DE | FR
Un Pierin Vincenz tendu quitte le Volkshaus sans faire de commentaire
Un Pierin Vincenz tendu quitte le Volkshaus sans faire de commentairekeystone
Commentaire

La condamnation de Vincenz est un signal contre les escroqueries

Peu de personnes s'y attendaient: l'ancien patron de Raiffeisen Pierin Vincenz doit aller en prison pour trois ans et neuf mois. Ce jugement est un signal fort.
13.04.2022, 18:5913.04.2022, 19:45
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi

Le procès Swissair s'est terminé, en 2010, par une humiliation pour le Ministère public. Les 19 accusés avaient été acquittés et avaient même reçu un dédommagement. Ce n'était pas une surprise, car aucune énergie criminelle n'était en jeu dans le naufrage du symbole national volant. Il y avait plutôt un mélange d'autoritarisme et d'exigences excessives.

Le verdict du plus grand procès économique suisse depuis la faillite de Swissair est désormais connu. Et cette fois, la surprise a été de taille: le tribunal de district de Zurich a condamné l'ancien chef de Raiffeisen, Pierin Vincenz, à trois ans et neuf mois de prison. Son compagnon d'armes Beat Stocker a, quant à lui, écopé de quatre ans.

Le procureur Marc Jean-Richard-dit-Bressel s'est montré satisfait du verdict.
Le procureur Marc Jean-Richard-dit-Bressel s'est montré satisfait du verdict.keystone

Il ne s'agissait pas seulement d'une «condamnation alibi» visant à épargner à l'Etat une indemnisation pour chacune des 106 journées de détention provisoire. Le tribunal de district, composé de trois membres, a suivi l'argumentation du ministère public sur la plupart des points. Quelques acquittements ont été prononcés, ce qui explique que les peines soient moins lourdes que les six ans de prison requis pour chacun.

Etonnement face à la peine prononcée

Les représentants des médias présents au «Volkshaus» ont néanmoins été étonnés par la sévérité de la peine. En effet, le seul cas où l'on pouvait s'attendre à une condamnation était l'utilisation généreuse de la carte de crédit de l'entreprise par Vincenz pour ses escapades privées. Ses visites dans des clubs de strip-tease et des cabarets n'étaient «pas dans l'intérêt de Raiffeisen», a déclaré le tribunal.

Les quatre acquisitions d'entreprises dans lesquelles Vincenz et Stocker auraient gagné de l'argent grâce à des participations secrètes ont été plus controversées. L'accusation s'est appuyée, en premier, lieu sur une montagne d'indices que les avocats de la défense ont parfois décortiquée avec délectation dans leurs plaidoiries. Même les spécialistes ont douté de la qualité de l'acte d'accusation.

Une ombre sur la Suisse des PME

Le tribunal a, cependant, suivi en grande partie cette accusation, ce dont le procureur en chef Marc Jean-Richard-dit-Bressel a pris acte avec satisfaction après l'annonce du jugement. Le juge Sebastian Aeppli s'est efforcé d'évaluer les quatre transactions de manière différenciée.

Au-delà du cas concret, le jugement de Raiffeisen a une forte valeur symbolique. On peut l'interpréter comme un signal contre la mentalité d'arnaqueur qui s'est également emparée de l'univers prétendument sage et solide des petites et moyennes entreprises (PME). Car au final, c'est dans cette sphère que se sont déroulés les agissements.

Aspects psychologiques

Cette action contribue à son tour à la perte de confiance dans l'économie suisse. «Le signal envoyé aux dirigeants économiques qui font des affaires dans la zone grise et ne les révèlent pas à leurs employeurs est en tout cas dissuasif», peut-on lire dans la NZZ.

Dans le cas de Pierin Vincenz, une composante personnelle vient s'ajouter: le jovial Grison aimait se mettre en scène comme un «banquier populaire» qui avait les pieds sur terre, tout en cultivant le style de vie de «la Goldküste zurichoise». Même si les procédures juridiques portent en premier lieu sur des paragraphes et des précédents, il ne faut jamais sous-estimer de tels aspects psychologiques.

Vincenz a quitté le tribunal sans faire de commentaire. Son avocat Lorenz Erni a annoncé qu'il porterait la procédure devant la Cour suprême. Si le jugement est confirmé par toutes les instances, l'ancienne coqueluche des médias people devra définitivement aller en prison et cela même après déduction de la détention provisoire. Il s'agirait d'une chute profonde et, selon le tribunal, d'une chute dont il serait lui-même responsable.

Une fusillade dans le métro de New York fait 23 blessés et pas de morts

L'actu sur l'économie? Par ici

La Grèce rembourse plus tôt que prévu sa dette au FMI

Link zum Artikel

Importants changements à la présidence d'UBS

Link zum Artikel

Abramovitch, l'oligarque qui négocie la paix entre Poutine et Zelensky

Link zum Artikel

Ce qui se cache derrière les rumeurs sur les nouveaux avions d'Edelweiss

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En Suisse, la hausse des prix inquiète et «ce n'est que le début»
La hausse des prix en Suisse a incité les ménages à changer leurs habitudes. Malgré l'inquiétude, la hausse des prix demeure toutefois modérée. Mais jusqu'à quand?

Avec l'énergie en tête de liste, la population suisse s'inquiète de voir son portefeuille se vider à toute vitesse. C'est notamment le cas du retraité René Teuscher (72 ans) qui s'est exprimé à la RTS lors dans un reportage vidéo publié vendredi.

L’article