DE | FR
L'Aem 90 est la nouvelle locomotive de manœuvre et de ligne. Elle est dotée d'une propulsion électrique en plus d'un moteur diesel. Les CFF la présentent comme un «éléphant sur quatre essieux».
L'Aem 90 est la nouvelle locomotive de manœuvre et de ligne. Elle est dotée d'une propulsion électrique en plus d'un moteur diesel. Les CFF la présentent comme un «éléphant sur quatre essieux».image: zvg

Les CFF veulent être neutres en CO₂, mais achètent des millions de litres de diesel

Les CFF utilisent dix millions de litres de diesel par an dans le trafic ferroviaire, notamment pour les locomotives de manœuvre. L'objectif est de tout remplacer. Mais ce projet avance lentement, très lentement.
24.04.2022, 12:0725.04.2022, 18:10
Maja Briner / ch media

Le train est considéré comme un moyen de transport respectueux du climat, et ce à juste titre: la plupart des trains des CFF roulent à l'électricité. Celle-ci provient à plus de 90% de l'énergie hydraulique, comme l'entreprise le précise. Dans ce contexte, un récent achat des CFF est donc surprenant: dix millions de litres de diesel par an jusqu'en 2027, soit 50 millions de litres de diesel au total. L’entreprise a également acheté du mazout pour les cinq prochaines années.

Coût du diesel et du mazout: environ 93,5 millions de francs, hors TVA, comme l'indique l'adjudication publiée. Celle-ci a eu lieu avant que les prix n'augmentent en raison de la guerre en Ukraine. Mais pourquoi les CFF ont-ils besoin de dix millions de litres de diesel par an pour le trafic ferroviaire? Et comment cela s'accorde-t-il avec le plan visant à atteindre la neutralité climatique d'ici 2030?

7000 véhicules ferroviaires à moteur diesel

Le diesel est principalement utilisé à deux fins.

  1. C’est un élément important pour la construction et l'entretien de l'infrastructure. Il est utile lorsque les lignes de contact sont coupées ou inutilisables pendant les travaux, indique le service de presse.
  2. Pour les manœuvres sur les tronçons dépourvus de caténaires. Les trains d'extinction et de sauvetage, par exemple, ont également besoin de diesel. Selon le dernier rapport de gestion et de durabilité, les CFF disposent d'environ 7000 véhicules ferroviaires fonctionnant au diesel.

Cela pèse dans la balance. La consommation d’énergie des CFF en 2021 a engendré 70 000 tonnes de gaz à effet de serre. Près de 30 000 tonnes étaient dues au diesel utilisé pour la traction ferroviaire. Cela correspond à peu près aux chiffres pour le chauffage des bâtiments et des installations. En outre, les émissions des véhicules routiers, pour lesquels les CFF utilisent environ trois millions de litres d'essence et de diesel par an, ne sont pas comprises dans ce calcul.

L'objectif: fin de locomotives diesel en 2040

Les CFF s’engagent à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation de diesel. Des locomotives hybrides, qui utilisent l'électricité sous la caténaire, sont déjà en service. D'ici 2040, toutes les locomotives diesel seront remplacées par des véhicules fonctionnant avec des énergies renouvelables.

Les Chemins de fer fédéraux se donnent donc presque deux décennies. Cette décision est notamment justifiée par la longue durée de vie des locomotives. CFF Cargo remplacera une partie de sa flotte au cours des prochaines années, écrit le service de presse. La situation est plus exigeante pour les locomotives diesel utilisées pour l'entretien. Celles-ci doivent fonctionner longtemps de manière autonome sur les chantiers et répondre à des exigences de sécurité élevées. Le service de presse explique:

«Il ne faut pas oublier que les CFF doivent aussi offrir un système ferroviaire fiable pendant la phase de transition et que, pour cela, il faut encore du diesel»

Les CFF veulent atteindre la neutralité climatique dès 2030, grâce à un ensemble de 300 mesures. Toutefois, cela ne signifie pas que les émissions de CO₂ auront cessé d'ici là: L'objectif est de réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Le reste doit être «compensé par des projets dans la chaîne d'approvisionnement», comme l'écrivent les CFF.

Concrètement, il s'agit de soutenir financièrement des projets de partenaires qui conduisent à une réduction des émissions. En d'autres termes, les CFF seront neutres sur le plan climatique sur le papier, même si toutes les locomotives diesel ne sont de loin pas encore mises au rebut.

(Traduit de l'allemand par Julie Rotzetter)

Vous vous souvenez de cette histoire?

Plus d'articles sur les trains et les CFF

Les CFF ont-ils été ponctuels en 2021? Voici leur réponse

Link zum Artikel

Les employés CFF confrontés à de plus en plus d'agressions

Link zum Artikel

Un train sur cinq est en retard en Suisse: voici les solutions des CFF

Link zum Artikel

Covid: les CFF envisagent des suppressions de trains en Suisse romande

Link zum Artikel

Les CFF l'assurent, ils avaient anticipé la neige

Link zum Artikel

Pourquoi les portes des trains CFF ne s'ouvrent plus automatiquement?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Billet à 9 euros: détester les CFF a failli vous coûter moins cher
Mardi, le Conseil fédéral a refusé d'envisager des billets de train à neuf euros. Parce que... vous risquiez d'aimer ça. Ouf! Cet été, les tarifs resteront dissuasifs, les Suisses prendront l'avion et les touristes prendront cher. La routine.

Pas de billet à neuf euros, cet été, en Suisse. Mardi, la proposition du socialiste Matthias Aebischer, qui consistait à importer une (bonne) trouvaille allemande, a été rangée fissa sous le siège de la ministre Simonetta Sommaruga. Ça n'a surpris personne, pas même Matthias Aebischer. Rendre les transports publics rapidement plus attractifs et réanimer le pouvoir d'achat des citoyens sans faire planter l'urgence climatique sur les freins, aurait été une mesure un poil trop efficace pour les lourds essieux fédéraux.

L’article