DE | FR

Et si la cryptomonnaie sauvait Poutine des sanctions européennes?

Alors qu'une pluie de sanctions économiques s'acharne sur Vladimir Poutine, il se pourrait que le président russe ait anticipé cette éventualité en visant des sources financières moins traditionnelles.
28.02.2022, 11:48
Barthélemy Dont / slate
Un article de Slate
Slate

Alors que Vladimir Poutine a mis en marche son plan d'attaque de l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se préparent à imposer de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Déjà criblés de sanctions après, entre autres, leur annexion de la Crimée en 2014, les Russes ont eu le temps de se préparer, explique au New York Times Michael Parker, un ex-procureur fédéral américain spécialisé dans le blanchiment d'argent.

«La Russie a eu beaucoup de temps pour réfléchir aux conséquences, détaille Michael Parker. Il serait naïf de penser qu'ils n'ont pas déjà simulé cet exact scénario.» Et l'un des outils à la disposition de la Russie pourrait bien être les cryptomonnaies.

Si les sanctions financières et commerciales imposées par un pays ou une entité internationale sont appliquées par les ministères de l'Économie, ce sont en réalité les banques qui sont en première ligne. Puisque ce sont elles qui effectuent les transactions financières, ce sont aussi elles qui doivent refuser les transferts d'argent depuis et en direction des entités blacklistées.

Nouveau financement

Or, les cryptos permettent justement de s'affranchir des banques. En octobre 2021, le département du Trésor des États-Unis avertissait qu'il n'était pas assez préparé pour faire face à cette éventualité.

«Les innovations technologiques comme les monnaies numériques [...] réduisent l'efficacité des sanctions américaines, écrivait l'institution. Elles offrent aux acteurs mal intentionnés l'opportunité de posséder et transférer des fonds en dehors du système financier traditionnel basé sur le dollar.»

Pour cela, la Russie a déjà commencé à développer des outils, comme le «rouble numérique», une cryptomonnaie stable contrôlée par la Banque centrale russe et pensée pour permettre à l'économie du pays d'être moins dépendante du dollar.

Déjà vu ailleurs

Ce ne serait pas une première. D'après un rapport confidentiel des Nations Unies dévoilé par l'agence Reuters, la Corée du Nord utilise des cryptos obtenues lors de cyberattaques afin de financer son programme nucléaire. La Russie développe depuis des années une puissante cyber-force de frappe.

Les États-Unis comptent bien combler leur retard technologique dans le domaine des cryptos. En octobre, le Trésor a publié un guide à l'adresse des entreprises cryptos détaillant comment se conformer aux sanctions. Le 17 février, le département de la Justice a créé une équipe de contrôle des cryptomonnaies.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Une Ukrainienne crie sur un soldat russe

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

«Les Russes veulent faire tomber l'Est pour mieux revenir sur Kiev ensuite»

Link zum Artikel

Le dégel dévoile les cadavres des soldats russes et c'est un problème

Link zum Artikel

Kiev séduit les déserteurs russes en masse, mais Moscou a une riposte

Link zum Artikel

Comment Poutine met en scène son «chien sanguinaire» en Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Crime contre l'humanité: Lafarge, filière du Suisse Holcim, mis en examen
Lafarge, filiale du groupe Holcim, installée en Suisse, a été mise en examen pour complicité de crimes contre l'humanité.

La cour d'appel de Paris a confirmé, mercredi, la mise en examen du groupe cimentier Lafarge pour «complicité de crimes contre l'humanité» concernant ses activités jusqu'en 2014 en Syrie, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

L’article