Divertissement
Cinéma

Critique de «Priscilla», le dernier film de Sofia Coppola

Jacob Elordi et Cailee Spaeny incarnent Elvis et Priscilla Presley.
Jacob Elordi et Cailee Spaeny incarnent Elvis et Priscilla Presley.Image: A24

«Priscilla», le film qui ne fait pas honneur à Elvis Presley

Le nouveau long-métrage de la réalisatrice culte Sofia Coppola dresse le portrait de Priscilla Beaulieu, celle qui fut la femme d'Elvis Presley après l'avoir rencontré à 14 ans.
26.12.2023, 18:5627.12.2023, 10:42
Sainath Bovay
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Les films de Sofia Coppola sont au spleen et à la solitude ce que les films de Martin Scorcese sont aux gangsters: un thème de prédilection. La fille de l'illustre réalisateur Francis Ford Coppola (Le Parrain) s'est dès son plus jeune détournée du cinéma pompeux de son géniteur pour proposer un cinéma intimiste avec son premier film Virgin Suicides (1999) qu'elle réalisa à 29 ans.

Un film centré sur l'adolescence, le féminin et l'ennui, des thématiques qui lui sont chères puisque chacune de ses œuvres aborde un personnage victime d'une forme de mélancolie liée au vide existentiel et à l'absence de quelque chose. Sofia Coppola, c'est la réalisatrice d'une forme de féminité, celle de la femme blanche, privilégiée et désirée, qui cherche l'émancipation sur des sonorités pop. Et son dernier film, Priscilla, est dans cette parfaite lignée.

La bande-annonce 👇

Vidéo: watson

Si la vie du King avait été abordée avec brio et flamboyance par Baz Lurhman en 2022 avec Elvis (offrant au passage à l'acteur Austin Butler un Oscar), c'est sur la jeune Priscilla Beaulieu (Cailee Spaeny) que le film de Sofia Coppola va se concentrer.

Elle n'a que 14 ans, et la jeune Texane vit à Berlin, où son père, officier dans l'armée, est en poste, au même titre qu'Elvis. En 1959, alors qu'Elvis Presley (Jacob Elordi) est une star outre-Atlantique au sommet de sa gloire, Priscilla est amenée à rencontrer le chanteur de 24 ans, qui va vite lui mettre le grappin dessus.

Priscilla Beaulieu (Cailee Spaeny) n'avait que 14 ans lorsqu'elle rencontre Elvis Presley, âgé de 24 ans.
Priscilla Beaulieu (Cailee Spaeny) n'avait que 14 ans lorsqu'elle rencontre Elvis Presley, âgé de 24 ans. Image: A24

Ainsi, le film se concentre sur les jeunes années de Priscilla aux côtés du monstre sacré, à travers le regard d'une simple groupie et confidente. Une relation étalée sur moins d'une dizaine d'années avant leur mariage en mai 1967 et la naissance de leur enfant une année plus tard.

«Don't you know that you're toxic?»

Sofia Coppola ne tire pas son récit de nulle part, puisque son film est adapté du livre Elvis et moi de Priscilla Presley, publié en 1985. Une adaptation qui ne sera pas au goût de la fille du couple Presley, puisque Lisa Mary Presley – décédée d'un arrêt cardiaque en janvier 2023 – exprimera son indignation vis-à-vis du film dont le scénario est, selon ses mots, «incroyablement vengeur et méprisant»: le film porterait atteinte à l'image de son père en raison de la manière dont il est parfois dépeint, notamment à cause de sa consommation excessive d'analgésiques.

Sofia Coppola lui avait d'ailleurs répondu lors de la présentation du film à la Mostra de Venise, assurant avoir tenté de présenter Elvis «avec sensibilité et complexité»:

En lisant l’histoire de Priscilla pour la première fois, j’ai été frappée de voir à quel point on pouvait s’identifier à elle, bien qu’elle évolue dans un environnement peu commun. Je ne suis rendue compte que nous la voyons comme une présence inattendue aux côtés d’Elvis (…).

Elle était considérée par les tabloïds comme «la femme-enfant d’Elvis», mais j’avais le sentiment qu’il y avait une histoire bien plus intéressante à raconter: le rêve d’une gamine qui devient une réalité qui n’est pas ce qu’elle imaginait; le fait de devenir adulte en expérimentant à la fois une immense célébrité et une profonde solitude (...).
Sofia Coppola

Dans son film, la réalisatrice prend soin de contextualiser l'époque, où les rapports entre mineur et personnes majeures étaient encore dans les mœurs et où la femme dans la société américaine se destinait à être mère au foyer.

Elvis et Priscilla, l'un des couples les plus glamours des années 60
Elvis et Priscilla, l'un des couples les plus glamours des années 60. A24

Point de jugement à ce niveau-là, la relation entre le King et Priscilla est d'une relative bienveillance. Cependant, le film met en scènes les sautes d’humeur (parfois très violentes) du musicien envers sa compagne. Une partie sombre du caractère d’Elvis qui a été largement documentée par le passé, et qui s’explique notamment par le penchant excessif du King pour la boisson et les amphétamines qu’il gobait à plein tube. Une consommation de drogues, légale à l'époque, qui lui permettait de tenir le rythme effréné de sa vie professionnelle, tant sur le plan musical que cinématographique.

Réalisation et casting aux petits oignons

Ce qui rend le film particulièrement plaisant, c'est son casting attachant. En prenant le parti de ne pas singer Elvis, Sophia Coppola réussit à humaniser Elvis Presley, aidée par le talent certain de l'acteur Jacob Elordi, révélé dans la série Euphoria. Cailee Spaeny, quant à elle, porte sur ses épaules l'intégralité du métrage, incarnant avec autant de grâce une frêle adolescente qu'une femme qui s'assume.

À propos de Jacob Elordi:

Dans un écrin sublime des années 60, Priscilla réussit à captiver grâce au récit passionnant d’une jeune fille tombée amoureuse d’un monument de la culture américaine. Une immersion dans l'intimité du King qui révèle sa complexité, celle d'un homme aimant et éprouvant un amour sincère, victime de sa part d'ombre.

Mais de cette histoire, Elvis n'est qu'un personnage secondaire. Priscilla est avant tout l'histoire d'une femme, qui, de la naïveté adolescente, deviendra à la fois mère et épouse d'un homme victime d'un comportement destructeur. Une histoire d'émancipation devant laquelle on peut éprouver un ennui poli, mais qui par sa bande-son ultra rock'n'roll (sans un seul son d'Elvis) et la beauté sidérante des années 60 se révèle un film fort plaisant et nécessaire sur la condition féminine. Pour Noël, quoi de mieux que le conte de fées cynique d'une jeune fille tirée de sa vie de lycéenne pour épouser un prince du rock et vivre emprisonnée dans un palais du Tennessee.

«Priscilla» de Sofia Coppola, à l'affiche des salles romandes dès le 26 décembre 2023. Durée: 1h 50.

Si vous préférez les vrais contes de fée:

Brad Pitt et ses nombreuses coupes de cheveux:
1 / 31
Brad Pitt et ses nombreuses coupes de cheveux:
Brad Pitt à Cannes en 2012.
source: epa / guillaume horcajuelo
partager sur Facebookpartager sur X
Les films les plus attendus pour début 2024
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai comparé les jouets de ma fille avec ceux des autres et j'ai eu très peur»
Ma fille a 9 mois et déjà un amoureux. Il s'appelle Gustave et il a 10 mois. On a été chez lui et pour la première fois. J'ai pu comparer le set-up d'un autre bébé et j'ai eu très peur.

Quand on a un premier enfant, on ne se rend pas tout de suite compte dans quelle catégorie de parents on se situe. On a peu de points de comparaison alors très souvent, dans des conversations avec d'autres mamans, il y a des phrases comme ça qui sortent: «Ah bon, tu lui donnes déjà de la nourriture solide?» «Ah bon, tu ne l'as pas encore mis à la crèche?» «Ah bon, tu lui apprends la langue des signes?»

L’article