Blogs
Histoire

Fritz Zwicky, le scientifique suisse le plus mésestimé du monde

Fritz Zwicky observe l’espace à travers le tout nouveau télescope Schmidt en 1936.
Fritz Zwicky observe l’espace à travers le tout nouveau télescope Schmidt en 1936.Image: Archiv Palomar Observatory/Caltech

Fritz Zwicky, le scientifique suisse le plus mésestimé du monde

Le Glaronnais Fritz Zwicky fut l’un des esprits les plus brillants du 20e siècle. Voici l’histoire d’un génie méconnu.
24.02.2024, 07:0124.02.2024, 09:35
Katrin Brunner / musée national suisse
Plus de «Blogs»

Si Fridolin Zwicky avait eu son mot à dire, son fils Fritz, qui vit le jour le 14 février 1898 à Varna, aurait repris l’entreprise textile familiale en Bulgarie. En 1886, Zwicky père avait quitté Mollis, dans le canton de Glaris, pour s’installer au bord de la mer Noire et y commercialiser notamment des Glarner Tüechli, foulards glaronnais traditionnels.

A l’âge de six ans, Fritz fut toutefois envoyé en Suisse, auprès de ses grands-parents, afin d’y suivre sa scolarité. Il s’avéra alors rapidement qu’il n’allait pas devenir négociant en textile, puisque le garçon se découvrit une passion pour les sciences.

Le blog du Musée national suisse
Des histoires passionnantes sur l'histoire de la Suisse plusieurs fois par semaine: on y parle des Romains, des familles d'émigrants ou encore des débuts du football féminin.
blog.nationalmuseum.ch/fr

Fritz Zwicky étudia les mathématiques et la physique expérimentale à l’École polytechnique fédérale (EPF) de Zurich. Celui qui, toute sa vie durant, fut réputé pour son caractère difficile, suscitait déjà régulièrement l’exaspération de ses professeurs par son attitude supérieure. L’obtention de son doctorat en sciences de la nature à l’EPF en 1922 marqua le début d’un long périple scientifique.

Un reportage du Monde consacré à la matière noire.Vidéo: YouTube/Le Monde

En 1925, alors âgé de 27 ans, il partit pour la Californie sur invitation du prestigieux California Institute of Technology (Caltech). Ses travaux secouèrent régulièrement le monde scientifique, qu’il s’agisse de la découverte de la matière noire ou de la théorie sur l’implosion des étoiles, les supernovas, qu’il développa avec l’astrophysicien allemand Walter Baade.

Les idées de Fritz Zwicky avaient tendance à susciter la désapprobation et à être tournées en dérision par le monde scientifique. Le Glaronnais ne se laissait cependant pas décourager et avait souvent raison, même s’il fallut parfois attendre des années, voire des dizaines d’années, pour en avoir la preuve.

Fritz Zwicky en 1947 dans son bureau, en Californie.
https://ba.e-pics.ethz.ch/catalog/ETHBIB.Bildarchiv/r/33550/viewmode=infoview
Fritz Zwicky en 1947 dans son bureau, en Californie.Image: ETH Bibliothek Zurich

Une mission sensible

Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, Fritz Zwicky, l’un des rares scientifiques aux Etats-Unis à parler allemand, se vit confier une mission sensible: étudier, en tant que conseiller militaire, les sites d’essais de missiles des nazis à Peenemünde et sur l’île d’Usedom. Les Américains voulaient en effet combler aussi vite que possible leur retard technique sur les Allemands, dont les fusées V2 surpassaient tout ce que les Etats-Unis avaient conçu à cette époque. Plus tard, il se rendit également au Japon pour y étudier les effets des bombes atomiques larguées par les Américains, et fut particulièrement marqué par la puissance destructrice de ces engins.

Fritz Zwicky se prit alors de fascination pour la technologie des fusées. Convaincu qu’il était possible de vaincre la force gravitationnelle de la Terre, il se fixa pour objectif d’envoyer un objet dans l’espace. Son premier essai eut lieu en décembre 1946, au moyen d’une fusée dont le cône contenait six grenades à fusil. Celles-ci devaient se déclencher dans un deuxième temps, permettant à des billes en acier d’échapper à la pesanteur et de quitter l’atmosphère. La tentative se solda néanmoins par un échec, car les grenades ne s’étaient pas déclenchées.

Banc d’essais de la fusée V2 des nazis à Peenemünde, en octobre 1942.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Launch_of_a_V-2_rocket_(49775376157).jpg
Banc d’essais de la fusée V2 des nazis à Peenemünde, en octobre 1942.Image: Wikimedia
Fritz Zwicky recevant en 1949 la «Presidential Medal of Freedom» américaine, l’une des deux plus hautes décorations civiles des États-Unis à l’époque.
https://ba.e-pics.ethz.ch/catalog/ETHBIB.Bildarch ...
Fritz Zwicky recevant en 1949 la «Presidential Medal of Freedom» américaine, l’une des deux plus hautes décorations civiles des États-Unis à l’époque.Image: ETH Bibliothek Zurich

Fritz Zwicky ne parvenant pas à obtenir une nouvelle fusée de la part des Etats-Unis pour des raisons de coûts, il fut contraint d’abandonner ce projet malgré sa conviction que son idée fonctionnerait. Jugé excentrique, l’astrophysicien s’enferma dans un isolement croissant, évité par ses pairs et sous-estimé. Ses idées furent fréquemment rejetées. Le développement des fusées et des bombes passa en outre au second plan durant les années 1950, l’humanité souhaitant profiter de cette période de prospérité d’après-guerre.

Enfin, la reconnaissance

Le 4 octobre 1957 changea la donne. Le lancement du satellite Spoutnik 1 en orbite autour de la Terre par l’URSS fut un choc pour les Etats-Unis.

Un teportage télévisé sur le lancement de Spoutnik 1, en 1957.Vidéo: YouTube/Nat Geo France

Les technologies spatiales et les fusées étant revenues à l’ordre du jour, les compétences de Fritz Zwicky devinrent à nouveau très recherchées. Il obtint avec une grande facilité une nouvelle fusée pour poursuivre ses essais, puisque la suprématie spatiale des États-Unis devait être assurée à tout prix.

Douze jours seulement après Spoutnik 1, Fritz Zwicky mit en orbite un premier objet artificiel, une bille d’acier baptisée «Artificial Planet No. Zero», lui permettant de finir ce qu’il avait commencé en 1946. Le savant ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin:

«Nous commençons par envoyer quelque chose de petit dans le ciel. Suivi par une cargaison d’instruments, et enfin, nous-mêmes»

L’avenir lui donnera raison et, par ses théories et ses analyses, il contribua à ce jalon décisif de l’aventure spatiale humaine.

«La gravité terrestre enfin vaincue» pouvait-on lire dans le quotidien de Rochester le 23 novembre 1957.
https://www.drewexmachina.com/blog/
«La gravité terrestre enfin vaincue» pouvait-on lire dans le quotidien de Rochester le 23 novembre 1957.Image: drewexmachina.com

Fritz Zwicky décéda en 1974 à Pasadena en Californie, et fut enterré à Mollis, sa commune glaronnaise d’origine. La liste de ses découvertes et de ses idées est si longue que l’on ne pourrait pas la reproduire intégralement ici. Mais une chose est certaine: Fritz Zwicky fut l’un des plus grands astrophysiciens du 20e siècle. Et à n’en pas douter l’un des scientifiques les plus mésestimés au monde.

>>> Plus d'articles historiques sur: blog.nationalmuseum.ch/fr
watson adopte des perles sélectionnées du blog du Musée national suisse dans un ordre aléatoire. L'article «Fritz Zwicky, un génie suisse» est paru le 13 février et mis à jour le 15 février.
blog.nationalmuseum.ch/fr/2024/02/fritz-zwicky-un-genie-suisse
Le lancement de la nouvelle méga-fusée de la Nasa
1 / 10
Le lancement de la nouvelle méga-fusée de la Nasa
source: sda / =03387147=
partager sur Facebookpartager sur X
La fusée indienne a réussi son alunissage
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a testé la voiture électrique la moins chère du marché et on a adoré
Parangon du bon sens automobile, Dacia a lancé depuis le printemps 2021 sa Spring, puce des villes électrique. A nouveau une recette qui fait mouche pour le constructeur roumain puisque la Spring figure parmi les bestsellers électriques européens.

Ils sont plus 110 000 dans le monde à avoir craqué pour elle. Elle s’arroge la première place du podium des ventes des citadines électriques en Europe, devant la Fiat 500e, et pointe même à la seconde place toutes catégories confondues en France, derrière la Tesla Model Y. Elle réussit aussi le pari de conquérir 93% des primo-accédants à l’automobile. Elle, c’est la Dacia Spring, puce de 3,75 m et 1045 kg, mue par un moteur électrique au choix de 45 ch ou 65 ch et vendue dès 19 990 francs au catalogue, voire actuellement 5000.- francs de moins grâce à une offre en cours.

L’article