DE | FR
Commentaire

Panne: et si le trou avait rendu les CFF plus humains?

Depuis mardi soir, la liaison Lausanne-Genève est paralysée, immobilisant des milliers de pendulaires aux heures de pointe... pour un trou. Un «affaissement de terrain» visible de tous qui a rendu les CFF curieusement plus humains. Faisons la paix!
10.11.2021, 09:3412.11.2021, 11:11
Suivez-moi

Mardi soir, des dizaines d'essaims de pendulaires tanguaient dans le froid entre un Uber à 400 balles et un dodo de fortune chez le poto. Il fallait bien trouver une alternative à la suppression des trains entre Lausanne et Genève.

🙄

Énervant! Scandaleux! Habituel!

Dès que les horaires déraillent, les critiques fusent. Mardi, surprise, les colères se sont soudain remplies d’un vide absurde: un trou. Un simple trou. Oui, c’est un trou qui a avalé notre routine. Un putain de trou à la hauteur de Tolochenaz (VD) qui a embourbé l’habituel défilé du salariat à l’heure de pointe. Et un trou dévoilé au grand jour:

Certes, les CFF se sont retrouvés une nouvelle fois les quatre fers en l’air pour tenter de reboucher leur honneur, notamment avec des bus de remplacement et des excuses de bonne foi. Mais, là, alléluia! Nous avions enfin le coupable sous les cernes. Tout est de la faute du trou! C’est si précieux de pouvoir enfin mettre un visage sur un retard.

D’ordinaire, on ne voit jamais l’accident de personne ou le dérangement électrique. On (ne) fait (pas) confiance et on grommelle.

C’est déjà pas fastoche d’annoncer à tout l’Arc lémanique qu’il devra prendre son mal en patience plutôt que son train à l’heure. Mardi, ils ont même tenté de se planquer fièrement derrière le baratin habituel: «Le réseau ferroviaire subit actuellement des perturbations. Un affaissement de terrain en est la cause.» Sauf qu’on a vu le trou. Et ça change tout.

Des CFF nommés désir

Bien sûr qu'on adore gronder les CFF. C’est même un sport national et il faut bien pouvoir compter sur un exutoire. D’autant que les prix pratiqués demandent cette impossible perfection. Mais ce stupide trou affiché partout, d’un diamètre chaotique, a rendu l'ex-régie fédérale sympathique. Pire: on compatit.

On s'est même mis à réfléchir un peu (en attendant le train): dans la vie, on peut se passer de wifi, de resto, de Facebook ou de conseils. On peut même se passer d’amour tant qu’on reste persuadé qu’il reviendra un jour. Mais pas de ce satané InterCity après dix heures de labeur. Notre train, c’est un doudou. Même bondé. Même debout. Même sale. Même en retard. Sans lui, on crève.

Rien n’est plus désiré qu’un wagon qui nous ramène au bercail. Et personne n’a jamais été autant sous pression que les CFF. Quand un amant, une collègue ou un parent a le droit d’être dans un jour sans, un train, lui, n’a même pas sa seconde pour souffler. Un amour qui rend fou, mais qui, mardi 9 novembre 2021, a enfin fait son trou. «Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous. Y a de quoi devenir dingue.» Mais l’erreur est donc humaine. Et, mardi, les CFF le sont devenus, humains. De quoi armer un peu de tolérance en plus de la traditionnelle patience?

Panne CFF mardi soir: témoignages

Vidéo: watson

Et maintenant, des cuculs de hamsters!

1 / 14
Et maintenant, des cuculs de hamsters!
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les petits gestes du quotidien pour l'environnement

Plus d'articles sur nos chers CFF

Prochain arrêt: le quiz! Quel usager des CFF es-tu?

Link zum Artikel

WC spéciaux, fenêtres condamnées, voici les wagons CFF pour supporters

Link zum Artikel

Dans les gares, les CFF suivent à la trace vos déplacements

Link zum Artikel

La Suisse romande, grande oubliée des futurs trains de nuit

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Macron réélu, une victoire contre le nationalisme et le complotisme
En réélisant Emmanuel Macron, les Français ne font pas qu'écarter l'aventurisme incarné par Marine Le Pen, ils redisent leur confiance dans ce qui fonde la démocratie.

Emmanuel Macron est réélu président de la République avec une avance plus large encore que celle que prédisaient les derniers sondages. On pourrait en rester là, se satisfaire de cette reconduction à la plus haute fonction de l’Etat avec une marge confortable. Oui, on pourrait se contenter de cette couche de peinture rafraîchissant la façade. Mais on sait parfaitement que, dessous, tout est craquelé et réapparaîtra bien vite tel quel.

L’article