DE | FR
Le groupe d'ultra-droite les Zouaves Paris. Le leader Marc de Cacqueray-Valmenier (dans le cercle).
Le groupe d'ultra-droite les Zouaves Paris. Le leader Marc de Cacqueray-Valmenier (dans le cercle). image: capture écran twitter @MatthieuBidan
Présidentielle 2022

Ces groupes d'ultra-droite ralliés au candidat Zemmour

Des violences commises par un groupuscule néonazi au meeting d'Eric Zemmour, dimanche à Villepinte, mettent en lumière les soutiens dont il bénéficie à l'ultra-droite. Voudra-t-il s'en débarrasser?
07.12.2021, 18:5208.12.2021, 06:13

«A mi-chemin entre le néofascisme et le néonazisme.» C’est en ces termes que le chercheur français Jean-Yves Camus, co-directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, joint par watson, décrit les Zouaves Paris, le groupe extrémiste auteur des coups violents assénés aux militants de SOS-Racisme lors du meeting d’Eric Zemmour dimanche à Villepinte, en banlieue parisienne.

«Le Troisième Reich dans la peau»

Le site StreetPress a révélé la présence de membres de cette faction de l’ultra-droite au premier grand rassemblement politique du candidat identitaire. Et notamment celle de son leader, Marc de Cacqueray-Valmenier. «Le jeune homme a le Troisième Reich dans la peau. Sur ses jambes bardées de tatouages on distingue encore une Totenkopf ceinte des mots "Ehre" et "Treue". Une référence à la devise de la SS (encore elle) Meine Ehre heisst Treue: "Mon honneur s’appelle fidélité."», écrit StreetPress.

A Villepinte, la mouvance «facho» était entre autres représentée par le Parti de la France, comme relaté ci-après sur Twitter:

L'un des membres du Parti de la France, Bruno Hirout, s’était fait prendre en photo avec une fausse bonbonne de Zykon B, le gaz utilisé par les nazis pour exterminer les juifs. Un cliché datant de plusieurs années, qui avait fait scandale lorsqu’il fut découvert, rapportait le quotidien Ouest France en 2014.

Le 4 novembre, soit un mois avant la réunion publique de Villepinte, Jean-Yves Camus avait publié un article sur le site de la Fondation Jean Jaurès, à laquelle est rattaché l’Observatoire des radicalités politiques. Il y listait les soutiens d’ultradroite d’Eric Zemmour. Parmi eux le précité Parti de la France, ainsi qu’un certain Hervé Ryssen, pourtant un «antijuif compulsif», note le spécialiste des mouvements extrémistes.

«C’est une énorme et incroyable erreur»

D’où vient que des antisémites soutiennent un candidat qui ne fait pas mystère de ses racines juives berbères? «Zemmour, parce qu’il combat le "système", ne serait que très peu juif, voire plus du tout. Dès lors, prévient Ryssen, l’ostraciser reviendrait à "se priver de quelques têtes bien faites qui sont disposées à se mettre à notre service" pour "mettre un coup d’arrêt à la déferlante du gauchisme culturel et à l’invasion migratoire"», relève Jean-Yves Camus dans son article. La judéité d’Eric Zemmour? On verra plus tard, en somme.

La présence d'un groupuscule de la trempe des Zouaves Paris au meeting de Villepinte? «C’est une énorme et incroyable erreur de Zemmour», estime Jean-Yves Camus, interrogé par watson.

«Il existe un pédigrée des Zouaves Paris. Lorsqu’ils sont quelque part, ils frappent. Ils sont ultra-violents. Cela va de la Manif pour tous contre le mariage gay, au saccage de l’Arc de triomphe lors de la mobilisation des gilets jaunes, en passant par l’attaque d’un bar parisien anfifa, les antifas n’y étant en l’occurrence pour rien.»
Jean-Yves Camus, codirecteur de l’Observatoire des radicalités politiques

«Si Eric Zemmour a un minimum de sens politique, il devrait faire le ménage et se débarrasser de ces groupuscules qui ont tendance à se comporter comme des supplétifs du service d’ordre officiel», juge Jean-Yves Camus. Il se demande bien ce qu’«il arrivera lorsque Zemmour tiendra un meeting en province, dans des salles plus petites, situées dans les centres-villes et plus difficiles à sécuriser que le Parc des expositions de Villepinte».

Sos-Racisme imprudente?

Ce dimanche 5 décembre, il semble que l’organisateur du rassemblement n’ignorait rien de la venue des Zouaves Paris. Des remerciements leur auraient même été adressés. Certes, des antifas, présents dans les parages du Parc des expositions, décidés à perturber la tenue du meeting, avaient plus tôt dans la journée joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. «Mais les militants de SOS-Racisme agressés par les Zouaves Paris ne sont pas des antifas. Ils sont non-violents», précise Jean-Yves Camus. Sans doute l'organisation antiraciste se sera montrée imprudente en appelant précédemment dans des tracts à «faire taire Zemmour», comme le signalait mardi matin le site de Jean-Marc Morandini, pas le plus inamical avec Eric Zemmour.

De son côté, Jean-Yves Camus dresse le parallèle suivant, où il est question de l'UDC:

«Les Zouaves Paris faisant régner l’ordre dans la campagne d’Eric Zemmour, c’est comme si, chez vous, en Suisse, le groupuscule suprémaciste Résistance helvétique assurait la sécurité des rassemblements de l’UDC. C’est impensable.»

Mais le candidat de cette France identitaire, 13% d'intentions de vote selon un sondage de l’Ifop, en baisse de 2 points (quand Valérie Pécresse en gagne 7, passant à 17%), aura-t-il cure des mises en garde sur son entourage d'ultra-droite? Sommé de s'exprimer après les coups donnés dimanche à Villepinte, Eric Zemmour, ayant lui-même ce jour-là fait l'objet d'une agression de la part d'un individu rapidement maîtrisé, a déclaré mardi condamner «toutes les violences», tout en qualifiant les militants de SOS-Racisme de «provocateurs» et de «chiens truffiers de la subvention», traitant les médias de «complaisants».

Marine Le Pen l'a fait

Lorsque Marine Le Pen fut élue présidente, en 2011, d’un parti qui s’appelait encore le Front national, elle coupa les branches les plus compromettantes, se séparant, notamment, des militants de l’Œuvre française, groupuscule raciste et antisémite dissout en 2013 par Manuel Valls, à l’époque ministre de l'Intérieur. Jean-Yves Camus l’a constaté: les anciens leaders de l’Œuvre française, prétextant un critère ethnico-religieux, ne se sont pas ralliés à la candidature d’Eric Zemmour.

«Un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent de Zemmour

Plus d'articles sur Eric Zemmour et la présidentielle française

Zemmour peut commencer à rêver d'un deuxième tour face à Macron

Link zum Artikel

Il y a comme un hic dans la vidéo de Zemmour...

Link zum Artikel

Eric Zemmour versus Joséphine Baker, drôle de jour pour annoncer sa candidature

Link zum Artikel

Valérie Pécresse désignée candidate des Républicains

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Brigitte et Emmanuel Macron: «On a cherché les emmerdes…»
Ils ont remis ça pour cinq ans. «Ils», car, Emmanuel Macron, c'est aussi et avant tout Brigitte. L'indispensable. L'élément fondateur, inextricable de son parcours d'homme et de président. Histoire d'un couple improbable, que certains voudraient séparer, mais que tout rassemble.

Ce 14 mai 2017, il est un peu moins de 10 heures lorsqu'un météore blond et bleu fend le tapis rouge qui scinde la cour de l'Elysée. Une apparition de cent soixante-huit centimètres en costume pastel Vuitton, perchée sur d'interminables jambes frêles et des talons-aiguilles beiges. L'équilibre est précaire mais la démarche assurée. Brigitte gravit les marches qui la sépare de sa nouvelle maison: le palais présidentiel.

L’article