Blogs
Pénélope Page

Viens donc essayer de m’expliquer si je dois me marier

Image
Image: Shutterstock
Pénélope Page

Viens donc essayer de m’expliquer si je dois me marier ou pas

15.09.2021, 12:27
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Ça y est, on y est. En pleine campagne pour le mariage pour tous.

Pénélope Page
S’abonnerS’abonner

Les portraits de familles homoparentales nageant dans le bonheur et les témoignages de couples gay fatigués d'attendre comme de devoir se justifier se succèdent dans la presse. A côté des sermons de Jean-Pierre, 24 enfants, qui a peur qu'on vienne lui effriter son institution sacrée.

Ce qui me choque le plus, dans toute cette histoire, c'est qu'on nous demande de voter sur comment les gens doivent vivre leur vie. Quand est-ce qu'on m'a demandé, à moi, si ça me plaisait que Roger épouse sa cousine, qu'ils pondent des imbéciles qui vont venir faire fleurir NRJ12, à coup d’allocations familiales?

Non parce que, quand on y pense (en se payant le luxe d'un minimum d'honnêteté intellectuelle): ceux qui se reproduisent le plus dans nos contrées, ce sont les cons. Les autres doutent, hésitent, calculent, prennent en compte l'impact climatique, etc...

Des cons qui eux-mêmes vont éduquer d'autres cons et ainsi de suite, jusqu'à parvenir à la fameuse Idiocracy dans laquelle on arrive à saute-mouton.

Du coup ouais, j'avoue que ça m'irrite légèrement de devoir écouter ou lire ces mêmes cons argumenter sur le drame d'un enfant dont le noyau familial ne correspondrait pas, trait pour trait, à la famille Ingalls.

Pas comme si les faits étaient là et qu’on leur demandait juste de légiférer afin que tout le monde soit juridiquement couvert, et de ne pas pinailler avec leurs bigoteries. Ni d’accepter une réalité déjà constituante de leur univers! Nooooon...

Moi, je ne rentre plus là-dedans. J’ai déjà vécu ça en 2013. Vous savez, quand la France avait instauré le mariage pour tous, y a près de dix ans. Non sans peine d'ailleurs. Il a fallu se taper les inepties de la Manif pour tous pendant des mois, comme les passes d'arme délirantes à l'Assemblée nationale (ouais, j'ai suivi le truc, j'étais à fond).

Comme quoi, en Suisse, on prend notre temps. Mais même si les mentalités sont censées évoluer, on entend toujours les mêmes conneries, dix ans après. Faut le faire.

En gros, d'ici au 26 septembre je vais me la jouer singes de la sagesse en tentant de slalomer entre les arguments surannés, les insultes assumées et l'énergie dépensée pour essayer de garder un contrôle moribond sur une société qui avance, sans attendre les cons.

Eux, ils avaient tout compris:

Les singes de la sagesse.
Les singes de la sagesse.

Je laisserai donc le soin de la conclusion à Christiane Taubira qui aura marqué la politique française par son combat acharné contre la bêtise la plus profonde:

Toi aussi tu veux donner ton avis sur la vie des autres? Ecris-moi à:

penelope.page@watson.ch

Pénélope Page...
...fait une entrée hyper stressante dans la trentaine, avec son lot d'expériences foireuses. Aussi spontanée et délurée que névrosée, Pénélope fait ce qu'elle peut pour dealer avec l'existence et sa dose de paradoxes. Tout comme vous! Comme elle en connaît un rayon sur les déboires amoureux, vous pouvez également lui poser vos questions les plus intimes. Elle vous répondra directement toutes les semaines. Et, n'ayez crainte, comme elle, vous resterez anonyme.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.pc
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pénis ailés et vulves à pattes: ces objets médiévaux sont troublants
Les insignes médiévaux étaient de petites représentations imagées en métal souvent portées par les pèlerins. Bon nombre d’entre eux ne correspondent pas à l’idée que l’on se fait de cette période, puisqu’ils prennent la forme de créatures fantastiques composées d’organes génitaux. La société du Moyen Age était-elle aussi prude qu’on le pense?

Ils sont fabriqués en alliage plomb-étain, à peine plus grands qu’une pièce d’un franc et dotés d’une épingle ou d’un œillet permettant de les attacher aux vêtements: les insignes du bas Moyen Age. Ils furent produits par milliers entre le XIIe siècle et le milieu du XVIe siècle. De nos jours encore, on trouve régulièrement ces petits bijoux à proximité des cours d’eau, principalement aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et en Scandinavie. Ils sont répertoriés dans la base de données en ligne kunera.nl.

L’article