DE | FR

Les universités suisses reçoivent des centaines de demandes d'Ukrainiens

Les services d'immatriculation reçoivent de nombreuses demandes de la part des étudiants ukrainiens. Et cela leur demande des adaptations.
11.05.2022, 17:4011.05.2022, 18:32

Plusieurs centaines de réfugiés ukrainiens se sont annoncés auprès de l'Université de Zurich (UZH) pour suivre des études en tant qu'hôtes. Une centaine ont été acceptées et beaucoup d'autres devraient suivre.

Le recteur de l'UZH Michael Schaepman explique qu'il s'agit là d'une solution à court terme, mais qu'il faut penser à une perspective à long terme. La langue par exemple est un problème qu'il faudra prendre en compte.

Les Universités de Lausanne et de Genève comptent, elles aussi, plusieurs centaines de demandes déposées par des étudiants ukrainiens

Actuellement, 45 d'entre eux sont immatriculés à Genève. Celle-ci a reçu à ce jour environ 300 demandes supplémentaires, dont une part significative adressée également à d'autres universités dans plusieurs pays.

A Lausanne, le service des immatriculations a, quant à lui, enregistré 200 demandes depuis le début du conflit. Les délais d'inscription pour le semestre d'automne d'ailleurs sont encore ouverts. (ats/ag)

Les réfugiés ukrainiens

1 / 7
Les réfugiés ukrainiens
source: sda / amel pain
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les civils évacués de Marioupol

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Meurtre, torture, vol: l'Ukraine recherche 10 criminels de guerre

Link zum Artikel

«Plan Marshall 2.0»: voici comment reconstruire l'Ukraine après la guerre

Link zum Artikel

Voici 13 images de Pâques «célébrée» en Ukraine en pleine guerre

Link zum Artikel

«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment les «journalistes» de Poutine déforment la vérité
Des influenceurs apparemment indépendants font des reportages de guerre depuis l'est de l'Ukraine. Ils défendent sur les réseaux sociaux la «dénazification» de l'Ukraine comme motif de l'invasion russe.

Peu après le début du conflit en Ukraine le 24 février dernier, le Kremlin a bloqué les plateformes de médias sociaux Facebook, Twitter et Instagram. A l'origine, l'attaque ne devait pas être considérée par la population russe comme une guerre, mais comme une «opération militaire spéciale».

L’article