DE | FR
Bild

keystone

Votre nom sonne étranger? Vos avez moins de chances d’être élu

Avoir un nom à consonance étrangère est un handicap en Suisse. Du moins en politique, où la chance de se faire élire par le peuple est moindre.



Les personnes dont le nom a une consonance étrangère ont moins de chance de se faire élire, selon une étude des universités de Lucerne et de Genève.

Les auteurs de l'étude ont analysé 600'000 bulletins de vote de l'élection au Conseil national de 2015. Ceux-ci contiennent des informations détaillées sur le nombre de fois qu'un candidat a été biffé ou ajouté à une liste de parti.

Comment mesurer?

Sur la base d'un lexique en ligne qui liste tous les noms de famille des communes, les auteurs de l'étude ont différencié les candidats avec un nom «suisse» de ceux qui ne portent pas un nom typiquement helvétique.

Les premiers apparaissent dès avant 1940 dans le lexique, les deuxièmes dès 1940 et, selon l'impression des électeurs, indiquent un contexte de migration.

La double peine

Les résultats montrent que les personnes qui n'ont pas de nom typiquement helvétique sont doublement discriminées:

Les partis peuvent contrer cette discrimination grâce aux listes. Ils peuvent concéder aux candidats avec un nom à consonance étrangère une place plus importante sur leur liste. (ats/gch)

25 trucs énervants que les gens font dans la vie

1 / 28
25 trucs énervants que les gens font dans la vie
source: reddit
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Les Bouffistas au Canard Gourmand

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Suisse: 14 000 personnes en isolement ++ Pas d'accord entre les manifestants et Berne

Link zum Artikel

La voix des femmes afghanes va peut-être pouvoir s'installer en Suisse

Malgré son statut de réfugiée en Allemagne, Zarifa Ghafari se rendra, ce jeudi, à Berne avec son entourage suisse pour plaider sa cause devant plusieurs parlementaires.

L'ex-plus jeune maire afghane, voix des femmes, va peut-être s'établir en Suisse, a appris Keystone-ATS. Des efforts sont en cours pour un permis spécial. De passage mardi à Genève, Zarifa Ghafari s'attend à ce que les talibans restent «pendant des années».

«Ce n'est pas mon gouvernement», dit la jeune femme de 29 ans, qui était de 2019 à juin dernier maire de Maydan Shahr, au sujet des nouveaux patrons de l'Afghanistan.

Le porte-parole des talibans a dévoilé, mardi à Kaboul, la liste de tous …

Lire l’article
Link zum Artikel