs comme Victor, c'est leur capacité à tout gérer, les attentes, l'excitation qu'ils génèrent. Et une fois que le coup d'envoi est donné, ils parviennent à se focaliser sur le jeu et à être vraiment bons", a souligné Abdur-Rahim. "Sa maturité est impressionnante, pour un garçon de 18 ans. Il sait qui il est, ce qu'il veut et les efforts à accomplir pour l'obtenir", a résumé, admiratif, son entraîneur Vincent Collet.

"C'est le talent"

"Quand on a affaire à des joueurs uniques comme Victor, on ne peut pas être surpris. Il est capable de faire ce que des joueurs normaux ne peuvent pas faire. C'est le talent", a ajouté le sélectionneur de l'équipe de France, finaliste des derniers JO et Euro, qui peut voir avec gourmandise les prochaines échéances internationales avec ce diamant qu'il va s'employer à polir.

Preuve de l'importance que revêt Wembanyama aux yeux de la NBA, c'est elle qui a eu l'idée d'organiser deux matches amicaux impliquant les Metropolitans 92, pourtant déjà engagés en championnat de France. Jamais cela ne s'était encore produit pour un "prospect".

Le tout devant quelque 200 représentants de la ligue, venus le scruter. "Les managers généraux et recruteurs des trente franchises sont tous très excités", affirmait Abdur-Rahim.

Même ceux qui n'ont que peu d'espoir de le sélectionner à la draft du 22 juin 2023, car le premier choix reviendra à une des cinq équipes ayant fini avec les plus mauvais bilans de la saison régulière écoulée. La position préférentielle sera déterminée par un tirage au sort.

Evidemment, il n'y a aucune garantie qu'il devienne assurément le premier Français no 1 de la draft. Et nul ne sait encore quelle casquette d'équipe aura Victor sur le chef, quand il serrera la main d'Adam Silver. Mais l'histoire est bel et bien en marche. Et, avec elle une probable "Wembamania" en Amérique.

Verstappen champion du monde au Japon si...

Image: KEYSTONE/AP/Eugene Hoshiko

Largement leader du championnat du monde de F1, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) a l'opportunité de s'offrir un deuxième titre consécutif lors du GP du Japon dimanche, 18e manche sur 22.

Vainqueur de onze Grands Prix sur 17, Verstappen arrive à Singapour avec 104 points d'avance sur le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) et 106 sur le Mexicain Sergio Pérez, son équipier chez Red Bull.

Pour être titré dès dimanche à Suzuka, Verstappen doit avoir 112 points d'avance sur ses concurrents - soit le maximum de points à gagner lors des quatre dernières courses après le Japon. Il doit donc reprendre huit points à Leclerc et six à Pérez.

Scénario idéal: victoire et meilleur tour

Pour rappel, le barème de points est le suivant: 25-18-15-12-10-8-6-4-2-1 pour les dix premiers, et un point bonus octroyé pour le tour le plus rapide pour un pilote terminant parmi les dix premiers. Verstappen a donc son destin entre les mains: s'il gagne la course en réalisant le tour le plus rapide (25+1 pts), alors il sera titré, même si Leclerc finit 2e (18 pts).

Car même dans le cas extrêmement improbable d'une égalité en fin d'année, le Néerlandais serait sacré grâce à son nombre de victoires: avec onze succès contre trois pour Leclerc actuellement, il ne peut plus être rejoint à ce niveau. Les autres scénarios sont les suivants: S'il gagne sans obtenir le point du meilleur tour (25 pts), Verstappen sera titré si Leclerc ne fait pas mieux que 3e. S'il termine 2e avec le meilleur tour (19 pts), il sera titré si Leclerc ne fait pas mieux que 5e et si Pérez ne fait pas mieux que 4e. S'il termine 2e sans le meilleur tour (18 pts), il sera couronné si Leclerc finit 5e sans le meilleur tour et si Pérez ne fait pas mieux que 4e sans le meilleur tour. S'il finit 3e avec le point bonus (16 pts), il faudra que Leclerc termine 6e et Pérez 5e ou au-delà. S'il est 3e sans le meilleur tour (15 pts), il faudra que Leclerc termine 7e au mieux, et Pérez 6e au mieux.

Verstappen peut encore être titré hors du podium, en finissant 4e, 5e ou même 6e sans le meilleur tour, à condition de reprendre huit unités à Leclerc et six à Pérez. Sinon, il devra attendre la prochaine course le 23 octobre aux Etats-Unis. Chez les constructeurs en revanche, le titre ne pourra pas se jouer à Suzuka: Red Bull (576 pts) n'est mathématiquement pas encore à l'abri d'un retour de Ferrari (439).

Le Brésil solide no 1 mondial, la Suisse 15e

Murat Yakin et la Suisse sont 15es au dernier classement FIFA
Murat Yakin et la Suisse sont 15es au dernier classement FIFAImage: KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER

Le Brésil, qui a détrôné la Belgique au classement FIFA en mars, a conforté en septembre son rang de no 1 mondial. Alors que la Suisse a progressé d'une place pour s'établir au 15e rang.

A moins de deux mois de la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre), la Seleçao (1841,30 pts) a conforté sa première place mondiale après ses larges succès contre le Ghana (3-0) et la Tunisie (5-1) en amical en septembre.

L'équipe auriverde emmenée par Neymar creuse l'écart sur la Belgique (1816,71 pts), qui reste deuxième après avoir dominé la hiérarchie mondiale entre octobre 2018 et mars 2022.

L'Argentine de Lionel Messi, tenante de la Copa America, se maintient pour sa part sur la troisième marche du podium avec 1773,88 points, dans un top 5 inchangé par rapport au mois de juin avec la France quatrième et l'Angleterre cinquième.

Les Bleus, évincés du trio de tête après un mois de juin très mitigé, n'ont pas relevé la tête en septembre avec une victoire contre l'Autriche (2-0) puis une défaite face au Danemark (2-0) en Ligue des nations. L'équipe de Didier Deschamps compte désormais 1759,78 points.

Le seul changement dans le top 10 est à mettre au crédit de l'Italie championne d'Europe (6e), qui a doublé l'Espagne (7e), même si la Nazionale n'est pas qualifiée pour le Mondial 2022 en fin d'année.

Les récentes bonnes sorties de l'équipe de Murat Yakin permettent à la Suisse de grignoter une place et d'intégrer le top 15. On compte onze équipes européennes au sein de ce top 15, trois pays d'Amérique du sud (Uruguay en plus du Brésil et de l'Argentine) et une nation d'Amérique centrale, le Mexique (13e).

Fribourg et Zoug assurés d'être premiers de leur groupe

Image: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Fribourg est assuré de finir premier de sa poule en Champions League après cineq des six matches. Les Dragons se sont imposés 1-0 à Salzbourg.

En Autriche, les joueurs de Christian Dubé ont réussi une belle performance défensive en offrant un blanchissage à Connor Hughes. L'unique but de la rencontre est tombé à la 34e minute de la canne de Janne Kuokkanen, le top scorer de l'organisation fribourgeoise.

Comme Fribourg, Zoug ne peut plus être rejoint en tête de son groupe à la suite de sa victoire 3-1 à Ljubljana. Deux buts de Brian O'Neill et une réussite de Dario Simion ont permis au champion de Suisse de repartir de Slovénie avec les trois points. Et dans le même temps, Wolfsburg a battu le TPS Turku chez lui pour s'assurer la deuxième place de ce groupe B.

Dernier club suisse en lice, Rapperswil est allé l'emporter 6-4 à Bratislava face au Slovan. Mais les Saint-Gallois ne peuvent plus faire partie des deux premiers de groupe.

Ligue des champions: ça plane pour Okafor

Image: KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA

Noah Okafor (22 ans) brille cet automne en Ligue des champions. L'attaquant international suisse a inscrit son troisième but en autant de matches avec le RB Salzbourg.

Cette réussite, sur un penalty souverainement transformé à la 70e, a permis au club autrichien de s'imposer 1-0 contre le Dynamo Zagreb. Avec 5 points au compteur dans le groupe E, Salzbourg peut rêver d'être toujours en lice lors de la phase à élimination directe dès février prochain.

Un autre Suisse, le gardien Phillip Köhn, a aussi contribué à la victoire: il s'est interposé avec brio face à son compatriote Josip Drmic qui se présentait seul face à lui (81e). Ce dernier n'était en jeu que depuis quelques minutes pour le Dynamo. Il a bien cru égaliser à la 94e, mais il se trouvait en position de hors-jeu.

Dans le groupe F, le RB Leipzig a obtenu ses premiers points en battant le Celtic Glasgow 3-1. Alors qu'il y avait 1-1, un doublé d'André Silva (64e/77e) a fait la différence en faveur des Allemands.euro

Bayer Leverkusen: exit Gerardo Seoane, Xabi Alonso à la barre

C'est fini pour Gerardo Seoane au Bayer Leverkusen
C'est fini pour Gerardo Seoane au Bayer LeverkusenImage: KEYSTONE/AP/Luis Vieira

Gerardo Seoane (43 ans) a été limogé de son poste d'entraîneur du Bayer Leverkusen. Le Lucernois sera remplacé par l'ancien international espagnol Xabi Alonso (40 an

La décision des dirigeants du Bayer ne constitue pas une surprise. Le club connaît un début d'exercice bien difficile avec 5 points seulement en 8 matches. Leverkusen a aussi été sorti dès le premier tour de la Coupe d'Allemagne, et par une formation de 3e division.

Seoane, qui avait mené les Young Boys à trois titres de champion en Super League, a été remercié au lendemain de la défaite 2-0 en Ligue des champions à Porto. Il était déjà sur un siège éjectable après le revers 4-0 du week-end à Munich contre le Bayern.

Lors de sa première saison à Leverkusen, Gerardo Seoane avait pourtant connu du succès. Il avait conduit l'équipe à la 3e place en Bundesliga et décroché ainsi une place en Ligue des champions.

Il s'agit bien de son premier échec en tant qu'entraîneur. Au printemps 2018, Seoane avait permis au FC Lucerne de remonter du 8e au 3e rang en Super League. S'ensuivirent les trois saisons à Berne avec autant de titres de champion. Un exploit qui n'avait plus été réalisé depuis Timo Konietzka (triplé avec le FC Zurich de 1974 à 1976).

Décès de Jürgen Sundermann, ancien de Servette et de Bâle

Image: KEYSTONE/WALTER RUTISHAUSER

Jürgen Sundermann est décédé à l'âge de 82 ans à Leonberg, près de Stuttgart. Cet Allemand a été une figure marquante dans son pays, mais aussi en Suisse, où il a joué et entraîné.

Milieu de terrain puis libéro, Sundermann a porté le maillot du Servette de 1966 à 1968, puis de 1971 à 1976. Dans l'intervalle, il a évolué à Bâle de 1968 à 1971 et remporté deux titres de champion (1969, 1970). Lors de son deuxième passage à Genève, il a fonctionné comme entraîneur-joueur avant de se concentrer sur le coaching.

Il a ensuite dirigé une liste impressionnante de clubs dans plusieurs pays (Allemagne, Suisse, Turquie, République tchèque, Tunisie, Autriche), dont le VfB Stuttgart à trois reprises. Sundermann a aussi entraîné Grasshopper en 1979/80. Il a mis un terme à sa carrière en 1999.

Son principal fait de gloire a été de remonter le VfB Stuttgart en Bundesliga en 1977. Son équipe comportait alors de grands noms tels que Karlheinz Förster, Hansi Müller, Dieter Hoeness et Ottmar Hitzfeld.

L'avenir de Seoane est incertain au Bayer Leverkusen

Image: KEYSTONE/AP/Luis Vieira

Au lendemain de la défaite de Bayer Leverkusen 0-2 en Ligue des champions à Porto, l'avenir de son entraîneur Gerardo Seoane est encore ouvert.

Les responsables du club ne s'expriment pas sur un éventuel limogeage.

Le président Fernando Carro et le directeur sportif Simon Rolfes ont pris l'avion du retour en Allemagne sans s'exprimer sur l'entraîneur suisse. Ainsi, il paraît possible que Seoane dirige l'équipe samedi dans le match de championnat contre Schalke.

Le pilier de la défense, Jonathan Tah, international allemand, se positionne derrière le Lucernois. "Nous sommes encore persuadés. L'entraîneur a une super connexion avec l'équipe", a dit Tah dans une interview TV.

En parallèle, plusieurs médias ont fait d'état de la possible arrivée de l'ancien joueur de Barcelone Xabi Alonso comme successeur de Seoane. Carro avait dernièrement souligné que le club devait se préparer en cas de mise en congé de Seoane.

L'équipe de Leverkusen occupe l'avant-dernière place de la Bundesliga avec 5 points en huit matches.

Au cours de ses périodes de succès avec le FC Lucerne (passage de la 8e à la 3e place) et avec les Young Boys (trois titres de suite), Seoane ne s'était jamais retrouvé dans une phase aussi critique.

Red Bull et Honda renforcent leur partenariat

Image: KEYSTONE/AP/Vincent Thian

Red Bull et son écurie soeur Alpha Tauri vont renforcer leur partenariat en Formule 1 avec la marque japonaise Honda.

Une collaboration marquée notamment le retour du logo sur les monoplaces des deux équipes dès ce week-end au Japon, ont-elles annoncé mercredi.

"Notre objectif commun est de continuer à produire des moteurs dominants et de remporter le plus de succès possible au cours des trois prochaines années", a déclaré Christian Horner, patron de l'écurie Red Bull pour laquelle court le champion du monde en titre Max Verstappen.

Outre le retour du logo Honda sur les voitures, le deuxième pilote Red Bull, le Mexicain Sergio Pérez deviendra ambassadeur de l'école de pilotage de la Honda Racing School (HRS).

Honda a officiellement quitté la F1 en fin de saison dernière mais a signé un accord courant jusqu'à la fin de la saison 2025 pour continuer à fournir une assistance technique dans le développement des moteurs à Red Bull et Alpha Tauri.

Si les groupes propulseurs sont maintenant fabriqués et développés principalement par Red Bull, ce sont les unités de puissance de Honda qui ont notamment permis au Néerlandais Verstappen d'emporter son premier titre mondial en 2021.

Selon la presse spécialisée, Honda réfléchirait désormais à prolonger son accord avec l'écurie au-delà de 2025.

A partir de 2026, un nouveau règlement sur les moteurs des F1 entrera en vigueur. A cette date, les moteurs, déjà hybrides depuis 2014, verront une augmentation de l'énergie électrique et utiliseront des carburants 100% durables.

D'ici là, le paddock arrive ce week-end sur le tracé de Suzuka, pour le Grand Prix du Japon, 18e manche de la saison (sur 22) qui pourrait voir à nouveau sacré Max Verstappen, solide leader au championnat.

Dur retour sur terre pour Hüsler

Image: KEYSTONE/AP/Pavel Danev

Marc-Andrea Hüsler (ATP 64) n'a pas pu enchaîner après la quête de son premier titre ATP dimanche à Sofia. Le gaucher zurichois a même été lourdement battu au 1er tour de l'ATP 500 d'Astana mercredi.

Le no 1 helvétique s'est incliné 6-0 6-2 après 68' de jeu devant le Finlandais Emil Ruusuvuori (ATP 53), qu'il avait pourtant dominé lors de leur seul précédent duel. Le déplacement de quelque 3000 kilomètres ne l'a certainement pas aidé à "digérer" les folles et inattendues émotions vécues trois jours plus tôt.

Incapable de se procurer la moindre balle de jeu dans un premier set qui a duré tout juste 25 minutes, Marc-Andrea Hüsler a sorti la tête de l'eau dans la deuxième manche. Il s'est procuré trois balles de break dès le premier jeu, sans parvenir à les convertir, et a pu recoller à 1-1. Mais l'embellie n'a pas duré, le Zurichois concédant deux fois son service dans cette seconde manche.

Ligue des champions: le Barça tombe à San Siro

Image: KEYSTONE/AP/Antonio Calanni

Le choc de la 3e soirée de Ligue des champions a souri à l'Inter Milan. Dans le groupe C, les Italiens ont battu Barcelone 1-0 pour s'emparer de la 2e place derrière le Bayern Munich.

A San Siro, le Barça a souvent monopolisé le ballon, mais a manqué d'efficacité et de tranchant. Il n'a pas non plus pu trouver Lewandowski en bonne position. Calhanoglu a marqué pour l'Inter juste avant la pause. Les Catalans ont touché le poteau sur un essai de Dembelé en seconde période.

Naples fait très fort

Naples a confirmé ses excellentes dispositions dans le groupe A. Les Italiens ont fêté une troisième victoire consécutive en allant l'emporter... 6-1 à Amsterdam contre l'Ajax, après avoir pourtant été menés suite à une réussite de Kudus (9e)! Raspadori (18e/47e), Di Lorenzo (33e), Zielinski (45e), Kvaratskhelia (63e) et Simeone (81e) ont marqué pour les hommes de Luciano Spalletti, qui ont déjà inscrit 14 buts en 3 matches: impressionnant...

A Anfield Road, Liverpool a remporté 2-0 le derby britannique face aux Glasgow Rangers. Les deux réussites sont tombées sur des balles arrêtées, un coup franc d'Alexander-Arnold (7e) et un penalty de Salah (53e). Le portier McGregor a évité une défaite bien plus large pour les Ecossais en multipliant les arrêts. Liverpool est 2e du groupe à 3 points de Naples.

Dans le groupe D, Eintracht Francfort, avec Djibril Sow, a été accroché 0-0 à domicile par Tottenham. Les deux clubs ont 4 points, soit 2 de moins que le Sporting Portugal.

Bruges continue

Le Club Bruges continue de surprendre dans le groupe B. Les Belges ont battu Atlético Madrid 2-0 et comptent ainsi 9 points. Les trois autres équipes du groupe en ont trois après le succès de Porto contre Bayer Leverkusen (2-0).

Belinda Bencic a dû cravacher

Cela a pass
Cela a passImage: KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE

Belinda Bencic (WTA 14) a dû cravacher ferme pour se hisser en 1/8 de finale du tournoi WTA 500 d'Ostrava. Elle s'est imposée 6-7 (7/9) 6-1 6-4 devant Eugénie Bouchard (WTA 506) après 2h37' de match.

Issue des qualifications, la Canadienne tente un retour au premier plan après une opération à l'épaule. A Ostrava, l'ancienne finaliste de Wimbledon a offert une réplique de qualité qui peut l'inciter à croire qu'elle a encore un avenir à 28 ans.

Belinda Bencic a toutefois su rebondir après la perte de la première manche malgré une balle de set dans sa raquette à 7/6 dans le jeu décisif. La Saint-Galloise a serré sa garde pour enlever son 37e match de la saison. Elle pourrait retrouver jeudi Barbora Krejcikova (WTA 23) qui l'a éliminée samedi à Talllin.

Belinda Bencic peut envisager la suite de son tournoi en Répulique tchèque avec un certain optimisme. N'avait-elle pas remporté le titre en 2015 à Eastbourne et à Toronto les deux premières fois où sa route avait croisé celle d'Eugénie Bouchard ? Jamais deux sans trois...

Ligue des champions: aucun problème pour le Bayern Munich

Image: KEYSTONE/AP/Matthias Schrader

Comme attendu, le Bayern Munich n'a pas éprouvé la moindre peine pour empocher un nouveau succès lors de la 3e journée de la Ligue des champions. Les Bavarois ont dominé Viktoria Plzen 5-0.

Avec le maximum de neuf points dans le groupe C, les champions d'Allemagne ont déjà un pied en 8es de finale. Sans même devoir forcer outre mesure, ils ont vite et aisément fait la différence face aux Tchèques avec des buts de Sané (7e/50e), Gnabry (13e), Mané (21e) et Choupo-Moting (59e).

Sébastien Buemi signe chez Envision Racing en formule E

S
SImage: KEYSTONE/EPA EFE/JOSE MENDEZ

Sébastien Buemi (33 ans) a trouvé une nouvelle écurie pour continuer à rouler en formule E. Le Vaudois a signé un contrat de plusieurs années avec le team Envision Racing, basé en Angleterre.

"C'est une période intéressante pour être en formule E", a déclaré le pilote suisse, évoquant l'arrivée la saison prochaine des nouvelles monoplaces Gen3. "J'ai toujours eu beaucoup de respect pour cette équipe, et je crois qu'ils ont fait un excellent boulot pour maximiser leurs résultats ces dernières années", a-t-il poursuivi.

Buemi, qui évolue dans la discipline depuis sa création en 2014, n'avait jusqu'ici couru que pour la structure e.dams, d'abord en association avec Renault puis avec Nissan. Champion lors de la saison 2, trois fois deuxième du championnat, le Suisse compte 13 succès, 29 podiums et 14 pole positions en 98 courses de formule E.

Mais les deux dernières saisons ont été bien loin de ses attentes. Buemi s'est classé 15e lors du dernier exercice avec 30 points et 21e lors de la saison 7 (20 points). Son dernier succès remonte à New York en 2019.

Chez Envision Racing, le Vaudois aura pour coéquipier le Néo-Zélandais Nick Cassidy (28 ans). Il compte une victoire dans la discipline.

Deux cyclistes renversés par des spectateurs imprudents

Video: watson

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
Wembanyama affole la NBA ++ Verstappen sacré dimanche?
Elles sont là, elles sont fraîches! Les infos sportives à ne pas rater.
L’article