DE | FR
Illustration fh suisse/flavia korner
Work in progress

Voici le métier d'avenir que le monde économique s'arrache

Alors que certaines branches connaissent un chômage à la hausse, d’autres peinent à recruter des spécialistes. Notamment les personnes en mesure de développer les chaînes d’approvisionnement et de création de valeur. Lis cet article pour savoir pourquoi ces spécialistes jouent un rôle-clé en temps de pandémie, comment ils contribuent à la durabilité et comment en devenir un toi aussi.
18.05.2021, 12:3318.05.2021, 15:30
Larissa Speziale

Connais-tu le terme de «Supply Chain»? Non? Ne t’inquiète pas, tu n’es pas le seul ou la seule, même s’il joue un rôle dans la vie de la plupart d’entre nous. Pour les grandes entreprises, la «Supply Chain», et de plus en plus la «Digital Supply Chain», représente la clé du succès. On peut traduire ce terme par «chaîne d’approvisionnement» ou «réseau de création de valeur».

Aujourd’hui, un clic suffit pour presque tout acheter, à n’importe quel moment et où que l’on se trouve. Cela est dû en grande partie à la numérisation des chaînes d’approvisionnement. Celles-ci s’avèrent décisives pour le succès des entreprises et ménagent les ressources.

En partenariat avec FH Suisse
L'association FH Suisse fournit le contenu de ce blog. Il est question du monde du travail, de carrière, d'éducation et de formation. Il ne s'agit pas d'un contenu payant.

Grâce à elles, les processus gagnent en efficacité et deviennent plus écologiques. Aujourd’hui, une gestion durable est essentielle et le développement de la numérisation des chaînes d’approvisionnement n’en devient que plus important. Le personnel spécialisé, volontiers nommé «Supply Chain Managers» est donc très recherché.

Cette fonction consiste à s’assurer que le bon produit arrive au bon endroit au bon moment. «Le monde économique s’arrache ces spécialistes», affirme Dominic Käslin, responsable de la nouvelle filière de bachelor «Digital Supply Chain» à la Haute école spécialisée des Grisons. C’est d’ailleurs en raison de cette forte demande que ce cursus, qui s’effectue à temps partiel et a un rapport direct avec la pratique, a été développé en collaboration avec 17 partenaires du domaine économique.

Dominic Käslin, responsable de la nouvelle filière de bachelor «Digital Supply Chain»
Dominic Käslin, responsable de la nouvelle filière de bachelor «Digital Supply Chain» dr

Pourquoi la Digital Supply Chain est-elle si importante

  • Durabilité. Les effets de l’industrie sur l’environnement et la société sont loin d’être négligeables. Et ces répercussions dépendent fortement du Supply Chain Management. C’est dans ces processus que le plus de ressources et le plus de substances nocives sont utilisées. La conception d’une Supply Chain exerce elle aussi une influence sur la société, que ce soit par le choix du site d’une centrale de distribution ou par la décision d’acheter auprès d’un fournisseur qui produit dans des conditions équitables. La start-up grisonne Muntagnarda a même adopté une approche circulaire. Cela signifie qu’elle tient compte de la «Reverse Supply Chain» dans le développement de ses produits. «Nous nous demandons ce qui se passe après la durée de vie d’une veste ou d’un t-shirt et comment arriver à un cycle fermé allant de la production à la réutilisation, en passant par l’utilisation et la reprise», explique Dario Pirovino, co-fondateur de Muntagnard. «Pour répondre à cette question, nous avons besoin de spécialistes qui comprennent la complexité du processus et possèdent des connaissances de pointe en matière de numérisation».
  • Révolution industrielle et transformation numérique. L’entreprise de logistique suisse Kühne+Nagel joue, depuis de nombreuses années, un rôle de leader dans la transformation numérique des Supply Chains, raison pour laquelle elle est partenaire de la filière «Digital Supply Chain». «Nous constatons que les chaînes d’approvisionnement globales ne cessent de gagner en complexité. En parallèle, les clients exigent que tout soit disponible 24 heures sur 24», explique Valerie Charlemagne-Mattheus, Senior Supply Chain Consultant chez Kühne+Nagel. Pour répondre à ces exigences, il faut des spécialistes à l’aise avec les données et la technologie, mais qui comprennent aussi l’aspect commercial et le facteur humain, sans se préoccuper des frontières.
  • Pandémie. L’effet de la pandémie vient s’ajouter aux points susmentionnés. Source d’incertitudes, elle exige une énorme flexibilité. Les spécialistes doivent disposer de nouvelles compétences pour développer des solutions inédites répondant rapidement aux changements. «Nous voulons intégrer les étudiants de la filière “Digital Supply Chain” dès le début, les laisser faire leurs expériences et intégrer leur savoir dans l’entreprise. De notre côté, nous les faisons profiter de nos connaissances en invitant des intervenants. Tout le monde est gagnant», continue Valerie Charlemagne-Mattheus.

Comment devenir spécialiste

Les chaînes d’approvisionnement sont mondialisées depuis 40 ans. «Or, la formation n’en a jusqu’à maintenant guère tenu compte», regrette Dominic Käslin. Toute personne qui effectue un apprentissage peut passer une maturité fédérale pendant ou après celui-ci et ainsi accéder directement aux hautes écoles spécialisées. Les personnes au bénéfice d’une maturité gymnasiale doivent avoir une année d’expérience pratique. Outre la formation de base en «Digital Supply Chain Management», des formations continues sont elles aussi proposées. Une certaine expérience dans les processus de création de valeur, la logistique et la distribution est nécessaire. Dans certains cas, une admission sans maturité professionnelle est possible. La plupart des hautes écoles spécialisées proposent un CAS sur le thème des Supply Chains.

Livio Benz, électricien diplômé, a décidé de suivre le cursus «Digital Supply Chain» dès l’automne 2021: «Je souhaitais me spécialiser dans un domaine économique. La Supply Chain a de l’avenir: la numérisation n’épargne aucune entreprise», affirme-t-il. Il effectue actuellement sa maturité professionnelle. En parallèle à ses études, il souhaite directement intégrer le domaine étudié. Il peut compter sur le soutien de Dominic Käslin, qui l’aidera à trouver un poste correspondant auprès d’une entreprise partenaire. Une offre par ailleurs proposée à tous les étudiants. Livio a donc toutes ses chances de trouver ses marques dans le domaine de la Supply Chain.

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Bientôt 2 francs le litre d'essence en Suisse? Etat des lieux en 4 points

Link zum Artikel

Le nombre d'utilisateurs de Facebook baisse pour la première fois

Link zum Artikel

Le montant investi par les banques suisses dans le charbon donne le tournis

Link zum Artikel

Année calamiteuse: Credit Suisse perd 1,6 milliard de francs en 2021

Link zum Artikel

La crise ukrainienne représente une menace pour la croissance mondiale

Link zum Artikel

Amazon double ses profits à 14 milliards de dollars (merci le Covid)

Link zum Artikel

Fraude fiscale: nouvelle galère en vue pour Donald Trump

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Quand l'Ukraine accueillait des émigrés suisses sans le sou
Alors que les civils ukrainiens se ruent actuellement vers l'Occident, des Suisses ont fait le chemin inverse, au XIX siècle. Ils ont fondé deux colonies dans le sud du pays: Zürichtal et Chabo. Voici leur histoire.

Avant 2014, la Crimée avait déjà été annexée une fois par les Russes: en 1783. L’empire des tsars avait alors pris la presqu’île et les régions de l’actuelle Ukraine aux Ottomans. A l’époque, le tsar Alexandre Ier autorisa des colons de l’Ouest à s’installer sur cette terre fertile appelée «Nouvelle Russie».

L’article