DE | FR
Simon Leviev alias «L'arnaqueur de Tinder» n'est pas celui qu'il prétend être. En réalité, il s'appelle Shimon Hayut.
Simon Leviev alias «L'arnaqueur de Tinder» n'est pas celui qu'il prétend être. En réalité, il s'appelle Shimon Hayut.Image: Netflix

3 raisons de prendre peur devant «L'arnaqueur de Tinder»

Netflix vient de mettre en ligne un nouveau documentaire qui fera rire jaune une bonne partie des célibataires usant de la populaire application de rencontres. Dans L'arnaqueur de Tinder, un simple glissement du doigt peut changer votre vie. Gare à vous.
02.02.2022, 20:2708.02.2022, 09:52
Suivez-moi

Vous vous rappelez de Catfish? En 2010, déjà, l'émission diffusée sur MTV avertissait des dangers des rencontres virtuelles. De nos jours, avec l'utilisation quotidienne des applications de rencontres, L'arnaqueur de Tinder, produit par les créateurs de Don't F**k With Cats, est l'avertissement suprême pour ne plus tomber dans le panneau. Un documentaire haletant qui brosse le portrait d'une crapule, avant de glisser vers les destins croisés de trois femmes lésées: la Norvégienne Cecilie, la Suédoise Pernilla et la Hollandaise Ayleen.

Le profil de Simon Leviev

Des voitures de sport, des montres affreusement onéreuses, des hôtels luxueux, un garde du corps. Simon Leviev est apparemment un jet-setteur à la vie fastueuse. Il se présente comme un magnat des diamants. Le fric coule à flot, mais derrière cette existence fabuleuse, l'homme a brisé des vies, se jouant de femmes vulnérables.

Simon Leviev n'est pas celui qu'il prétend être. En réalité, il s'appelle Shimon Hayut, un Israélien né en 1990. Et le grand tombeur n'est pas à son coup d'essai. Le poker menteur avait déjà pris ses racines en 2015, en Finlande. Mais plus le récit avance, plus l'arnaque devient énorme. Des millions extorquées à des femmes grugées et aveuglées par une vie qu'elles n'avaient osé imaginer. Cela prouve une chose du bonhomme: jouer sur les sentiments le rend d'autant plus méprisable.

De «Pretty Woman» à «Arrête-moi si tu peux»

Des folies dignes d'un film tel que Pretty Woman, pour ces 3 femmes, pour enfin s'effondrer de toutes pièces. Un petit jeu que Leviev (ou Ayut) avait savamment orchestré grâce à une myriade d'identités, doublé d'un système de Ponzi. D'un agent du Mossad à un ponte de l'industrie de l'armement, en passant par son activité de diamantaire, l'escroc s'est cru dans Arrête-moi si tu peux, sans le talent ni l'élégance de DiCaprio.

Un documentaire édifiant en forme de thriller d'investigation

Pour son premier long-métrage, Felicity Morris nous pond une jolie pépite. Un documentaire qui infuse le crime, l'arnaque, pour passer le gros braquet et injecter de nouvelles couches dans une dernière partie joliment construite. Et c'est bien un thriller d'investigation qui pointe le bout de son nez, avec en toile de fond cette quête éperdue de l'amour dans la jungle virtuelle.

Avant le baisser de rideau, L'arnaqueur de Tinder nous apprend que l'homme n'est plus derrière les barreaux, qu'il mène la grande vie au bras d'une mannequin israélienne. La fripouille est un homme libre. Un comble, alors que les trois femmes aperçues dans le film continuent à rembourser leurs dettes. Sur ce coup, la justice fait pâle figure.

Copin Comme Cochon: la fondue

Le meilleur du Divertissement cette semaine

L'étrange lunch d'Anna Wintour à 77 dollars

Link zum Artikel

Madonna vend des vidéos NFT (un peu) porno «pour la bonne cause»

Link zum Artikel

Les premières images de la suite du film Avatar 2 affolent déjà les fans

Link zum Artikel

Si Christine Quinn quitte Selling Sunset, je mange mon sac Chanel

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une tiktokeuse se coince un vibro dans le derrière et vibre toute la nuit
On peut dire qu'elle l'a eu dans le baba! Lol.

Je sais que certaines personnes ne sont pas à l'aise avec le jargon anal. Donc je vous propose de parler de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom à la place d'utiliser le mot «anus». Je pourrais utiliser le mot «fesses», mais c'est moins drôle.

L’article