DE | FR
Gazoduc en Russie.
Gazoduc en Russie.Image: EPA

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Dépendante des autres pour son pétrole, beaucoup de la Russie pour son gaz, la Suisse assiste avec une certaine fébrilité à l'évolution de la guerre en Ukraine.
03.05.2022, 18:3704.05.2022, 06:25

Le pétrole et le gaz: deux ressources assurant à la Russie 200 milliards de dollars par an à l’exportation. Jusqu’ici, elles ont été épargnées par les sanctions européennes imposées au Kremlin depuis l’invasion de l’Ukraine, il y a un peu plus de deux mois. Mais cela pourrait changer dans les prochaines heures. L’Union européenne serait sur le point de décréter un embargo sur les importations de pétrole russe. Un accord, qui requiert l’unanimité des Vingt-Sept Etats membres, pourrait intervenir dans la nuit de mardi à mercredi. L’Europe, après un embargo sur le charbon russe acté le 7 avril, répliquerait ainsi à la décision russe prise le 27 avril de couper le robinet d’approvisionnement en gaz à la Pologne et à la Bulgarie. Non membre de l’UE, que fera la Suisse?

«Il faut d’abord qu’un accord soit trouvé à Bruxelles. Si l’UE décide d’un embargo sur le pétrole russe, alors le Conseil fédéral avisera»
Un fonctionnaire de l'administration fédérale à watson

Le 28 février, quatre jours après le début de l'agression russe contre l'Ukraine, les sept Sages, ayant un temps donné l'impression d'hésiter, avaient repris les sanctions décrétées par les Vingt-Sept contre le régime du président Poutine. Une première dans la neutralité suisse.

La Suisse est-elle dépendante du pétrole brut russe?

Contrairement à l’Allemagne, mais surtout la Hongrie et la Slovaquie, ces deux dernières pouvant être dispensées de l’accord sur les sanctions en cours d’élaboration à Bruxelles, la Suisse n’importe pas de pétrole brut de Russie. Que disent les chiffres fournis par l'administration fédérale?

«Près de la moitié du pétrole brut importé en Suisse provient de l’Afrique (Nigéria: 39%, Libye: 6%, Egypte: 1%). L’autre moitié provient du Mexique (18%), des Etats-Unis (12%), du Kazakhstan (8%) et d’autres pays.»

Mais toute dépendance suisse à l’égard du pétrole russe n’est pas pour autant exclue, comme le fait remarquer à watson l’organisation Carbura, chargée du stockage obligatoire des huiles minérales en Suisse.

«Il est possible que de l’essence achetée à l’Allemagne soit issue de pétrole russe. Nous ne connaissons pas la quantité de pétrole russe transformé à l’étranger et potentiellement consommé en Suisse»
L'organisation Carbura, jointe par watson

La question du pétrole russe présente toutefois un enjeu important pour la Suisse dans le cas où l’UE interdirait tout négoce pétrolier avec la Russie. Berne pourrait-il rester en retrait d’une telle mesure? Comme on le sait, la Suisse, et notamment Genève, est un pays de négoce de matières premières, dont le pétrole et le gaz russes. Le site Public Eye indiquait fin mars que les traders présents sur le sol helvétique n’avaient pas mis fin à leurs transactions consistant à acheter et revendre du pétrole russe (50 à 60% du brut russe serait négocié depuis la Suisse, selon des estimations de Public Eye).

«Il règne une grande opacité sur les activités de ces négociants opérant en Suisse. Ils ont tous annoncé ne plus négocier de contrats dits "spots" avec la Russie, avec généralement un chargement du pétrole dans les 2 à 3 mois. La plupart ont en revanche l’intention d’honorer leurs contrats à long terme avec la Russie, certains ayant été signés en janvier de cette année alors que les troupes russes étaient déjà stationnées autour de l’Ukraine. Le fait est qu’aucune sanction n’interdit pour l’heure encore le négoce de pétrole ou de gaz avec la Russie.»
Adrià Budry Carbó, enquêteur matières premières à Public Eye, joint par watson

Le gaz russe? C'est 43%!

Pour l’heure, l’UE n’a pas pris de sanctions contre le gaz russe, dont on sait l’Allemagne grande consommatrice, même si elle a réussi en deux mois à réduire de 20% sa dépendance en ce domaine vis-à-vis de la Russie.

La Suisse, elle, dépend à 43% du gaz russe pour ses importations. «C’est la proportion importée de Russie l’an dernier», précise à watson le porte-parole de l’Association suisse de l’industrie gazière (ASIG), Thomas Egglin. «Le reste, 57%, vient de Norvège (28%), de Hollande (19%), d’Allemagne (2%), d’Algérie (3%) et d’autres pays encore dans de petites quantités», énumère le porte-parole de l’ASIG.

Sans gaz, la Suisse souffrirait: 42% sont consommés par les ménages; 34% par l’industrie, en particulier celle de l’acier et de la céramique, qui nécessitent de hautes températures; 22% par le secteur des services (le chauffage des bureaux, etc.); enfin, 1% par des moyens de transport.

«Nous allons vers des mois plus chauds, durant lesquels la Suisse consomme sept fois moins de gaz qu’en hiver. Mais dès le retour des mois froids, les Suisses pâtiront du manque du gaz russe si celui-ci devait être placé sous embargo ou si la Russie décidait de couper ses livraisons à l’Europe.»
Thomas Egglin, porte-parole de l'ASIG

Le gaz naturel russe acheminé en Suisse emprunte un gazoduc passant actuellement par l’Ukraine.

Parmelin grave

Mardi matin, le chef du Département fédéral de l'économie, Guy Parmelin, a averti les Suisses qu'ils devaient s'attendre à des moments difficiles si le gaz russe venait à manquer. Les particuliers pourraient être amenés à réduire la température de leur chauffage au gaz. Un degré de moins correspond à une réduction de 5 à 7% de la consommation totale.

Certaines entreprises faisant grande consommation de gaz disposent d'installations permettant de passer du gaz au mazout.

L'un des gros problèmes de la Suisse par rapport au gaz naturel est l'absence de toute capacité de stockage, que ce soit dans ses montagnes ou dans son sous-sol. C'est pourquoi, Gaznat, société anonyme assurant l’approvisionnement et le transport du gaz naturel à haute pression en Suisse occidentale, a signé des contrats avec des partenaires français lui permettant d'avoir accès à du gaz naturel stocké en France en cas de coup dur. Mais la guerre, si elle devait se prolonger et s'aggraver, pourrait amener les pays disposant de capacités de stockage à déclarer leurs réserves priorité nationale.

Les civils évacués de Marioupol

Et pour en savoir plus sur Vladimir Poutine...

Comment un fils d'ouvrier est devenu l'homme le plus puissant de Russie

Link zum Artikel

Comment la personnalité de l'année 2007 est devenue un «criminel de guerre»

Link zum Artikel

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Qui est la maîtresse russe de Poutine, qu'on dit planquée en Suisse?

Link zum Artikel

Trois idées reçues sur Vladimir Poutine à démystifier

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Vladimir Poutine a brisé le soft power de la Russie
Suite à sa guerre contre l'Ukraine, le président russe a définitivement coupé son pays de l'Occident.

Ivan Krastev est l'un des plus grands connaisseurs de l'Europe de l'Est. Dans une tribune publiée par le Financial Times, il relate l'anecdote suivante:

L’article